Aller au contenu principal

La propagation de l’ambroisie se poursuit sur tout le territoire

Plante invasive, l’ambroisie diffuse un pollen particulièrement allergisant. L’Observatoire Régional de la Santé Rhône-Alpes publie une étude(1) sur le développement de l’ambroisie.

Ambroisie

Le taux de prévalence(2) de l’allergie aux pollens d’ambroi- sie ne cesse de progresser. Dix ans après la première étude de 2004, l’Agence Régionale de Santé fait le point sur le risque ambroisie en Rhône-Alpes. Toutes zones confondues, un ménage sur quatre souffre d’allergie. Depuis 2004, le pourcentage de ménages avec au moins un cas d’allergie a significativement augmenté. La proportion devient significativement plus importante en zone fortement exposée. 13% de la population est désormais concernée (contre 9,2% en 2004). Le chiffre double presque pour atteindre 21% dans la zone fortement exposée.

Selon STOP AMBROISIE, 1 200 000 personnes en France souffrent d'allergies au pollen d'ambroisie, souvent de manière sévère.

Par ailleurs, la cartographie de l’ambroisie mise à jour en 2014 par le Ministère de la santé montre que la plante ne cesse de s’étendre. Alors que l’ambroisie était cantonnée à la seule région Rhône-Alpes, la plante invasive s’est aujourd’hui étendue à 87 départements français. En effet, seulement 9 départements sur 96 ne seraient pas impactés.

Pour lutter contre l’ambroisie, il manque à ce jour une volonté politique plus marquée ainsi qu’un outil législatif que les patients appellent de leurs voeux. Une proposition de loi a été déposée à l’Assemblée nationale qui attend d’être débattue. Il y a maintenant urgence.

80% du pollen d’ambroisie est issu du monde agricole. Celui-ci en est à fois victime et responsable. Il est essentiel que les agriculteurs aient à disposition tous les outils nécessaires pour lutter contre cette plante invasive et allergisante.

1) L’étude consiste en une enquête téléphonique sur la base d’un questionnaire, menée à la mi-septembre 2014 par IPSOS sur un échantillon de 2 502 foyers soit 7 024 personnes. Son objectif principal était d’estimer, dans trois zones homogènes d’exposition croissante de la région Rhône-Alpes, la prévalence de l’allergie aux pollens d’ambroisie ainsi que son évolution depuis la dernière étude menée en 2004.

2) Taux de prévalence : Nombre de personnes souffrant d'une maladie particulière à un moment donné, par population exposée au risque de cette maladie.

L’ambroisie en Haute-Loire et dans le Puy-de-Dôme

L’ambroisie est pour l’instant présente principalement dans l’Allier et le Puy de Dôme. Elle est arrivée de la région Rhône-Alpes où elle est particulièrement implantée. Elle envahit les plaines et les basses altitudes, mais on peut également l’observer à plus de 800 m.

Dans le département du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire, un arrêté préfectoral, préconisant la destruction systématique des plantes dès le mois de juin, a été pris plusieurs années de suite afin de juguler la prolifération. L’ARS missionne la FREDON Auvergne pour animer et mettre en œuvre le plan régional de lutte contre l’ambroisie. Elle a pour missions de coordonner les différents acteurs impliqués dans la lutte contre l’ambroisie, de former les référents et d’animer leur réseau, et d’accompagner les collectivités, gestionnaires privés… dans la gestion de la présence d’ambroisie sur le terrain (expertise technique, médiation).

Si vous repérez de l’ambroisie, remplissez le formulaire de signalement disponible en téléchargement sur le site internet de l’ARS Auvergne. Joigniez une photo de votre observation, afin de permettre la validation des données communiquées et adressez votre signalement à la mairie où est localisée l’ambroisie par courriel ou par courrier et à la chargée de mission ambroisie - FREDON Auvergne par courriel à pascale.fredon@fredon-auvergne.fr ou par courrier à FREDON Auvergne – Ambroisie - 83, av de l’Europe - Site de Marmilhat - 63370 Lempdes.

Source : ARS Auvergne

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole