Aller au contenu principal

FDO 63
La reconquête ovine passe par la découverte et l’information

Mardi 2 avril, les élèves des lycées de Marmilhat, Rochefort-Montagne et du Breuil-sur-Couze ont été conviés, avec leurs enseignants, à une journée d’information sur la production ovine départementale.

Dans une salle du lycée Louis Pasteur, pas moins de soi-xante-dix élèves ont participé à la présentation de la production et de la filière ovine.

Lorsqu’on demande aux lycéens combien sont issus du monde agricole, la réponse positive est fortement majoritaire.

Par contre, très peu ont des troupes ovines dans leur environnement proche. Si la plupart veulent devenir agriculteurs, aucun n’a songé à élever des brebis. La réalité est sans appel, l’information doit passer et permettre l’éveil de ce public privilégié, futur acteur dans le monde agricole de demain. La Fédération départementale ovine a à cœur de faire découvrir cette production et de donner le goût aux jeunes générations.

 

Maintenir le cheptel national et installer des jeunes

Le cheptel ovin français ne cesse de diminuer depuis 1980, l’âge des moutonniers augmente. La volonté des professionnels est de maintenir le cheptel et d’installer des jeunes. La France produit seulement 40 % de ce qu’elle consomme, la production diminue plus vite que la consommation. Cette dernière est surtout saisonnière (Noël et Pâques), variable d’une région à l’autre (plus élevée dans le Sud et à Paris). En moyenne, un Français consomme 3,8 kg /an. Le déficit de viande ovine est comblé par les importations. Paul Bony, Vice-président de la FDO, insiste sur les démarches qualité (accompagnant la production d’agneaux français) qui permettent de maintenir un prix rémunérateur alors que dans d’autres pays, tels que la Nouvelle-Zélande, la qualité n’est pas au centre des préoccupations. Ces agneaux d’entrée de gamme se retrouvent à bas prix sur les étals, concurrençant très fortement la production française alors que les systèmes de production sont très différents. Les éleveurs français ne peuvent pas lutter et sont forcés d’agir contre de telles pratiques. A cela s’ajoute les modes de conservation de ces viandes vendues « fraîches » alors que les bêtes ont été abattues plusieurs semaines auparavant…

 

Rien ne vaut le concret…

Richard Randanne, éleveur sur la commune de Vernines, a captivé les élèves en racontant son histoire et ce qui l’a amené à être éleveur de moutons. Il n’a négligé aucun détail pour montrer tout l’attrait de l’élevage ovin tant en termes de technicité et de modernisme que de rentabilité pour l’éleveur productif.

L’après-midi s’est déroulé au Gaec de la Fontaine du Sureau chez Thierry Orcière et Nicolas Honhon à Lezoux. Les élèves ont visité l’exploitation dans sa globalité en écoutant les deux jeunes éleveurs expliquer leur parcours et le fonctionnement du GAEC. C’est une manière très concrète et donc très attrayante d’appréhender la production ovine. Selon le souhait des professionnels, ces journées permettent d’amorcer une réflexion qui va se faire sur le long terme dans l’esprit des jeunes et qui pourra conduire à une augmentation des installations de troupes ovines.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole