Aller au contenu principal

CULTURES
La production céréalière puydômoise en baisse

En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte, conjuguée aux conséquences du changement climatique et à une succession de mauvais rendements.

Le blé tendre d'hiver est la culture qui accuse la plus importante perte de surfaces.

En moins de cinq ans, la surface puydômoise en cultures a diminué de près de 8 000 ha (101 475 ha en 2016 contre 93 565 ha en 2020). En cause, "la déprise agricole, la bétonisation des terres, la difficulté du renouvellement des générations ou encore du changement climatique avec ses successions de sécheresses et aléas entraînant de mauvais rendements" explique Frédéric Moigny, conseiller agronomie à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme.

- 5 000 ha pour le blé en 5 ans

En 2018, AGRESTE établit que seulement 24% des exploitations puydômoises sont spécialisées en grandes cultures et 8% en polyculture et polyélevage. Les cultures céréalières se partagent ainsi la sole: 42% en blé, 13% en maïs grain irrigué et non irrigué, 9% en triticale,  8% en tournesol, 7% en maïs fourrage et 7% en maïs semence.
La production représente malgré tout 8% de la production française de semence de maïs. Des filières qualitatives se sont construites autour du blé tendre, du maïs grain et bien d'autres. Pourtant, depuis le dernier recensement agricole, leurs surfaces ont diminué. En moins de cinq ans, près de 8 000 ha ont été abandonnés et le blé tendre d'hiver est la principale victime.
La Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme a ainsi enregistré une baisse cumulée des surfaces de blé tendre d'hiver de plus de 5 000 ha (45 000 ha en 2016 contre 39 700 ha en 2020). Ses rendements diminuent en moyenne de 5q/ha depuis 1989 avec une intensification de ces pertes à partir des années 2000 avec en moyenne
- 8q/ha en 20 ans. Depuis, la courbe prend des allures de "montagnes russes". Ainsi en 2003, le Puy-de-Dôme enregistrait une production moyenne inférieure à 45q/ha,  l'année suivante à près de 80q/ha pour rechuter à 60q/ha en 2005. Depuis, les rendements oscillent dans la fourchette de 45 à 70 q/ha avec une chute vertigineuse à 47 q/ha en 2019.

Les autres cultures

A la deuxième place de cette déprise, le maïs grain non irrigué a perdu 2 650 ha depuis 2015. En 2014, le rendement moyen était de 106 q/ha (moyenne quinquennale de 94 q/ha) pour chuter à 58 q/ha en 2015 et ne plus jamais atteindre les niveaux historiques.
En parallèle, d'autres cultures ont progressé à l'image du maïs grain irrigué (+ 1 500 ha /2015) et du maïs semence (+ 650 ha /2015). Le tournesol, dont les surfaces diminuaient, voit aussi sa sole augmenter dès 2016 passant de 5 300 ha à plus de 7 550 ha aujourd'hui. Les rendements sont néanmoins en baisse. En 2017, les 6 200 ha cultivés ont produit 19 220 tonnes alors qu'en 2020, sur une surface plus importante, le volume est sensiblement le même : 18 875 tonnes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

La construction du projet Urban village, matérialisée ici en rouge, concerne 10 ha sur la plaine de Sarliève.
Projet Urban Village : Préservons l'espace agricole !

Le projet "Urban Village" présenté par la SAS 3J, représentée par Monsieur Jean-Philippe Rey, concerne la création d'un…

Thierry Chirol, président de la FDPL63.
"Le prix est au cœur de notre combat !"
Thierry Chirol, président de la FDPL63.
Marché de producteurs locaux à Aigueperse
A ne pas manquer ! le 25 septembre à Aigueperse
Les Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme organisent, le samedi 25 septembre 2021, un marché de producteurs locaux.
Vaches qui s'abreuvent
Aide à l’abreuvement : c’est le moment d’investir !
Le Conseil régional AuRA prolonge son aide à l’abreuvement des bovins allaitants au pâturage. Vous avez jusqu’au 6 octobre pour…
La foire se veut l’un des temps forts de la rentrée en Auvergne.
Retour de la Foire de Clermont-Cournon du 11 au 19 septembre
Après un an d’absence, la foire internationale de Clermont-Cournon revient à la Grande Halle d’Auvergne du 11 au 19 septembre.  
Sabine Tholoniat produit du lait à proximité de Thiers.
Sabine Tholoniat : " Et à la fin c’est encore le producteur qui trinque… "

Sabine Tholoniat produit du lait bio dans l’est du Puy-de-Dôme qu’elle livre pour partie à Sodiaal. Présidente de la FNSEA63…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole