Aller au contenu principal

Portes ouvertes Domagri
La semence certifiée : clé de la réussite des cultures

Lors de ses portes ouvertes le 15 juin dernier, Domagri a proposé aux agriculteurs de mieux connaître la filière semences et l’intérêt des semences certifiées.

Les céréales bénéficient d’une traçabilité avantageuse pour tous les acteurs de la filière. Ici la parcelle d’essais blé lors des portes ouvertes.
Les visiteurs ont pu tester leurs connaissances avec un questionnaire dynamique de Domagri sur les semences certifiées, réalisé avec ses partenaires, le GNIS* et Syngenta. Les exploitants ont donc pu comparer les avantages de la semence certifiée avec la semence de ferme.
En fait, la semence certifiée apporte une sécurité en terme de qualité : pureté spécifique et germination, application du traitement de semences homogène et bien dosé. Elle a également des avantages agronomiques (sécurité de levée, production en adéquation avec les attentes des filières) et elle procure l’assurance de pérenniser la recherche.
Michel Delsuc, président de Domagri, met en évidence les atouts départementaux sur ce sujet : “La production de semences est un des créneaux de valorisation de Domagri, en parallèle de la Graine au Pain, Danone, CQC** et Limaclub. Ce sont près de 100 producteurs qui valorisent ainsi leur savoir-faire sur plus de 1000 ha. De plus, Domagri donne ainsi accès à ses adhérents au progrès génétique en les approvisionnant en semences certifiées. La traçabilité des semences (voir encadré ci-contre) ajoute aussi une garantie au produit fini à travers les contrats de production pour nos clients”.
La présentation s’est achevée avec un rappel sous forme de quizz de l’importance des ma-ladies et des ravageurs. Les semences certifiées permettent d’anticiper plusieurs des problèmes dus à ceux-ci.

*Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants
** Céréales Qualité Certifiée

 

La semence certifiée dans le Puy-de-Dôme

En 2006, selon le GNIS, il y avait dans notre département : 5005 ha de multiplication, 518 agriculteurs-multiplicateurs, 19 établissements qui ont placé des contrats. Dans le détail : 3874 ha de maïs et sorgho, 829 ha de céréales à paille, 223 ha de semences potagères, 39 ha de pommes de terre, 22 ha d’oléagineux et 18 ha de semences fourragères et gazon. Domagri est particulièrement active avec 98 producteurs et 35 variétés produites sur 1002 ha en 2007 en blé, orge d’hiver et de printemps, triticale, seigle, avoine et lentille. Les surfaces Domagri en multiplication ont augmentée de 5,2% par rapport à 2006. La récolte 2006 représentait 45 730 quintaux.

 

Zoom sur...

La traçabilité des semences dans la filière céréales

Selon le GNIS, la traçabilité, c’est la possibilité de suivre un produit aux différents stades de sa production, de sa transformation et de sa commercialisation. En effet, à partir de supports d’information de référence, les professionnels relais (sélectionneur, semencier, agriculteur multiplicateur, production, distributeur, agriculteur, collecteur, transformateur) sont aptes à répondre aux attentes des industriels et finalement des consommateurs (identité, pureté variétale, qualité, diversité, régularité de présentation, goût). Le ministère de l’agriculture notamment est garant du respect de la réglementation et du travail de chacun. La traçabilité est concrétisée sous la forme de documents clés transmis entre les professionnels, tels que des certificats.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole