Aller au contenu principal

ARVALIS
La rouille jaune continue son déploiement dans le département

Le climat humide et froid des dernières semaines a favorisé le développement de la rouille jaune en zone de plaine mais aussi depuis ces dix derniers jours en altitude.

La rouille jaune apparait en foyer, elle est facilement reconnaissable à ses pustules jaunes-orangées alignées en faisceaux entre les nervures.

Cette maladie, qui, dans notre région, se cantonne généralement aux variétés de blé les plus sensibles touche, cette année, les variétés de blé moyennement sensibles et les triticales avec des attaques d’une intensité sans précédents dans la région. Globalement, cette année est une année à risque pour les deux types de rouilles, en raison des importants cumuls de températures depuis le début de la campagne et malgré le coup de froid de février. L’apparition en France l’an dernier d’une nouvelle race de rouille jaune peut faire craindre un contournement des sensibilités variétales et est peut-être responsable de l’accroissement des attaques sur triticale.

 

Sachez repérer les rouilles et réagir vite !

La progression des rouilles peut être rapide, surtout pour la rouille jaune. Celle-ci apparait en foyer et si elle n’est pas détectée à temps, les dégâts peuvent être très vite élevés. C’est pourquoi, le seuil de traitement est : dès l’observation des premières pustules, quel que soit l’étage foliaire ! Cette ma-ladie apprécie les printemps frais (optimum 12-15°C), humides et les temps couverts. Sa progression est stoppée lorsque les températures dépassent 25°C et les spores sont détruites par les rayons ultra-violet du soleil.

Si aujourd’hui, les attaques de rouille jaune sont préoccupantes, il faut rappeler également la présence de pustules de rouille brune depuis l’hiver dans beaucoup de parcelles de plaine et de moyenne altitude. Cette maladie risque de prendre le pas si les températures augmentent (son optimum est autour de 20°C), surtout si l’humidité persiste. Le traitement doit intervenir dès la présence d’1 pustule sur une des trois dernières feuilles. Les parcelles présentant des pustules sur les étages inférieurs (F4 notamment) doivent faire l’objet d’une surveillance renforcée car le développement vers les étages supérieurs peut être rapide dès que des conditions favorables sont réunies.

 

Quels fongicides contre les rouilles ?

La lutte chimique contre la rouille jaune comme contre la rouille brune doit associer des triazoles efficaces (époxiconazole, metconazole, tébuconazole, cyproconazole) à une strobilurine. Il n’y a pas, à ce jour, de résistances développées par les rouilles à ces familles de fongicides. Les matières actives les plus performantes contre la rouille brune le sont généralement aussi contre la rouille jaune. La lutte préventive, ou du moins en tout début d’attaque, est plus efficace que la lutte curative.

Exemple d’intervention envisageable pour les parcelles encore non protégées (attention : à moduler en fonction d’un éventuel traitement contre la fusariose) :

0,7 l/ha de Priori Xtra

0,6 l/ha d’Opéra

1 l/ha de Bell Star + 0,2 l/ha de strobilurine (Acanto, Comet)

0,9 l/ha d’Opus New + 0,2 l/ha de strobilurine (Acanto, Comet)

1,2 l/ha de Fandango

Les doses proposées permettent une couverture depuis le stade dernière feuille étalée jusqu’à la fin de cycle.

 

Attention, on constate une reprise du développement des rouilles sur des parcelles traitées en début d’attaque il y a 3 semaines : la persistance des traitements fongicides est d’autant plus limitée que la dose appliquée était faible. La surveillance des parcelles dans ce cas est donc toujours de mise.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole