Aller au contenu principal

La volaille de chair s'en sort, pas le canard

La filière volaille semble moins impactée par la crise Covid -19 que d'autres néanmoins des différences se creusent selon les productions. Le point avec Jacques Force, responsable régional de la filière avicole

Jacques Force, responsable régional de la filière avicole

La filière volaille semble moins impactée par la crise Covid -19 que d'autres néanmoins des différences se creusent selon les productions. Le point avec Jacques Force :

Comment la volaille de chair traverse-t -elle cette période critique en Auvergne ?

J.F. : Au début du confinement nous avons craint un fort ralentissement des chaînes d'abattage par manque de personnel mais finalement cela n'a pas été le cas. Tout le poulet consommé habituellement en restauration hors domicile, hormis la volaille de Bresse, a été redirigé dans les grandes surfaces, après adaptation de la présentation. Les consommateurs ont continué d'en consommer ce qui fait que les volumes ont été maintenus, on ne peut que s'en réjouir. En tous cas, il est important de faire comprendre aux consommateurs qu'il n'y a pas eu de rupture d'approvisionnement des enseignes grâce à une organisation et une adaptation de l'amont de la filière (et de l'agriculture en général) et non des GMS. Malgré une situation relativement stable pour la filière, il faut rappeler que la crise a fait augmenter le prix des matières premières telles que les minéraux. Le coût de production a de fait augmenter ce qui induit des marges réduites pour les producteurs.

Pour le canard la situation est plus tendue ?

J.F. : Effectivement, globalement la filière canard gras et à rôtir est très impactée. Dans le Puy-de-Dôme, l'entreprise des Jardins de Limagne rencontre des difficultés suite à la perte de 80% de ses marchés. Nous avons fait la demande à la région que les produits alimentaires stockés pendant la crise covid-19 soient utilisés prioritairement lors de la réouverture des cantines scolaires. Mais les cantines scolaires sont-elles prêtes à changer leurs habitudes et servir des produits qui ne sont habituellement pas servis aux enfants (pigeon, canard ...) ?

Il a dit

Les abattoirs de la filière des volailles fermières d'Auvergne écoulent toute leur marchandise en GMS et sur le réseau traditionnel des bouchers. Les ventes ont fait un bond. « Nous devons gérer un portefeuille de commandes toujours plus important du fait que nous travaillons principalement avec la GMS » souligne Marc Saulnier, directeur d'Arrivé Auvergne et président des Volailles Fermières d'Auvergne. « Heureusement, nous pouvons compter sur tous nos éleveurs et employés qui malgré la situation délicate et des journées souvent plus longues ont répondu présents ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes dans une vigne
La convention collective nationale de la production agricole et des Cuma en six questions
 La convention collective nationale de la production agricole et des Cuma entrera en application soit le 1er janvier si l'arrêté…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole