Aller au contenu principal

"La profession dénonce des cours anormalement bas"

Christian Guy, Président de la section régionale porcine, éleveur dans le Cantal

Christian Guy, Président de la section régionale porcine,
éleveur dans le Cantal

Alors qu’on manque de porcs pour satisfaire le marché, depuis quelques semaines le cours français dévisse. Une situation incompréhensible et à terme très dangereuse pour la filière.


La filière porcine française semble à nouveau traverser une zone de turbulences.Peut-on parler de crise ?

Christian Guy : Depuis deux mois, la situation s’empire avec des cours du porcs qui plafonnent autour de 1,22 euro, alors que nos voisins européens, les espagnols et les allemands sont payés 15 centimes de plus. La France ne peut pas toujours rester en queue du peloton. D’autant que le marché est porteur puisqu’on manque de porcs pour satisfaire la demande. Il n’y a donc aucune raison qui justifie la baisse du cours du porc en France.


Comment expliquez cette situation ?

C.G : La gestion d’une coopérative bretonne, la Cooperl, numéro un français du porc, est en train de mettre à mal la filière française. La Cooperl a toujours fait cavalier seul. Elle le prouve encore une fois aujourd’hui en entrainant l’ensemble des acteurs dans une spirale à la baisse suicidaire. Ce n’est pas aux producteurs français de pâtir de la restructuration d’une seule entreprise (1). Le système breton est à bout de souffle. Par cette politique de baisse de prix, il s’enterre un peu plus chaque jour.


Quels sont les risques pourles régions à faible densité comme les nôtres ?

C.G : Les régions du Massif central, à faible densité sont évidemment étouffées par le diktat breton consistant à faire la course au prix bas. Ce n’est plus possible, qui plus est dans un contexte où la demande est soutenue. Aujourd’hui, il y a de la place pour tout le monde. Toutes les régions françaises réunies au sein de la fédération nationale porcine ont décidé de maintenir la pression pour obtenir des hausses de prix. Il serait de bon augure qu’elles interviennent rapidement.

Propos recueillis par S. chatenet

(1) Le groupe coopératif Cooperl, a repris en juin 2017 le pôle charcuterie-salaison de Financière Turenne Lafayette. Le nouvel ensemble pèse 16 % du marché de la charcuterie salaison en France.

Ambiance tendue

Dans un communiqué cinglant, début juillet, les FRSEA Bretagne et Pays de la Loire ont critiqué vertement la décision de la coopérative Cooperl de fixer son prix« maison » du porc à 1,18 €/kg carcasse, soit un niveau inférieur de 4 centimes au cours du marché du porc breton.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole