Aller au contenu principal

Fédération départementale ovine
La Reconquête ovine est en marche dans le Puy-de-Dôme

Le syndicalisme et le développement agricole (EDE, Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme et la Pra Dômes Hautes Combrailles) s’allient pour déployer, sur le terrain, le mouvement de la Reconquête Ovine.

Le Lycée de Rochefort Montagne accueillait, jeudi 28 janvier dans ses locaux, les acteurs de la filière ovine. Eleveurs, futurs éleveurs, élèves du lycée, techniciens, coopératives, tous étaient présents pour discuter ensemble de l'avenir et de la mise en place du mouvement « Reconquête Ovine »
Ce mouvement, mis en œuvre grâce à la reconnaissance de la production ovine via la réforme de la PAC, consiste à améliorer la compétitivité des exploitations en se basant sur trois axes : l'amélioration des performances technico-économiques dont le taux de productivité numérique par brebis ; les charges d'alimentation (trop souvent importantes sur les exploitations) et l'amélioration du revenu. La politique de prix reste également un axe de travail pour la filière.
Richard Randanne, éleveurs ovin sur la commune de Vernines et administrateur à la Fédération Départementale Ovine expliquait : « Depuis des années nous demandions une reconnaissance de notre production, trop longtemps marginalisée. Le travail réalisé au niveau départemental, régional et national a permis cette reconnaissance en obtenant une nouvelle prime ovine équivalente à la PMTVA soit 21 € plus 3 € si nous sommes adhérents à une organisation de producteurs. » Et d'ajouter, «Nous avons un avenir prometteur. A nous de rendre notre production plus compétitive et moins marginalisée, tout cela passe par la Reconquête Ovine.»

Les techniciens de l'EDE, Copagno, UPRA ROM complétaient cette intervention en faisant un état des lieux de la filière ovine et de ses perspectives. L'après midi fût consacrée à la visite de trois exploitations : chez Jean-Luc et Joëlle Tourreix, Earl de l'Echarme, sur la commune de Gelles sur la thématique « adaptation du système fourrager » ; Camille Lassalas à Beaune le Chaud, sur le parcours d'installation en production ovine ; et chez Richard Randanne à Vernines sur l'identification électronique.

 

L'exploitation de Richard Randanne

Installé en 1998 sur 60 ha sur la commune de Vernines, la troupe ovine s'élève à 750 brebis de race Rava. Richard vend des agneaux de boucherie, il pratique l'agnelage 3 en 2 ans. Son système est également basé sur l'herbe avec foin et enrubannage. Le choix de Richard Randanne est de développer la technique, notamment sur les coûts alimentaires afin de diminuer ses charges.

L'exploitation de Jean-Luc et Joëlle Tourreix

Installés sur 62 ha sur la petite région agricole de Rochefort Montagne, zone essentiellement herbagère avec 98 % de la surface en herbe. Une partie du troupeau part en estive de mai à début septembre. Le troupeau ovin se compose de 620 brebis de race Rava, l'exploitation produit des agneaux de bergerie. Le système de production est uniquement basé sur l'herbe.

L'exploitation de Camille Lassalas

Camille a le projet de s'installer au printemps 2010 en GAEC avec sa mère sur 110 ha. La troupe ovine devrait évoluer dans les trois années à venir et passer de 450 à 800 brebis de race Rava. Leur parcellaire est uniquement composé de prairies permanentes. Leur système est totalement herbager avec du foin et de l'enrubannage et il n'y a pas de consommation de concentrés par les brebis. Ils pratiquent l'agnelage 3 en 2 ans, la construction d'un bâtiment (bergerie + stockage) est en projet.

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole