Aller au contenu principal

Viande bovine
La rumeur à l’épreuve des faits

Les éleveurs du berceau des races à viande affichent leur optimisme. La conjoncture reste favorable contrairement aux «on dit» disséminés, ici et là.

Patrick Bénézit est revenu sur la stratégie de la FNB. Les éleveurs du berceau des races à viande ont également discuté de la PAC.

«La baisse des prix que vou-draient appliquer certains opérateurs est injustifiée dans la mesure où les stocks sont fai-bles». La démonstration a le mérite d’être claire. Devant ses troupes du berceau des races à viande, son chef de file, Patrick Bénézit a démontré, chiffres à l’appui, que les velléités de cas-ser la dynamique haussière des prix s’apparentait davantage à la logique de l’intox qu’à celle de la réalité.

Les stocks en femelle n’ont jamais été aussi en retrait. -142.000 têtes par rapport à l’an dernier en femelles races à viande de plus de 36 mois, - 44.000 têtes en femelles de 24 à 36 mois. En bovins mâles, la tendance est la même avec - 4 à - 7 % de bovins présents sur les exploitations. L’export des broutards a progressé de 6 % en 2011, avec une forte accélération en direction des pays tiers. Alors effectivement, les inquiétudes liées au virus de Schmallenberg ont quelque peu ralenti la dynamique engagée vers l’Algérie, la Tunisie et la Turquie. Mais pas de quoi enrayer des relations commerciales dont l’assise, certes récente, devrait pourtant s’inscrire dans la durée. « Les prix mondiaux sont au plus haut. Depuis 2010, l’Europe est de nouveau exportatrice de viande bovine», explique Baptiste Buczinski, chargé de mission à la fédération nationale bovine.

 

Double V : viande et vif

Une fédération qui, dès la fin des actions syndicales menées chez le géant Bigard, fin 2010, avait choisi de s’engager dans une stratégie exportatrice, soutenue par les pouvoirs publics. La machine ne s’est pas mise en route du jour au lendemain, il a fallu batailler sévère pour obtenir la création du groupement export français, décrocher des certificats sanitaires… « La dynamique est désormais lancée, mais il nous faut jouer sur les deux tableaux, celui du vif et de la viande », estime un éleveur de Saône-et-Loire. Et d’insister sur l’intérêt des éleveurs à être dans le groupement export, afin de peser dans les décisions. Les éleveurs estiment aujour-d’hui que certains abatteurs en jouant la carte de l’intox desservent la filière tout entière. « Après des plaintes à n’en plus finir des abatteurs sur des volumes de production « insuffisants » et la «mise en péril» de l’aval, les mêmes expliquent actuellement qu’il y a trop d’offre par rapport à la demande, et que les cours doivent baisser. Tout cela sans se préoccuper des coûts de production réels des éleveurs », insiste Patrick Bénézit. Cette donnée est pourtant essentielle, sans prix attractif, le risque est grand de voir s’accélérer la décapitalisation du cheptel. Un phénomène déjà à l’œuvre dans certains départements, comme en a attesté, Jean-Pierre Moreau, éleveur dans l’Indre.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole