Aller au contenu principal

Prix  du  lait
La production laitière française toujours en baisse

La mise à jour de l’observatoire des prix du lait et la conjoncture de la filière laitière montrent une fois de plus que les prix du lait ne sont pas à la hauteur.

Il y a quelques semaines, la FDPL du Puy-de-Dôme publiait pour la première fois un observatoire des prix du lait dans le département. Dans cette édition de votre journal, ce tableau vient s’enrichir des prix du second semestre. Les prix pratiqués par les coopératives et les entreprises privées sont en hausse mais sont encore loin de couvrir les charges des exploitations qui explosent. Le prix conforme, pour juin 2022, avoisine les 480€ en montagne (cf tableau). L’écart au prix conforme des laiteries s’explique par la non prise en compte du prix de revient dans les formules de prix. Un prix conforme, c’est un prix conforme à la loi EGAlim et un prix conforme au mix-produit des entreprises. Un prix conforme, c’est le prix du lait minimal auquel un producteur devrait être rémunéré. Un prix conforme, c’est la base avec lequel les OP doivent négocier avec leur entreprise.
En avril 2022, en ce qui concerne la conjoncture, la collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en repli pour le 8ème mois consécutif. En Australie et en Nouvelle-Zélande la collecte est toujours orientée à la baisse sur les quatre premiers mois de l’année (-6% et -5,5% respectivement) avec un déficit de main d’œuvre et des conditions de production peu favorables. La collecte étasunienne est également en recul en avril et mai 2022 pour le 7ème mois consécutif malgré un prix du lait très élevé, dépassant les 560 €/1000L en avril.

Un prix européen à 474 €/t

En Europe, la collecte est à nouveau en retrait (-1,4%) et affiche un léger recul de -0,5% sur les quatre premiers mois de l’année. La baisse de collecte s’accentue en avril dans les trois pays producteurs principaux. La collecte allemande recule de 2,6%, la collecte française de 2,0% et les Pays-Bas de 2,6%, ces derniers subissant la mise en place de quotas sur les phosphates et nitrates. La collecte irlandaise est en repli pour le deuxième mois consécutif, avec un taux de réforme qui augmente fortement par rapport à 2021. En mai 2022, le prix du lait européen atteint un nouveau niveau record (474€/t, +33%/2021). Malgré le léger tassement de prix de certains produits laitiers, le prix du lait poursuit sa progression sur des niveaux records. La hausse de prix payé au producteur s’approche des 40% sur un an en Allemagne et en Irlande, la hausse dépasse même 42% aux Pays-Bas. Les prix continuent donc leur progression partout en Europe.

En France, la production accuse un repli de 1,3% par rapport à 2021

En France, la collecte a poursuivi le repli entamé au 4ème trimestre 2021, en enregistrant en avril son 8ème mois consécutif de recul. Sur les 4 premiers mois de 2022, le repli se chiffre à 1,3% par rapport à 2021. Après avoir fléchis en avril et en mai, les cours des différentes poudres ont rebondi depuis fin mai. Celui de la poudre de lait écrémé a repris 100 €/t pour afficher 4100 € (+57%/2021) mi-juin, sous son niveau historique de 4380 €/t atteint mi-avril. Le cours du beurre (calcul CNIEL) a stoppé mi-juin sa hausse, proche des 6900 €/t (+69%/2021).
Le prix du lait poursuit sa hausse en avril 2022, s’établissant à 406 €/1000 litres pour le standard (38 g/l MG – 32 g/l MP) conventionnel (hors AOP et bio) en avril, soit une progression de 3% d’un mois sur l’autre et de 23% sur un an. En parallèle, les charges sont toujours en hausse depuis plusieurs mois, avec un indice IPAMPA qui a légèrement progressé de 1,2 point entre mars et avril. Si les postes Aliments achetés et Engrais et amendement ont poursuivi leur hausse, le poste Energie et lubrifiant a reculé en avril.
Au total, l’indice IPAMPA progresse de 21 points sur un an.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le jeu "La Grange" est une représentation simplifiée d'un territoire d'élevage. Son objectif est la co-construction par les joueurs d'une grange qu'ils devront faire évoluer au fil du temps, des contraintes et des souhaits partagés.
GAMAE : des jeux sérieux pour répondre à de sérieux enjeux
L’INRAE présente GAMAE, la première plateforme française de ressources scientifiques et techniques dédiée aux « jeux sérieux »…
Sécheresse plans de maïs
Le département du Puy-de-Dôme reconnu pour les calamités agricoles
Une partie du Puy-de-Dôme reconnue au titre des calamités agricoles avec 158 communes concernées. Les demandes d'indemnisation…
Durant la période qui précède la reprise de l’exploitation, Sylvain investit l’argent qu’il gagne dans son futur cheptel de vaches Aubrac.
Une transmission hors-cadre familial réussie !
Jean-Louis Lescure, exploitant retraité depuis octobre 2021, a eu la chance de trouver un jeune repreneur pour son exploitation.…
Méthaniseur
Méthanisation : solution d’avenir en milieu agricole
Bertrand Duprat, agriculteur méthaniseur et vice-président de l’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF),…
La nouvelle programmation FEADER 2023-2027 en Auvergne Rhône-Alpes met l'accent sur l'installation et les investissements agricoles.
La Région assoit son soutien à l'agriculture
Les services de la région Auvergne Rhône-Alpes ont présenté le nouveau programme FEADER 2023-2027 à l’occasion d’une rencontre…
Julien Villedieu, Éric Villedieu et Jean-François Geille se tenant devant leur bâtiment récemment agrandi.
Robots de traite en circulation libre et maintien du pâturage
Mardi 8 novembre, des portes ouvertes bâtiment étaient organisées par l’EDE 63 au Gaec du Puy de Boucaud à Heume-l’Église,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole