Aller au contenu principal

La performance s’obtient aussi par le bâtiment

Le Gaec de la Ligulaire a ouvert les portes de son exploitation dont le bâtiment d’élevage et de stockage de fourrages a été complètement réorganisé en 2016.

Les portes ouvertes bâtiments organisées par la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme sont l’occasion de découvrir des installations aussi diverses que variées. A Saulzet-Froid, la famille Chabot du Gaec de la Ligulaire a participé à l’opération. En 2016, les quatre associés ont complètement réorganisé leur ferme pour avoir aujourd’hui un outil de travail à la fois fonctionnel et performant. Séchage en grange accolé à la stabulation, elle-même raccordée à la nurserie réalisée dans l’ancienne étable entravée, aucun détail n’a été laissé au hasard.

 

Du foin bien sec

La visite commence par le séchage en grange réalisé en juin 2017 et attenant à la stabulation. D’une taille de 40 m x 19,5 m, il est aménagé de deux cellules de 15 m x 10 m mais comprend encore de la place pour la réalisation future d’une troisième cellule. À l’intérieur de ces cellules, des caillebotis installés à 50 cm du sol assurent la circulation de l’air chaud envoyé par les deux ventilateurs de 18,5 kW. « L’air chaud est capté entre la toiture et l’OSB. La toiture de couleur sombre fait office de chaudière grâce au rayonnement du soleil » explique Eliane Teissandier, conseillère bâtiment à l’EDE du Puy-de-Dôme. Les cellules, bien que réalisées en OSB (panneau composé de lamelles de bois NRDL), sont complétements hermétiques. « Le matériau est peu onéreux, facile à manipuler et à installer mais il y a beaucoup de main d’œuvre pour boucher tous les trous entre les plaques. »

Quant aux deux ventilateurs, ils sont installés à l’arrière de ces deux cellules dans un local anti-bruit quasiment hermétique. « Quand tu rentres ici lors de la saison des foins, tu n’arrives pas à te tenir à cause du bruit et les courants d’air t’arrachent la porte des mains ! » Cette puissance est pourtant indispensable pour sécher plus de 1 800 m³ de fourrage soit 180 tonnes (100 kg par m³) en 5 à 10 jours, selon le taux de matière sèche de ce dernier.

 

Itinéraire technique

Très concrètement, voici comment fonctionne le séchage en grange au Gaec de la Ligulaire. A la saison de la récolte, les quatre associés fauchent leur herbe qu’ils laissent sécher au pré maximum trois jours. Equipés d’une auto-chargeuse, ils ramassent le foin en vrac, ayant alors un taux d’humidité d’environ 60%, qu’ils déposent sur un quai de déchargement devant les cellules. Au-dessus de celles-ci, une griffe à foin avec un bras de 11,8 m, pilotée par l’éleveur, attrape l’herbe pour venir ensuite la déposer dans les cellules. « Pour un fonctionnement optimal, il doit y avoir au minimum 1 mètre de fourrage dans la cellule avant d’actionner les ventilateurs, sinon l’air chaud s’en va. » Une fois sec, le foin est stocké toute l’année dans les cellules. Au moment du nourrissage des animaux, les éleveurs utilisent la griffe pour prendre le fourrage nécessaire et le placer dans une zone de dégriffage située à mois de 30 mètres de la stabulation. Equipé également d’un valet de ferme, il ne leur reste plus qu’à distribuer aux animaux.

Nicolas Chabot, associé du Gaec témoigne avoir « gagné considérablement en pénibilité sur l’ensemble des opérations, de la récolte jusqu’à la distribution ». Hormis le travail, les éleveurs ont également amélioré la qualité de leurs fourrages. « On peut les récolter plus précocement et surtout on trouve qu’il y a plus de feuilles. De plus, comme le stockage est relié à la stabulation, on n’a pas besoin de sortir dehors pour aller chercher le foin. En plein hiver, c’est vraiment confortable. »

 

Assurer un bon départ

La stabulation des génisses a été réalisée en 2016 dans une partie de l’ancien hangar à foin. C’est elle qui fait le lien entre le séchage en grange et la stabulation existante.

Là encore, les éleveurs ont conçu leur bâtiment pour qu’il soit pratique mais surtout performant. Ainsi, 34 logettes avec fosse sous caillebotis et matelas avec genouillère à eau assurent le confort des futures vaches. « C’est l’avenir de notre production, on doit en prendre soin » explique Nicolas Chabot et le jugement est bon puisque depuis «elles ont une meilleure croissance et un meilleur état sanitaire ».

Enfin, comme rien ne se perd et tout se transforme au Gaec de la Ligulaire, l’ancienne étable entravée, servant au logement des génisses, a été réhabilitée en nurserie. Les stalles ont été entièrement démontées puis remplacées par d’un côté 21 logettes face au mur, et 4 parcs de l’autre (2 pour les génisses allaitées, 1 pour les génisses sevrées et un box vêlage) et entre les deux un couloir d’alimentation.

Pour conclure, le clou du spectacle, en plus d’être équipé d’un DAL et d’un racleur à câble dans la partie logette, la nurserie donne sur la stabulation. « Quand une vache veut faire le veau, on a juste à ouvrir la porte, aller la chercher et la conduire dans la nurserie. Encore une fois pas besoin de sortir dehors. » Et là encore, les associés ont considérablement gagné en confort de travail et en performance en assurant un bon départ à la nouvelle génération.

 

Combien ça coûte ?

Côté coût, le Gaec s’en sort plutôt bien. Le séchage en grange a demandé environ 320 000€ d’investissements, la stabulation des génisses plus de 197 000 € (5 795€/ place) et la nurserie près de 50 000€ (1 211€/place).

À noter qu’ils ont pu bénéficier des aides du PCAE (Plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations Agricoles).

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole