Aller au contenu principal

PAC 2023-2027
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?

Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les agriculteurs doivent anticiper dès maintenant la réforme.

Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.

Alors que le Conseil supérieur d’orientation (CSO) se réunissait le 13 juillet pour affiner ses arbitrages sur la future Pac, le surlendemain, Cerfrance Puy-de-Dôme Avenir organisait un webinar sur le thème : La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ? Animée par Nathalie Velay, Responsable Service Etudes et Références Cerfrance Alliance Massif-Central, et Sandrine Ballot, Conseillère de gestion Cerfrance Puy-de-Dôme Avenir, la session a permis de faire un point sur les premiers arbitrages et leurs impacts sur les exploitations.
Dans les grandes lignes de la réforme de la Pac, les deux intervenantes ont souligné le maintien du budget des ICHN (Indemnités compensatoires de handicaps naturels) avec un partage du financement UE-Etat ; la volonté d’aller vers une simplification administrative des MAEC (Mesures agro environnementale et climatique) ; la gestion par les régions des aides à l’installation, aux investissements et du plan bâtiment. " C’est en effet à l’échelle de chaque région que les grilles sur les DJA et subventions bâtiments vont être définies avec la volonté pour la région AuRA d’harmoniser les aides entre Auvergne et Rhône Alpes. Ce qui pourrait influencer les taux des subventions octroyés demain " a expliqué Nathalie Velay.
Concernant les aides couplées animales : la baisse budgétaire est entérinée. Elle est complétée par la remise en question des systèmes à moindre valeur ajoutée et la volonté de privilégier les systèmes extensifs. " Les différentes hypothèses énoncées sont donc plus d’animaux valorisés à 15-16 mois, des aides à l’UGB plutôt que des aides à la tête, plafonnées à 1,4 UGB par surface productive avec des plafonds de 100 à 120 UGB en vaches allaitantes et 40 UGB en vaches laitières, avec des montants hypothétiques qui seraient à 50€/UGB en bovin lait et 85€/UGB en bovin viande " détaille Sandrine Ballot. Du côté des aides couplées végétales, l’essentiel est axé sur le développement des protéines végétales, la France souhaitant doubler ses surfaces pour devenir leader dans l’alimentation animale et humaine. " Les montants d’aide seraient incitatifs à l’hectare " selon la conseillère Cerfrance Puy-de-Dôme Avenir.

Eco régimes et démarche volontaire

Jusqu’à présent le paiement vert était versé aux agriculteurs d’office, à partir du moment où ils respectaient les éléments de conditionnalités. Dans la future Pac, ils vont devoir se positionner sur une des trois voies de l’éco régime (pratique de gestion agroécologique des surfaces agricoles, biodiversité et paysages agricoles ou certification) " la démarche est désormais volontaire. Si vous ne vous positionnez pas, c’est que vous acceptez de perdre ce que vous perceviez du paiement vert soit environ 80€/ha " prévient Nathalie Velay. Enfin, selon les différents scénarios qui vont être conclus au niveau des éco régimes " certaines exploitations Bio risquent d’être pénalisées " constate la conseillère. En effet, le crédit d’impôt bio qui court actuellement jusqu’en 2022 n’a pas l’assurance d’être reconduit et l’aide au maintien de la Région sera stoppée. " Seules resteront les aides à la conversion sur 5 ans ".

Réfléchir, anticiper

L’ensemble de ces orientations de la Pac demande encore à être affûté ; beaucoup d’inconnues demeurent sur le contenu précis des différentes mesures, leur montant et sur les arbitrages budgétaires. " Mais cela ne doit pas empêcher les agriculteurs à réfléchir et se positionner en fonction de leur production et de l’historique de leur exploitation " ont expliqué les deux intervenantes. Les enjeux sont sensibles et il faut se poser les bonnes questions. Sur les éco régimes par exemple, est-ce que je peux m’intégrer facilement dans la démarche au niveau supérieur ou au niveau standard ? Est-ce que cette intégration va me permettre de compenser le paiement vert ?
Pour les éleveurs allaitants, le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes ; d’où l’intérêt de se s’interroger sur : Faut-il diminuer le nombre de vaches allaitantes pour engraisser plus d’animaux ? Y a-t-il des opportunités de filière ou de label ? Dois-je diversifier sur du végétal ? Et comment gagner en autonomie pour réduire les intrants ? " Chacun doit analyser les risques et les opportunités pour son exploitation " a conclu Nathalie Velay.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole