Aller au contenu principal

Economie
La plaquette, le système «D» pour réaliser des économies

Le déchiquetage des bois bocager peut devenir une source de revenu pour les agriculteurs à condition qu’ils soient inscrits dans un réseau.

Lors de la journée Cuma à Arlanc, la Cuma des Deux Rochers a réalisé une démonstration avec son matériel pour témoigner de la rapidité et de l’efficacité de travail.

Dans les locaux de la Cuma Rénovation à Arlanc, le 8 avril dernier, les adhérents et agriculteurs puydômois se sont réunis pour assister à un exposé conjointement mené entre la FDCuma 63 et la Chambre d’agriculture. Le sujet du jour : la valorisation des bois bocager. Les haies ne sont pas rares sur les exploitations agricoles et leur entretien génère des branches rarement utilisées. Pourtant, elles représentent 30 à 50 de la biomasse du bocage. Leur transformation en plaquette offre une réponse énergétique pour le chauffage privé des agriculteurs et/ou une solution compensatoire pour le paillage des animaux, lorsque la paille manque. Dans les deux cas, cette ressource permet de réaliser des économies non négligeables puisque un Mètre cube Apparent Plaquette (MAP) équivaux à 85 litres de fioul et quatre MAP à une tonne de paille.

Bois multi-usages

Aujourd’hui, plus de 500 éleveurs du Massif central utilisent les plaquettes bois pour diminuer leur consommation de paille. Epandues dans la stabulation en une couche de 7 à 10 cm, les plaquettes absorbent les liquides et restent en place durant 15 jours à trois semaines. D’autres éleveurs l’épandent également en couche de 7 à 10 cm sur laquelle ils rajoutent de la paille et curent le tout environ tous les 15 jours à trois semaines. Les éleveurs utilisateurs ont ainsi pu observer que la plaquette bois se révèle être un excellent drainant dont la structure stable (même après plusieurs semaines) améliore la portance des animaux. La facilité de curage mais également son action « anti-odeur » apportent un confort non négligeable au sein du bâtiment.

En revanche, cette litière de bois est bien plus froide que la paille d’où l’intérêt d’associer les deux types de litière pour permettre aux jeunes animaux de se réchauffer.

Les plaquettes bois conquièrent aussi les chauffages domestiques. Gabriel Chautard, agriculteur sur la commune d’Arlanc, a adopté ce système en 2006 avec l’installation d’une chaudière bois automatique qui chauffe deux maisons mitoyennes. Actuellement, la chaudière est alimentée par des plaquettes de scierie dont le prix de revient est d’environ 10€/MAP. Au total, l’agriculteur consomme chaque année 70 MAP. A terme, Gabriel Chautard envisage d’utiliser le bois issu de l’entretien des forêts et taillis de son exploitation en adhérant notamment à la Cuma des Deux Rochers.

Un réseau où s’inscrire

La Cuma des Deux Rochers, basée en Haute-Loire, réalise des « tournées » sur son département mais aussi dans le Puy-de-Dôme pour le déchiquetage du bois. Elle met à disposition des adhérents le tracteur et la déchiqueteuse, équipée d’une grue de chargement, ainsi qu’un chauffeur. Le déchiquetage du bois s’effectue sur le lieu de stockage des plaquettes afin d’optimiser le temps de travail. Le bois est réduit en plaquettes d’une taille d’environ 2,5 cm mais plusieurs tailles sont possibles. Le diamètre maximum du bois déchiqueté est de 37 cm. Le rendement du chantier varie selon son organisation, la dureté du bois et la longueur des billons et peut donc aller de 15 à 50 MAP/heure. La Cuma des Deux Rochers facture la prestation aux alentours de 5€ HT/MAP pour un débit de 35 MAP/heure. L’activité en plein développement dans la Cuma attire également le regard des autres coopératives puisque la commercialisation de plaquettes pour le chauffage est en plein essor.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Le Covid aura finalement eu raison du plus grand rassemblement du monde de l'élevage.
Le Sommet de l'élevage reporté en 2021
Le rendez-vous européen des professionnels de l'élevage prévu début octobre à Clermont-Ferrand ne se tiendra pas cette année.
De gauche à droite : Bertrand Bissuel, directeur du lycée, Alain Mercier, président de la Communauté de communes Dômes Sancy Artense , Brice Hortefeux et le sénateur Jean-Marc Boyer.
Des travaux au lycée de Rochefort-Montagne
Le lycée agricole de Rochefort-Montagne est engagé dans un plan de rénovation de ses bâtiments pour lequel la Région contribue à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole