Aller au contenu principal

Labour et déchaumage se combinent à la façon ibérique

La Cuma de la Faille Couzon a organisé une matinée de démonstrations autour de plusieurs charrues notamment la charrue espagnole.

Lors de la journée de démonstrations de labour organisée par la Cuma de Faille Couzon, la charrue espagnole a attiré l’œil.

Certains se posent la question d’arrêter le labour tandis que d’autres réfléchissent à investir dans une charrue-déchaumeuse. C’est le cas de la Cuma de Faille Couzon à Augerolles. Dans ce coin de Livradois, les éleveurs cultivent les céréales pour l’autoconsommation et arrachent leurs prairies pour en planter de nouvelles. « Nous recherchons une charrue déchaumeuse pour travailler le sol de façon superficiel » précise Bernard Matussière, le président de la Cuma. Alors, ils ont demandé à trois concessionnaires de leur présenter leur matériel dont la fameuse charrue espagnole.

Technique avantageuse


Dans la petite coopérative, les adhérents ont à leur disposition tout le nécessaire à la récolte des fourrages, au transport du bétail et des marchandises et même pour le travail du sol. Il ne leur manque désormais plus que la charrue.
Ce jour-là, ils sont nombreux à venir observer les démonstrations des concessionnaires sur une prairie et des chaumes de maïs. La charrue espagnole interpelle. Celle-ci se distingue des autres matériels par la largeur de ses corps de 15 pouces. A la fois charrue et déchaumeuse, suivant le réglage des socs, elle permet une vitesse de travail comprise entre 5 et 12 km/h. Son débit de chantier est donc trois fois supérieur à une charrue classique tout en offrant la possibilité de travailler le sol superficiellement. « Elle combine l’avantage du labour tout en permettant de réduire la profondeur de travail (de 8 à 20 cm). De plus, avec la réduction de volume de terre déplacé, un tracteur de même puissance peut tracter une charrue déchaumeuse 40% plus large qu’une charrue traditionnelle » assure Damien Sanchez, inspecteur commercial.  L’autre avantage non négligeable de cet outil est son attelage libre permettant de travailler dans les virages.
Le choix de la charrue des quatre adhérents de la Cuma n’est pas encore arrêté. La charrue espagnole se distingue certes par ses avantages agronomiques mais aussi par son prix. Son prix d’achat est d’environ 15 000€ soit 20% de moins qu’une charrue traditionnelle.


Mélodie Comte

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole