Aller au contenu principal

La préservation des terres, premier outil de travail de tout agriculteur

Le foncier agricole est à préserver et les Jeunes agriculteurs en font un combat à mener, car sans terres agricoles, il n'y a pas d'agriculteurs.

Cela s'est passé le vendredi 1er décembre. Des Jeunes agriculteurs de l'intercanton de Riom s'étaient donné rendez-vous, avec les équipements nécessaires, arborant la bannière JA, à Riom, sur une parcelle qui est devenue il y a quelques années, la propriété de l'État, en prévision de la construction du centre pénitentiaire, qui depuis est sorti de terre.

Cette parcelle de moins d'un hectare est située à la sortie de Riom le long de la route départementale 224 celle qui mène à Ennezat. Cela fait plus de trois ans maintenant qu'elle est laissée à l'abandon.

Retour donc à la fonction initiale de cette terre, qui vient d'être remise en culture. Une décision unilatérale des Jeunes Agriculteurs, qui sont venus pour broyer la végétation en place puis semer du blé. Et la récolte de l'année prochaine permettra de faire un don à une association caritative.

 

Opération de communication

L'objectif premier de cette action est de dénoncer la surconsommation et le gaspillage du foncier agricole. Bien rare, il est trop facilement soustrait de l'agriculture par les collectivités publiques, sous prétexte d'aménagements collectifs pas toujours justifiés et qui ne sont trop souvent que de lointains projets.

Opération de communication

L'objectif premier de cette action est de dénoncer la surconsommation et le gaspillage du foncier agricole. Bien rare, il est trop facilement soustrait de l'agriculture par les collectivités publiques, sous prétexte d'aménagements collectifs pas toujours justifiés et qui ne sont trop souvent que de lointains projets.

 

La gestion des élus pointée du doigt

Cette action a été volontairement médiatisée par les Jeunes agriculteurs. Ils ont ainsi pu dénoncer la mauvaise gestion par certaines décisions d'élus ou d'administrations, en rappelant que des centaines d'hectares de terres qui étaient cultivées sont laissées inutilement en friche en périphérie de nombreuses agglomérations.

Chaque année en France, en équivalence de surfaces agricoles, un département tous les sept ans est rayé de la carte : 78.000 ha par an, soit la disparition de trois exploitations agricoles par jour. C'est l'outil de travail des agriculteurs qui disparait et en même temps, tout un pan de l'économie.

Il a dit

Étienne Belin, jeune agriculteur depuis 2010 au Cheix-sur-Morge

« Nous alertons le public et les élus du gaspillage des terres agricoles. Ils doivent prendre conscience que chaque année de belles terres fertiles, de la terre noire qui pourrait accueillir du blé ou du maïs, sont utilisées pour construire des locaux commerciaux et autres. Le centre pénitentiaire de Riom est l'exemple type. Il a été réalisé dans une zone où il n'y avait rien. Alors que, non loin de là, il y a des friches industrielles laissées vacantes. Pourquoi ne pas les utiliser et les revaloriser plutôt que de piocher dans le capital foncier agricole ? Avec un hectare, nous pouvons produire jusqu'à 25 000 baguettes. Si ce gaspillage de terre perdure, sur quoi produirons nous ce pain ? »

Propos recueillis par M. COMTE

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole