Aller au contenu principal

Sanitaire
« La prévention est le meilleur des remèdes ! »

Le GDS 63 poursuit ses actions de contrôles et de gestion pour prémunir le plus grands nombre d’éleveurs des risques sanitaires.

Depuis 2013, le GDS en association avec la Fédération des
chasseurs du Puy-de-Dôme mène une surveillance épidémiologique sur le grand gibier.

Depuis 2007, le GDS a organisé plus de 180 journées de formations pour près de 2 070 éleveurs. Des formations pratico-pratique visant à aider les producteurs à se prémunir, à identifier et à traiter les différents problèmes sanitaires qu’ils peuvent rencontrer sur leurs exploitations. Lors de l’assemblée générale du groupement de défense le 18 avril dernier, Lionel Allaford, le président, a rappelé combien « il est important que les éleveurs se forment et adaptent leurs pratiques pour protéger leurs troupeaux et éviter des pertes de revenus. La prévention est le meilleur des remèdes ! » Le GDS poursuit en 2014 ces journées de formations menées en partenariat avec la société vétérinaire 5mVet, spécialisée dans la médecine de ruminant.

Une convention sanitaire

Les actions du GDS 63 ne s’arrêtent pas aux formations. L’an passé, le groupement a signé une convention avec la Fédération départementale des chasseurs du Puy-de-Dôme. Avec l’aide du Laboratoire Vétérinaire et Biologique et la DDPP (Direction Départementale de la Protection des Populations), ils ont établi un cadre de travail pour organiser une épidémiosurveillance. L’objectif de cette action est d’infirmer ou confirmer le rôle du gibier dans la transmission de maladies aux animaux d’élevages. Les maladies ciblées sont l’IBR et le BVD sur les cervidés, le BDisease sur les mouflons, la Brucellose, l’Aujeszky et le SDRP sur les sangliers. Pour mener à bien cette étude, les chasseurs puydômois réalisent des prélèvements sur les animaux qu’ils ont abattus. Ainsi en 2013, ce sont plus de 11 000 gros animaux sauvages qui ont été prélevés et 400 échantillons en cours d’analyse. Dans cette convention, le GDS informe les chasseurs sur les modalités de prélèvements, finance les frais d’analyse et rédige plusieurs articles techniques pour les éleveurs et les chasseurs. «Cette action est importante puisqu’elle nous permettra une bonne fois pour toute, de savoir si les animaux sauvages transmettent des maladies à nos animaux et d’agir en conséquence avec la Fédération des chasseurs» ajoute Lionel Allafort.

Interlocuteur de l’état

L’autre temps fort de l’assemblée générale du GDS 63 est l’annonce de la reconnaissance d’Organismes à vocation sanitaire (OVS). Depuis le 1er avril 2014, les GDS de France deviennent les uniques interlocuteurs de l’Etat en matière de veille sanitaire. Désor-mais, le GDS 63 devient une section de l’Organisme à vocation sanitaire régionale. Pas de changement en vue pour les éleveurs si ce n’est que de nouvelles espèces entreront dans l’organisme. C’est dans ce cadre que le 11 janvier dernier, la section apicole du GDS 63 a été créée rejoignant ainsi les bovins, caprins, ovins et poissons.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Le Covid aura finalement eu raison du plus grand rassemblement du monde de l'élevage.
Le Sommet de l'élevage reporté en 2021
Le rendez-vous européen des professionnels de l'élevage prévu début octobre à Clermont-Ferrand ne se tiendra pas cette année.
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
A Ardes-sur-Couze, Nicolas Buffay, éleveur allaitant, a saisi avec son objectif  la présence de cette colonie de vantours.
Le vautour aurait-il changé de comportement ?
Une centaine de vautours attaque mortellement des animaux vivants et en bonne santé dans le secteur du Sancy. Un comportement «…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole