Aller au contenu principal

Viande bovine
La rumeur à l’épreuve des faits

Les éleveurs du berceau des races à viande affichent leur optimisme. La conjoncture reste favorable contrairement aux «on dit» disséminés, ici et là.

Patrick Bénézit est revenu sur la stratégie de la FNB. Les éleveurs du berceau des races à viande ont également discuté de la PAC.

«La baisse des prix que vou-draient appliquer certains opérateurs est injustifiée dans la mesure où les stocks sont fai-bles». La démonstration a le mérite d’être claire. Devant ses troupes du berceau des races à viande, son chef de file, Patrick Bénézit a démontré, chiffres à l’appui, que les velléités de cas-ser la dynamique haussière des prix s’apparentait davantage à la logique de l’intox qu’à celle de la réalité.

Les stocks en femelle n’ont jamais été aussi en retrait. -142.000 têtes par rapport à l’an dernier en femelles races à viande de plus de 36 mois, - 44.000 têtes en femelles de 24 à 36 mois. En bovins mâles, la tendance est la même avec - 4 à - 7 % de bovins présents sur les exploitations. L’export des broutards a progressé de 6 % en 2011, avec une forte accélération en direction des pays tiers. Alors effectivement, les inquiétudes liées au virus de Schmallenberg ont quelque peu ralenti la dynamique engagée vers l’Algérie, la Tunisie et la Turquie. Mais pas de quoi enrayer des relations commerciales dont l’assise, certes récente, devrait pourtant s’inscrire dans la durée. « Les prix mondiaux sont au plus haut. Depuis 2010, l’Europe est de nouveau exportatrice de viande bovine», explique Baptiste Buczinski, chargé de mission à la fédération nationale bovine.

 

Double V : viande et vif

Une fédération qui, dès la fin des actions syndicales menées chez le géant Bigard, fin 2010, avait choisi de s’engager dans une stratégie exportatrice, soutenue par les pouvoirs publics. La machine ne s’est pas mise en route du jour au lendemain, il a fallu batailler sévère pour obtenir la création du groupement export français, décrocher des certificats sanitaires… « La dynamique est désormais lancée, mais il nous faut jouer sur les deux tableaux, celui du vif et de la viande », estime un éleveur de Saône-et-Loire. Et d’insister sur l’intérêt des éleveurs à être dans le groupement export, afin de peser dans les décisions. Les éleveurs estiment aujour-d’hui que certains abatteurs en jouant la carte de l’intox desservent la filière tout entière. « Après des plaintes à n’en plus finir des abatteurs sur des volumes de production « insuffisants » et la «mise en péril» de l’aval, les mêmes expliquent actuellement qu’il y a trop d’offre par rapport à la demande, et que les cours doivent baisser. Tout cela sans se préoccuper des coûts de production réels des éleveurs », insiste Patrick Bénézit. Cette donnée est pourtant essentielle, sans prix attractif, le risque est grand de voir s’accélérer la décapitalisation du cheptel. Un phénomène déjà à l’œuvre dans certains départements, comme en a attesté, Jean-Pierre Moreau, éleveur dans l’Indre.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole