Aller au contenu principal

Gaec & Sociétés
La personne comme clé de voûte d’une entreprise efficace à plusieurs

L’agriculture de groupe, en congrès au Puy-en-Velay la semaine dernière, propose des solutions collectives et la mutualisation des moyens pour affronter l’avenir incertain.

juin au Puy-en-Velay, GAEC & Société a présenté ses pistes de réflexion pour l’avenir de l’agriculture confrontée depuis quelques années à l’incertitude et aux fluctuations en matière économique comme réglementaire. Pour affronter l’avenir, cette organisation professionnelle agricole nationale prône la mutualisation des moyens à travers l’agriculture de groupe et place pour cela la personne au centre du fonctionnement et des choix stratégiques à mettre en oeuvre au sein des exploitations ; GAEC & Société parle d’un défi humain qui fut d’ailleurs le thème central de ce congrès. Sa première priorité vise à réaffirmer le choix de la personne ; dans une société où l’individualisme se répand, l’agriculture de groupe a une ambition différente. Elle entend «proposer des solutions collectives qui tiennent compte des objectifs communs au groupe mais aussi des intérêts particuliers et valorisent les personnes qui y participent» a souligné Dominique Chapolard, secrétaire général de GAEC & Sociétés. L’agriculture de groupe a été présentée comme un moyen de contrer le malaise collectif actuel des agriculteurs affectés par la non reconnaissance de leur travail, une rémunération de leurs produits sans lien avec la qualité ou encore la crainte de la faillite… Travailler en groupe permet de disposer de plus de moyens pour maîtriser son activité; la gestion du temps, la compétivité générée par la spécialisation des compétences des associés, la possibilité de tester de nouvelles voies de développement, sont autant d’atouts propres à l’agriculture de groupe. Travailler en sociétés permet également de traverser plus facilement une phase de stress. «En GAEC, le partage des expériences et des responsabilités permet de ne pas faire porter cette charge (Ndlr : de travail, les difficultés économiques et obligations réglementaires) sur une seule personne». La formation à

l’agriculture de groupe fait partie des grandes préoccupation de GAEC & Sociétés qui demande notamment la création d’un statut d’associé-stagiaire, statut hybride entre salarié et associé, dont pourrait bénéficier tout jeune candidat à l’installation en GAEC.

 

Le relationnel au cœur de toutes les attentions

En groupe, les questions relationnelles revêtent une importance toute particulière. C’est pourquoi GAEC & Sociétés insiste sur la nécessité pour les associés de faire appel à un accompagnement relationnel et de médiation (en cas de conflits). GAEC & Sociétés oeuvre aussi pour une meilleure reconnaissance des personnes au sein des GAEC ; le code rural pose le principe qu’un associé de GAEC doit être traité à l’identique d’un exploitant individuel. Pour les membres de cette organisation : « il ne faut plus transiger avec ce principe… Dans tous les domaines de la transparence économique, appliquez la loi. Ne limitez pas à trois la mise en oeuvre de la transparence, vous découragez les GAEC les plus performants. On n’est pas moins agriculteur lorsque l’on s’allie à plusieurs !» a indiqué Hubert Beaudot s’adressant à la représentante du Ministre de l’Agriculture, Marie-Christine Cuny. Le GAEC entre époux a occupé une large place dans les débats. Même si cette nouvelle formule de GAEC, pur produit de la dernière LMA (Loi de Modernisation Agricole), suscite encore bien des remous, Hubert Beaudot, président de GAEC & Sociétés, leur a souhaité la bienvenue : «Notre mouvement les considère à l’égal des autres GAEC». Ce qui ne l’a pas empêché de faire part de son insatisfaction à l’égard de ce nouveau type de sociétés qu’il qualifie de «réponse partielle à la problématique statutaire des couples exploitants. Elle apporte une reconnaissance en cas de constitution de GAEC, mais pas dans les autres cas d’exploitation en société». Autre faille : «La LMA permet les GAEC entre époux mais ne reconnaît pas ses associés dans les diverses réglementations économiques. Tel est le cas au regard des ICHN… La transformation d’une EARL entre deux époux associés exploitants en un GAEC ne permet pas d’obtenir une reconnaissance. Alors même que les conditions permettant, suite à une installation aidée, de redéfinir une part ICHN supplémentaire sont réunies» notre le président de GAEC & Sociétés. Le mouvement dédié à l’agriculture de groupe a demandé des évolutions sur ce point précis et a vivement encouragé le Ministère à revisiter les modalités d’application de la transparence.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole