Aller au contenu principal

Fdpl du Puy-de-Dôme
La tension monte chez les producteurs de lait

La réunion interprofessionnelle, dans la nuit du 2 au 3 juin, n’a abouti à aucun accord. Les éleveurs du Puy-de-Dôme maintiennent la pression et multiplient leurs actions.

Du 24 au 27 mai, suite à un appel national Fnpl-Fnsea-JA, les agriculteurs restent mobilisés pour dénoncer le prix du lait d'avril et celui de l'année. Une telle situation se reproduit ou se reproduira dans toutes les productions avec le schéma actuel de gestion des marchés.

Des actions dans le Puy-de-Dôme

Dans le secteur de Rochefort-Montagne, les actions de blocage de camions se sont prolongées dans la nuit du 25 mai. Cédric Mosnier, producteur de lait à Perpezat témoigne la détresse des agriculteurs : « Les gens en ont marre de la situation actuelle. Toutes les générations d'éleveurs laitiers sont dans l'impasse. Le ras-le-bol nous a poussé à stopper des camions laitiers pour perturber la collecte, au prix où le lait est payé... On a démontré ainsi notre détermination à Bourg-Lastic, Laqueuille, Gelles, St-Julien-Puy-Lavèze et Rochefort-Montagne. On espère un prix meilleur pour les mois prochains ».
En Livradois-Forez, des citernes ont été immobilisées à Ambert et Novacelles. Selon Annie Marret, déléguée Fdpl d'Olliergues, « à Novacelles, les producteurs restent très attentifs à la suite qui sera donnée à ces manifestations pour monter en puissance si c'est nécessaire. Pour Ambert, les producteurs sont prêts à faire des actions à l'encontre de la distribution».
En Combrailles, les éleveurs, après avoir « embroussaillé » les locaux de la perception, ont bloqué un camion et sa remorque sur la route à l'entrée de Manzat. Florent Legay, délégué cantonal JA de Manzat, estime que « le prix du lait est multiplié par 5 entre le producteur et le consommateur. Ces actions de blocage font suite à la mobilisation de la place de Jaude et sont nécessaires tant que la situation n'est pas réglée ».
Charles Schiettekatte, délégué cantonal Fdpl de Menat, rappelle que « 10 à 15 familles, en amont et en aval de la production laitière, dépendent de la survie de chaque ferme. Remettre en cause leur existence, c'est aussi accepter d'augmenter les importations et s'exposer à une insécurité alimentaire forte ».
Plusieurs camions ont également été bloqués vers Ardes-sur-Couze par des jeunes producteurs laitiers.

Echec des négociations

Suite à ces journées blanches, et malgré de nombreuses manifestations, sous forme d'actions « coup de poing » ou de blocages plus fermes de camions, de laiteries, de rassemblement en Préfecture, distribution de lait (près de 100 sites industriels ont été bloqués, sans compter les perturbations de collecte) les agriculteurs ne décolèrent pas. La réunion de la dernière chance, dans la nuit du 2 au 3 juin, n'a pas permis d'aboutir à un accord sur le prix du lait qui ne met pas en péril les exploitations. Les entreprises de transformation sont restées campées sur des positions intenables pour les producteurs. La « nuit blanche » du 2 juin a été entrecoupée de nombreuses suspensions de séances. Les transformateurs ont proposé un prix annuel variant de 260 euros / 1000 litres (40 % de PI*) à 276 euros / 1000 litres (20 % de PI). La Fnpl ayant déjà fait une avancée significative lors de la première réunion interprofessionnelle du 28 mai, a confirmé sa proposition à 290 euros / 1000 litres (20 % PI).
La complexité du dossier, 12 heures de réunion n'a donc pas permis d'aboutir à une solution qui puisse satisfaire les producteurs.

* Produit industriel

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Les haricots rouges et blancs ont offert une moyenne de rendement correcte. La lentille verte a obtenu un rendement moyen.
Rendements hétérogènes sur les légumineuses
Encore en phase de test, haricots, lentilles et pois chiche de consommation ont offert des rendements aléatoires mais une mine d'…
Nouvelle Convention Collective Nationale : vers une application au 1er janvier 2021
Qu’est-ce que prévoit la convention collective nationale ?
Dans le cadre de la mise en place prochaine de la convention collective nationale pour la production agricole et les CUMA, nous…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole