Aller au contenu principal

Ovimonts
L’accompagnement des éleveurs au cœur de l’action de la coopérative

Malgré un contexte difficile pour la production ovine, la coopérative tire son épingle du jeu. Elle s’engage pour l’avenir vers un meilleur suivi et accompagnement techniques.

L’arrêt des aides à la génétique a entraîné une baisse de 49 % des ventes de béliers inscrits

Augmentation des charges de carburant, arrêt des aides du Conseil régional d'Auvergne aux reproducteurs, diminution des aides publiques, peu de création d'ateliers... le tout dans un contexte agricole européen et mondial particulièrement mouvementé : telle est l'ambiance qui règne actuellement dans la filière ovine et contre laquelle lutte la coopérative Ovimonts.
L'arrêt, en 2007, des aides génétiques accordées par le Conseil régional d'Auvergne à l'élevage ovin a entraîné une diminution de l'activité reproducteurs de la coopérative, soit une baisse de 49 % de ses ventes de béliers inscrits et une forte diminution des achats d'agnelles inscrites. Une perte non négligeable que la coopérative a su juguler grâce à sa bonne maîtrise des charges et à l'augmentation au 4ème trimestre du nombre d'agneaux commercialisés. Ainsi, sur près de 12.600 ovins commercialisés, 11.148 sont des agneaux de boucherie. Les agneaux sous signes officiels de qualité « Adret » et «Terre d'Agneau » représentent 30 % du total des agneaux commercialisés par Ovimonts. Leurs prix de vente ont augmenté l'année dernière de 1,44 euros pour l'Adret et de 2,15 euros sur le Terre d'Agneau. « Nos débouchés avec le groupe Grillon et la société Payrot nous permettent de valoriser aux mieux les animaux en fonction de la production de chaque adhérent» explique Jean-Paul Dabert, président de la coopérative. «Nous devons toutefois rester vigilants sur les charges alimentaires, sur la productivité numérique et la qualité des carcasses qui sont des éléments essentiels pour maintenir la pérennité de nos ateliers ovins ». Sur ce point, le président souligne l'action engagée par Ovimonts auprès de ses adhérents en matière d'appui technique, de suivi technico économique, de suivi qualité et sanitaire. Il rappelle aussi l'activité approvisionnement d'Ovimonts « qui constitue le prolongement du service technique en proposant des équipements adaptés aux besoins des élevages. Les adhérents disposent de produits à la demande et sont livrés gratuitement ».
Enfin, sous l'impulsion de l'appel à projets lancé par le Conseil régional, Ovimonts souhaite mettre en place un contrat d'amélioration de la production ovine de ses adhérents pour répondre aux attentes de la filière en terme de quantité et de qualité. « Notre objectif est de fiabiliser les débouchés et de développer les volumes d'agneaux certifiés » commente Jean-Paul Dabert. Le bénéfice pour l'éleveur sera réel : une aide financière par échographie, une meilleure valorisation des agneaux, une meilleure connaissance de l'élevage et des conseils techniques dans les domaines de la reproduction, sanitaire, alimentation et génétique.

Il a dit : Jean-Paul Dabert
« En attendant 2009 qui devrait voir un rééquilibrage des aides en faveur de l'élevage ovin, Ovimonts s'engage aux côtés de ses adhérents pour les aider à passer le cap de cette année 2008 difficile».

Ovimonts en chiffres ...


- 17 289 brebis
- 78 adhérents dont 34 engagés dans les démarches de certification « Adret » ou «Ter-re d'Agneau »
- 12 590 ovins commercialisés dont :
- 11 148 agneaux
- 510 reproducteurs
- 932 réformes

Commercialisation :
- 50 % boucheries
- 39 % vifs
- 7 % réformes
- 4 % repros

Débouchés commerciaux:
- 45 % Sarl Payrot
- 44 % Groupe Grillon
- 11 % divers.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole