Aller au contenu principal

Transmission
" La transmission c’est l’affaire de tous "

Le renouvellement des générations en agriculture passe d'abord par la transmission dont la réusite est entre les mains de différents acteurs selon Terre de Liens, mouvement de préservation du foncier agricole.

Transmettre son exploitation est toujours complexe car ce sont des histoires de vie qui se croisent . La mobilisation  de tous les acteurs est donc essentielle.

Que l’on soit citoyen, agriculteur, élu, coopérateur, expert ou propriétaire, " la transmission d’une exploitation c’est l’affaire de tous " d’après l’association Terre de Liens. En partenariat avec la FRAB(1) Auvergne Rhône Alpes, InPACT(2) et les réseaux AMAP et CIVAM, Terre de Liens s’interroge sur le rôle que chacun peut jouer dans les transmissions agricoles. Comment se mobiliser pour agir ensemble et en complémentarité ? Une question qui a fait l’objet d’échanges et de témoignages à l’occasion du dernier sommet de l’élevage.
Le constat est limpide aujourd’hui : 50% des agriculteurs ont plus de 50 ans et près de 60% d’entre eux sont sans repreneurs identifiés. L’enjeu est donc de taille sur le renouvellement des générations et de fait, sur la transmission. D’autant qu’une étude conduite par le CIVAM 35 (Ille-et-Vilaine) montre qu’une partie des futurs retraités pense leur ferme " non transmissible " et n’entame donc aucune démarche de transmission. Cette perception négative sur la transmissibilité de l’exploitation se construit au fur et à mesure de la carrière du cédant. Elle est également influencée par son environnement direct : la famille qui a ses propres représentations de la transmissibilité, les voisins, les agriculteurs du territoire, les propriétaires, les professionnels du para agricole, les banques, les centres de gestion … " puis tout un tas de petites phrases qui peuvent influencer et freiner l’idée de transmettre. Il faut déconstruire ce type de discours " a expliqué Sixtine Prioux, Coordinatrice Transmission et Création d'Activité & femmes et milieu rural au CIVAM. " Car un cédant qui a une image négative de son exploitation n’a pas envie de la transmettre " poursuit-elle. Pour balayer ce constat, " il faut ramener une image positive dans le métier d’agriculteur afin de motiver les cédants à transmettre " indique Nathalie Delagnes, productrice de lait biologique et vice-présidente de la société Biolait. Elle est venue témoigner de l'action de Biolait en faveur de la transmission.

La transmission selon Biolait

Créée en 1994 par six producteurs de lait bio désireux de reprendre la main sur leur produit, le groupement Biolait compte aujourd’hui 1 400 fermes adhérentes (dont 400 en AuRA) réparties sur 74 départements et 100 salariés. " Du lait bio partout et pour tous " est le leitmotiv de l’entreprise dont l’ambition d’origine est de " mailler le territoire et maintenir une production sur des zones où il n’y en aurait plus aujourd’hui " raconte la vice-présidente. Mais la filière biolait qui produit 1 million de litre en 2020 a un gros enjeu de transmission devant elle. " Sur 1 400 fermes, 360 sont classées à risque sur la transmission dont 161 où le risque est jugé élevé " précise Nathalie Delagnes.
Au-delà des aides qu’elle a mise en place auprès de ses adhérents (3), l'entreprise Biolait a décidé d’agir en interne pour le renouvellement en dédiant une équipe de salariés/conseillers techniques à l’accompagnement des éleveurs qui se posent des questions sur la transmission et à les mettre en relation avec les différentes structures qui peuvent les aider, notamment les chambres d’agriculture. Une réflexion sur la mono-traite est également menée en interne ; cette solution étant évoquée comme "un levier pour rendre la production laitière plus attractive et moins contraignante " selon l’administratrice de Biolait. De par ses actions, l’entreprise laitière participe ainsi à sa manière à l’épineux enjeu du renouvellement des générations et fait de la transmission son affaire.

(1) Fédération Régionale de l’Agriculture Biologique
(2) Initiatives Pour une Agriculture Citoyenne et Territoriale
(3) Aide à l’installation pour l’adhérent (6 000€). Aide à la création d’atelier lait bio (6 000€). Aide à la structuration du pâturage pour le nouvel installé. Aide à la formation en complément de Vivéa. L’aide à l’installation s’élève à 1,5M€ entre 2015 et 2019 soit 255 adhérents aidés

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les utilisateurs de l’abattoir réunis le 10 novembre à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture.
L'abattoir d'Ambert face à son avenir
Le 10 novembre, à l’initiative du président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme, était organisée une réunion d’information…
Parmi les sujets abordés, le projet alimentaire territorial sur le bassin de St-Eloy, mais aussi l’irrigation.
Une sérénité nécessaire dans les exploitations
Chambre départementale d’Agriculture, FNSEA 63 et Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme ont rencontré jeudi 28 octobre Guilhem Brun…
Faucheuse dans un champ
L'attrait pour les légumineuses relance les essais
Cette année encore les conditions climatiques n'ont pas favorisé le développement des légumineuses à graines dont le rendement…
Le Pass'installation pour les jeunes installés
Le 9 novembre, la Fédération des Caisses locales Groupama Puy-de-Dôme organisait sa journée annuelle Pass'installation destinée…
Bâtiment d'élevage
Vingt-et-une nouvelles communes classées en Zone Vulnérable
Suite à la révision des zones vulnérables engagée en 2020, la Préfète coordinatrice du bassin Loire-Bretagne a arrêté, le 30 août…
Les administrateurs de l'APLM ont profité d'une dégustation du fromage de raclette Mont Lait  dans les salons de l'Assemblée nationale pour sensibiliser députés et sénateurs du Massif central à la création d'un label Lait de Montagne.  Ici Eric Germain, trésorier de l'APLM aux côtés d'André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme.
Un label pour valoriser la Montagne
Alors que la notion " Montagne " est aujourd’hui galvaudée sur les marchés des distributeurs, l’Association des producteurs de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole