Aller au contenu principal

Social
«La révolution sociale agricole réside au-delà de l’aspect financier»

Depuis le 1er janvier, les agriculteurs sont indemnisés suite à une maladie ou un accident d’ordre privé. Une victoire pour la profession qui néanmoins n’oublie pas les autres combats dans le domaine social.

Philippe Panel, administrateur à la MSAAuvergne.

Petit à petit la profession agricole rattrape les au-tres corps de métier en termes de prestations sociales. Depuis le 1er janvier 2014 un agriculteur, non salarié, en arrêt de travail suite à une maladie ou un accident de la vie privée, touche des indemnités journalières. A partir du 8ème jour non travaillé (3 en cas d’hospitalisation), 20,91€/jour d’arrêt lui seront versés. Au-delà de 28 jours d’incapacité de travail, l’indemnité sera de 27,88€/jour.

Ce nouveau dispositif est financé par une cotisation forfaitaire de 200 € que devront s’acquitter les chefs d’exploitations.

Cette mesure était sollicitée par la MSA et la profession depuis près de 15 ans.

Aujourd’hui pour Philippe Panel, administrateur à la MSA Auvergne, elle a des airs de révolution sociale agricole.

 

En quoi l’obtention de ces indemnités journalières est-elle un réel changement pour la profession ?

Elles apportent, en partie, des réponses à des agriculteurs en situation délicate. La MSA a souvent des cas où le chef d’exploitation tombe gravement malade, l’obligeant à se faire remplacer durant plusieurs semaines. Sans assurance et sans aide financière, il est parfois difficile pour cet agriculteur de régler la facture. Certes, le montant des indemnités est quelque peu dérisoire mais il participe tout de même à régler une partie des frais.

 

L’importance de ces indemnités journalières n’est pas seulement financière

Je pense effectivement que le changement pour la profession va au-delà. Ces indemnités journalières sont un signal fort envoyé à l’agriculture. Elles ont la volonté de faire de l’agriculteur, un chef d’entreprise comme tous les autres. Il a lui aussi le droit de se reposer pour récupérer d’une maladie, d’un accident de ski ou de voiture. Pendant trop longtemps, la vie privée des agriculteurs a été négligée alors qu’elle est un enjeu important dans la vie professionnelle. Se donner les moyens de préserver sa santé permet aussi de préserver son entreprise.

 

Pourquoi un tel droit est-il appliqué si tardivement au regard des autres professions?

Une loi sociale de cette envergure ne se modifie malheureusement pas en une poignée d’années. Il y a eu de nombreux débats entre les différents acteurs concernés, un cheminement administratif et législatif à suivre… Malgré tout, cela est inadmissible qu’il ait fallu tout ce temps. J’espère qu’à l’avenir l’évolution des prestations sociales agricoles se fera plus rapidement notamment celles liées à la retraite.

Aujourd’hui, nous sommes dans un système qui n’est pas à la hauteur des chefs d’entreprises que nous sommes. Plus de 70% des agriculteurs partent à la retraite avec une pension de 800 à 850€/mois alors qu’ils ont travaillé pendant plus de 40 ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole