Aller au contenu principal

Visite ministérielle
«La place du ministre est aussi à l’extérieur, à ouvrir de nouveaux marchés pour l’export»

En visite dans le Puy-de-Dôme jeudi 16 décembre, Bruno Le Maire a fait le tour des avancées significatives obtenues. Il a rendu hommage à Jean-Michel Lemétayer, «un homme qui avait à cœur d’expliquer l’agriculture», et a souhaité bonne chance à Xavier Beulin, nouveau président de la Fnsea.

Dans l’après-midi, le ministre devait rencontrer les représentants des filières d’élevage, à la préfecture et se rendre à Perpezat, chez Stéphane Batissard, jeune éleveur allaitant. A l’ordre du jour : l’élevage allaitant, en crise. Contesté du fait de son absence au Sommet de l’Elevage, le ministre s’est efforcé de venir en Auvergne discuter d’élevage avec les professionnels avant la fin de l’année.

 

Déterminé à soutenir la production bovine

 

«Je suis venu en Auvergne pour dire que je suis déterminé à soutenir la viande bovine. Cette production a beaucoup trop souffert» a-t-il déclaré à la presse, en préambule. «Ma première priorité est la remontée des prix à la production. On se bat pour ça ; de petits résultats ont été obtenus» a-t-il expliqué, évoquant par là les hausses consenties par Bigard, lors des blocus d’abattoirs du 7 au 11 novembre. Au cours de cet épisode, le ministère avait apporté sa part au règlement du conflit en s’engageant à améliorer les capacités d’export des animaux vifs et des viandes.

Travail de déblocage pour l’export

 

«Ma seconde priorité, c’est l’export : j’ai réussi à obtenir la levée de l’embargo de la Russie sur la production bovine française. Début 2011, je me rends en Algérie pour effectuer le même travail de fond. Je ferai de même pour la Turquie bientôt» a-t-il déclaré.

Au congrès de l’Udsea, le préfet avait déjà révélé cette information qui redonne courage aux éleveurs allaitants. En donnant son calendrier et la tournée des pays qu’il envisage de visiter, le ministre a donné encore plus de concret à cette mission.

Interrogé sur son absence au Sommet de l’élevage, Bruno Le Maire s’est inscrit dans ce travail d’ouverture des marchés étrangers, en déclarant : «C’est beaucoup plus facile de valoriser la viande française et d’ouvrir les marchés en allant sur place, en Inde, en Russie, défendre les produits français. Et c’est le rôle du ministre.»

Viande bovine française, viande de qualité

 

«Ma dernière priorité, c’est la valorisation de la viande bovine. Les consommateurs doivent avoir une information claire, il faut de la transparence sur les marges dans la filière» a-t-il enfin déclaré. Bruno Le Maire a réaffirmé que le rapport sur la filière bovine, rédigé par l’observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires, serait publié «avant la fin de l’année 2010». Dans ce rapport doit figurer la formation du prix dans la filière. «A la lumière de ce rapport, il deviendra possible de procéder à un rééquilibrage» a déclaré le ministre, sans s’engager personnellement dans ce rééquilibrage.

Bruno Le Maire visite un élevage allaitant dans le Puy-de-Dôme

L’Udsea et les JA ont répondu à l’invitation de la Préfecture pour se rendre à la visite du ministre de l’Agriculture sur l’exploitation de Stéphane Batissard à Perpezat.

«Une visite importante pour montrer au ministre notre volonté d’exister et notre envie de nous battre, pour peu qu’on nous en donne les moyens» expliquait Patrick Trillon, président de l’UDSEA qui déplorait toutefois les mesures de sécurité «disproportionnées» qui entouraient cette visite.

 

Le prix de la viande bovine en ligne de mire

Stéphane Batissard, éleveurs de bovins allaitants témoignait des conséquences des baisses des prix de vente sur le chiffre d’affaires de son exploitation. Ces baisses de prix qui concernent toutes les catégories d’animaux s’ajoutent à la hausse des charges. La visite de cet élevage a été l’occasion de rappeler au ministre les attentes des éleveurs du département. Tous ceux qui ont participé au blocage des abattoirs du groupe Bigard se souvenaient des engagements de chacun et notamment des pouvoirs publics. Les annonces positives sur la levée de l’embargo des viandes vers la Russie, la principale annonce du Ministre, ont pu les rassurer en partie. «C’est un élément de nature à faire augmenter les prix de vente rapidement» espère Jean-Paul Thénot, président de la section bovine de l’Udsea et qui rappelle également les engagements pris par les acteurs de la filière: transparence dans les opérations de pesée, classement, marquage et promotion des viandes françaises par les distributeurs.

 

La production laitière en débat

Michel Tournadre, élu de la Chambre d’agriculture, présentait la Pra et donnait aux participants l’occasion d’échanger sur les questions laitières globales et les sujets locaux : relation des producteurs avec les entreprises de la région, organisation des producteurs, contractualisation... Les producteurs de lait rappelaient au ministre qu’il faut prendre le temps nécessaire pour mettre en place la contractualisation dans de bonnes conditions et sans précipitation.

J. Kerleaux

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes dans une vigne
La convention collective nationale de la production agricole et des Cuma en six questions
 La convention collective nationale de la production agricole et des Cuma entrera en application soit le 1er janvier si l'arrêté…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole