Aller au contenu principal

Outil
L'abattoir d'Ambert maintient son activité

L'abattoir d'Ambert, repris en régie autonome depuis décembre 2019 par la commune, met les bouchées doubles pour redonner confiance aux agriculteurs du territoire dans cet outil.  

L'abattoir d'Ambert devrait très prochainement être agréé pour l'abattage et la découpe bio.

Depuis décembre 2019, la gestion de l’abattoir d’Ambert est entre les mains de la mairie. La SEAMA (Société d'Exploitation de l'Abattoir Municipal d'Ambert) a perdu son contrat de délégation de service public après plusieurs alertes de la DDPP suite à " des manquements sanitaires " et des " difficultés de management ". Un coup dur pour le dernier outil public du genre dans le département puisque, suite à cet évènement "il y a eu une perte de confiance des clients" précise Brigitte Isard, maire adjointe, présidente de la régie.

- 30 tonnes en 2020

Un an plus tard, l'abattoir d'Ambert est parvenu à faire revenir ses clients. Toujours entre les mains de la commune, à travers une régie autonome (budget indépendant de celui de la commune), Brigitte Isard accompagnée d'un nouveau directeur d'exploitation, a œuvré pendant six mois pour redorer l'image de l'outil. L'accent a été mis sur la formation du personnel aux bonnes pratiques d'hygiène et de découpe. La protection animale a également été au cœur de cette remise à niveau. La stratégie fut payante car malgré le changement de gestionnaire et la crise da la Covid, l'abattoir d'Ambert a perdu seulement 30 tonnes par rapport à 2019 et cumule donc pour 2020 plus de 958 tonnes de produits abattus. "Nous sommes encore éloignés du tonnage optimal pour couvrir les frais de fonctionnement, mais si on considère tous les éléments, cela reste un bon résultat." Depuis le 1er janvier 2021, le tonnage augmente encore avec déjà "+ 32 tonnes sur seulement 11 semaines [...] nous estimons dépasser les 1 000 tonnes cette année".

Un abattoir ancré dans son territoire

Les premiers clients de l'abattoir d'Ambert sont les agriculteurs que Brigitte Isard a à cœur de répondre  à leurs attentes. "Aujourd'hui beaucoup d'entre eux vont à Brioude parce que nous ne sommes pas agréés pour l'abattage et la découpe bio. Cela va changer très prochainement" espère l'élue. L'abattoir d'Ambert a en effet reçu la semaine dernière "un rapport favorable" à sa demande et devrait être labellisé Agriculture Biologique "dès le mois d'avril".
L'abattoir d'Ambert a lancé dernièrement un diagnostic bâtiment et une étude économique pour connaître l’intérêt de déposer  ou non  un dossier au Plan de Relance. "Nous devons avoir une vision macro de l'abattoir (quels sont les besoins de la population ? les projets ?) avant d'engager des fonds publics et/ou des travaux de rénovation et/ou construction. Nous aurons des réponses à nos questions en septembre prochain."
Toujours dans cet esprit d'ancrage au territoire, Brigitte Isard travaille avec un groupe d'agriculteurs désireux de développer l'abattage à la ferme. "Aujourd'hui la chaîne de l'abattoir n'est pas équipée pour réceptionner des animaux déjà abattus. Nous travaillons donc sur ce projet à titre expérimental. Rien n'est encore décidé, il y en a pour minimum deux ou trois ans."
Les projets ne manquent donc pas au sein du dernier abattoir public du Puy-de-Dôme. "La municipalité veut conserver cet outil. Il est primordial à l'attractivité de notre territoire," assure l’adjointe au maire.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les JA63 réunis le 2 avril autour de Quentin Baumont et de Jérémy Jallat, vice-président de JA AuRA, venu assister à une partie des travaux de l'assemblée générale.
« Nous devons ramener de la valeur sur nos exploitations »
Encourager la valorisation sur les exploitations était au cœur des échanges de l’assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du…
Carte départementale des zones hydrographiques issue du nouvel arrêté cadre sécheresse qui prévoit 11 zones au lieu de 7.
Le nouvel arrêté cadre sécheresse en détails
Le nouvel arrêté cadre sécheresse pris dans le Puy-de-Dôme redécoupe les zones hydrographiques du territoire et revoit à la…
En déplacement en Haute-Loire, le président de Région a pris toute la dimension de la problématique campagnols.
Aide de la Région à la lutte collective
Le Président de Région en déplacement sur une exploitation à St Front (43) est venu constater la situation sanitaire…
Sébastien Laubanie, président du syndicat Aubrac des Volcans
L'Aubrac progresse encore dans le département
Le 19 mars, le syndicat Aubrac des Volcans tenait son assemblée générale à Sallèdes. L’occasion de faire le point sur l’actualité…
Rat taupier dans un champ
Utilisation de la charrue possible pour le Ratron GW sous conditions !
La DGAL a décidé d’autoriser de façon dérogatoire et sous conditions l’utilisation du Ratron GW sur appât blé, par traitement à…
Quentin Baumont, David Chauve et Sabine Tholoniat chefs d’orchestre de cette mobilisation à Clermont-Ferrand
25 mars : mobilisation massive pour obtenir des prix rémunérateurs et une PAC équilibrée

Quentin Baumont, David Chauve et Sabine Tholoniat chefs d’orchestre de cette mobilisation à Clermont-Ferrand qui restera dans…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole