Aller au contenu principal

Aménagement foncier
La Safer accompagne les politiques d’aménagement des Collectivités

La Safer intervient de plus en plus en amont des projets des collectivités pour organiser, à terme, une nouvelle répartition des zones dans le territoire. Zoom sur cette mission de «veille» foncière.

La loi pour l’aménagement et le développement des territoires ruraux de 1999 a élargi le rôle des Safer. Celles-ci ont désormais en charge de contribuer au volet foncier des politiques d’aménagement et de développement du territoire rural. Cette mission permet à la Safer de tenir un rôle de veille sur le marché foncier ; elle a pour objectifs la préservation des destinations agricoles, la protection de l’environnement par le biais de préemptions sur des parcelles classées, l’intervention foncière dans le cadre de grands ouvrages et la constitution de zones foncières pour les collectivités. Ces dernières qui, autrefois, n’étaient cantonnées qu’au rôle de candidates aux rétrocessions par les Safer, peuvent désormais travailler directement en lien avec elles, et en amont de leurs projets d’aménagement. «La Safer apparaît ici comme une société de service, au profit des politiques d’aménagement, explique Christian Liabeuf, président de la Safer Auvergne. De plus en plus de conventions sont signées chaque année entre les collectivités et les Safer. On sent que les élus préparent et mûrissent leurs projets bien plus en amont, ils ont une vision à plus long terme qui les incite à oeuvrer plus étroitement avec nos sociétés d’aménagement foncier.»

Interface entre collectivité et monde agricole
Concrètement, une collectivité qui souhaite réaliser un projet d’utilité publique, négocier une emprise de façon amiable ou rechercher des compensations aux propriétaires et exploitants touchés, peut désormais oeuvrer en lien avec les services de la Safer. Celle-ci va alors, selon les cas, offrir la possibilité de prospecter, de gérer des terrains temporairement, de participer aux organisations d’échanges et autres mesures compensatoires. «C’est une aide à la planification de l’usage des sols dont l’orientation est toujours décidée par les commissions dans lesquelles siègent les agriculteurs» résume Gilbert Allard, directeur de la Safer Auvergne avant de préciser que la représentation de l’association des maires dans le comité technique Safer est de 1/3 des sièges.
Dans le Puy-de-Dôme, les opérations se multiplient. «Nous avons signé des conventions avec Clermont communauté, Issoire et les communautés en périphérie. Dans le Cantal, nous travaillons avec la Communauté d’Aurillac et dans l’Allier avec celle de Moulins. Nous intervenons en amont de leurs projets pour organiser à terme une nouvelle répartition des zones dans le territoire» indique-t-il.
«La Safer est l’interface entre les besoins de la collectivité et ceux du monde agricole, poursuit Christian Liabeuf. Sur Pont du Château, par exemple, nous sommes intervenus sur le dégagement de l’emprise de près de 40 ha pour les besoins du lagunage du Bec et de l’Artière. Notre intervention a consisté à acquérir du foncier autour du projet pour ensuite le rétrocéder aux propriétaires ciblés par l’emprise ».

Epargner les terres agricoles
Le président reste toutefois vigilant sur les tendances de consommation des surfaces par les collectivités, notamment en périphérie des villes. «Il faut préserver les terres agricoles . Le seul moyen pour la Safer est de sensibiliser les collectivités aux risques de dérives. Nous sommes en mesure pour cela de réaliser des études préalables pour vérifier si le projet n’est pas, d’une part, sur dimensionné ou, d’autre part, s’il ne pourrait pas être réalisé ailleurs, dans une zone moins sensible.» Un «service étude» (deux équivalents temps plein) a été créé à cet effet au sein de la Safer il y a un an et demi. Il est proposé uniquement aux collectivités qui ont des projets et des enjeux fonciers.


Il a dit... Christian Liabeuf
«Ces nouvelles dispositions envers les collectivités ne remettent pas en cause les missions traditionnelles de la Safer à l’égard de l’agriculture. Elle poursuit son action notamment en faveur de l’installation des jeunes».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole