Aller au contenu principal

La recherche agronomique ouvre grand ses portes

L’INRA de Theix a ouvert au grand public les portes de ses installations pour présenter l’ensemble des activités du centre et échanger sur différents thèmes de recherches.

Les visiteurs ont été nombreux à entrer dans les laboratoires pour découvrir les dessous de la recherche agronomique.

l’INRA à Theix a ouvert ses portes au grand public les 29, 30 et 31 mai derniers. Autour d’ateliers thématiques et ludiques et une série de mini-conférences plus de 400 scolaires et 3 000 visiteurs ont pu découvrir l’ensemble des activités du centre ainsi que ses coulisses. Cette opération unique résulte de la volonté des scientifiques de partager leurs résultats de recherche mais aussi d’une demande du grand public. «Nous voulons avant tout expliquer aux visiteurs pourquoi et comment nous menons nos recherches et dans quels domaines. Le site de Theix est orienté sur les thématiques de l’élevage herbivore en montagne, la qualité des produits viande et lait, la nutrition humaine préventive ou encore l’épidémiologie. Des sujets parlants pour chacun» explique Jean-Baptiste Coulon, président du centre Inra de Clermont/ Theix.

 

Au cœur de la recherche

Durant trois jours, ce sont plus de 150 chercheurs, techniciens et autres qui ont été mobilisés pour accueillir et informer les visiteurs. Ces derniers ont pu visiter les installations notamment l’abattoir et la ferme expérimentale où l’éthique et le bien-être animal étaient au cœur des discussions. «L’expérimentation animale est un sujet complexe. Nous aurons toujours besoin d’animaux pour la conduite de certaines recherches comme l’efficacité de l’alimentation par exemple. Cependant, cela ne nous empêche pas de leur apporter tout le bien-être nécessaire et de rechercher des options pour limiter leur utilisation. Il est de notre devoir d’expliquer au public pourquoi nous utilisons des animaux. Nous n’allons pas, parce que c’est un sujet sensible, faire l’impasse ; au contraire».

Autour des quatre thématiques de l’élevage de montagne, la nutrition préventive, l’épidémiologie animale et la qualité des produits animaux, les visiteurs ont eu un aperçu des différentes recherches menées dans les laboratoires.

Ainsi, l’impact du stress nutritionnel sur la santé, le chocolat et la santé cardio-vasculaire, les tiques, ces petites bêtes qui nous embêtent, ou encore la diminution de la production de méthane ont été autant de sujets abordés avec les curieux.

Ces portes ouvertes ont également été l’occasion de parler des différents métiers du monde de la recherche (ingénieurs, techniciens informatiques…).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole