Aller au contenu principal

Viande bovine
« La référence au coût de production dans les contrats est non négociable »

Eleveur dans l’Ain, et président de la section régionale bovine Auvergne-Rhône-Alpes, Jonathan Janichon appelle les producteurs à redoubler de vigilance dans l’élaboration et la négociation de leurs contrats. 

Dans le cadre de la loi Egalim 2, la contractualisation est obligatoire depuis le 1er janvier entre l’éleveur et son ou ses acheteur(s). C’est donc bien à l’éleveur de proposer son contrat ?

Jonathan Janichon : Effectivement, c’est bien à l’éleveur de proposer un contrat ou lorsqu’il est en organisations de producteurs ou coopérateurs, ces structures peuvent le faire pour lui si leur règlement intérieur leur permet. Mais dans tous les cas, l’éleveur doit en connaître les modalités, et valider ces dernières.

La référence aux coûts de production est l’une des modalités centrales des contrats. Pourquoi les éleveurs ne doivent-ils pas transiger sur cette notion ?

J.J : La prise en compte des coûts de production est effectivement le point névralgique. Il faut mieux ne pas signer un mauvais contrat que d’en signer un qui n’engagerait que des volumes sans faire référence aux indicateurs de coûts de production. Pour mémoire, les seuls indicateurs valables sont ceux validés par l’interprofession. L’enjeu est très clair car il vise une rémunération à hauteur des producteurs. Nous appelons donc tous les éleveurs à ne pas se laisser enfermer par un prix fixe, d’autant que les tarifs ne pourront être revus, que si et seulement si, les indicateurs de coûts de production figurent bien dans les contrats.

Que se passe-t-il si le producteur vend à plusieurs acheteurs ?

JJ. : L’éleveur peut faire plusieurs contrats, il n’est pas obligé de contractualiser toute sa production avec un seul acheteur, même si certaines entreprises et coopératives demandent un taux minimum d’apport¹.

Une fois le contrat proposé, quelles responsabilités incombent aux acheteurs ?

JJ. : Pour vendre ses animaux, l’éleveur doit proposer un contrat aux acheteurs. Ensuite, les deux parties peuvent rentrer dans un schéma de négociation. Du moment, où nous sommes dans le processus de négociation, nous sommes dans la légalité, à condition que l’acheteur est fait une réponse à la proposition de contrat. Là-aussi, ce retour est obligatoire.

Comment accompagner les éleveurs dans ce changement profond ?

JJ. : En cas de doute et d’interrogations, les éleveurs ne doivent pas rester seuls. C’est pourquoi, nous les invitons à faire appel à leur réseau syndical. Ne perdons pas de vue, l’intérêt énorme pour les producteurs de mener à bien cette contractualisation, et saisissons cette opportunité inédite pour enfin être payés au juste prix.

¹ Pour mémoire, le décret qui régit les apports minimum d’un adhérent à son OP viande bovine (OPC et OPNC) fixe le niveau à 75% des volumes (comptage en têtes).

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole