Aller au contenu principal

La sélection végétale vecteur de progrès

Pour répondre aux enjeux qui font face à l’agriculture française et européenne, le semencier auvergnat prône une recherche végétale ambitieuse et innovante.

Limagrain veut faire évoluer le système de réglementation européen pour l’adapter aux nouvelles techniques de sélection végétale.

Alors que la Confédération paysanne prend pour cible le Groupe limagrain en dénonçant la présence d'« OGM cachés » dans les rayons des Gamm Vert, la coopérative communique sur les nouvelles techniques d’amélioration des plantes et leurs enjeux pour l’agriculture française qui fait aujourd’hui face à des défis alimentaires et environnementaux majeurs.

« Si nous voulons rester durablement une grande puissance agricole dans une économie mondialisée et préserver notre autonomie alimentaire, des solutions innovantes et performantes doivent être apportées» explique Bruno Carette, directeur Activité Semences de Grandes Cultures de Limagrain. « Pour parvenir à nourrir près de 10 milliards d’êtres humains en 2050, les agriculteurs du monde entier vont devoir produire plus et mieux en préservant les ressources (eau, sol, biodiversité) des milieux dans lesquels ils travaillent. L’agriculture se doit donc d’innover et la sélection végétale sera un axe privilégié. » Pour le Groupe coopératif auvergnat il est évident que les biotechnologies permettent et permettront demain de compléter, améliorer et accélérer le processus naturel millénaire d’évolution des plantes. « Elles sont un vecteur fort de progrès comme dans les secteurs de la santé, de l’industrie et de la protection de l’environnement où leurs bénéfices sont déjà reconnus».

Répondre aux enjeux sociétaux

Face aux interrogations légitimes que suscitent les nouvelles techniques de sélection, Limagrain se défend en expliquant que l’objectif de ces outils est avant tout de poursuivre la création de nouvelles semences répondant aux enjeux sociétaux de qualité, quantité sécurité, diversité de

l’alimentation et préservation de l’environnement. La coopérative avance également l’ambition de s’engager pour le développement d’ « une recherche végétale ambitieuse et innovante sur le territoire européen et particulièrement français, gage d’autonomie alimentaire à l’avenir » ; de favoriser l’accès à ces nouvelles technologies pour toutes les entreprises semencières afin d’éviter « les positions dominantes des leaders agrochimistes mondiaux » ; et d’agir pour faire évoluer le système de réglementation européen vers une approche adaptée au profil de ces nouvelles techniques. Bruno Carette précise sur ce point que « certaines (ndlr : nouvelles techniques) devront être réglementées comme le sont aujourd’hui les OGM alors que d’autres, de par leur nature, ne pourront en aucun cas être considérées comme des OGM et devront être réglementées conformément à la législation des semences en vigueur. »

Droits des créateurs ?

Cela pose par ailleurs la question de la protection des droits des créateurs de ces nouvelles variétés ? Pour Limagrain, le secteur semencier a besoin de protéger les acquis de sa recherche pour continuer de créer de nouvelles semences. Ainsi prône-t-il au sein de la profession semencière «une approche équilibrée associant le Certificat d’Obtention Végétale, qui maintient la libre utilisation des ressources génétiques mises sur le marché, et le brevet pour les innovations biotechnologiques (…) Autour de cette position portée par notre Groupe et ses agriculteurs, Limagrain ambitionne de fédérer le plus grand nombre d’acteurs du monde agricole, depuis les semenciers jusqu’au agriculteurs utilisateurs, afin de desserrer l’étau entre deux positions extrêmes : ceux qui veulent interdire toutes ces nouvelles techniques, et ceux qui veulent les utiliser toutes sans aucun frein » indique Bruno Carette.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole