Aller au contenu principal

Interview
La MSA, acteur incontournable de la ruralité

Le 15 septembre, Philippe Panel a été réélu à la présidence de la MSA Auvergne. Au démarrage de son deuxième mandat, il souligne la typicité de ce service de protection sociale, indispensable à la ruralité.

Philippe Panel, président de la MSA Auvergne
Philippe Panel, président de la MSA Auvergne
«La MSA souhaite conforter son engagement sur les territoires ruraux en étant reconnue comme l’interlocutrice de la prestation sociale.»

Exploitant agricole depuis près de 40 ans sur les terres de Limagne, président de structures associatives telles que MSA Services, APAMAR, ARPFE depuis déjà 5 ans, et enfin administrateur MSA depuis 1984, Philippe Panel, issu du 1er collège, a été réélu président de la MSA Auvergne le 15 septembre.

Si vous deviez relever un fait marquant de votre première mandature quel serait-il ?

Le développement des services auprès des ressortissants MSA. Ce fut mon cheval de bataille au cours de mon premier mandat et je compte bien poursuivre sur cet axe. Je suis par ailleurs très fier d’accéder à la gouvernance d’un système atypique dans le monde de la protection sociale en France ; un système qui représente la famille agricole dans son ensemble avec des valeurs mutualistes qui lui sont propres.

J’ai la chance d’être l’héritier passager de ces valeurs et de pouvoir les transmettre.

La crise sanitaire a-t-elle impacté le déroulement des élections MSA ?

Le covid, et le confinement qui s’en est suivi, ont bien sûr bouleversé le mode de fonctionnement des élections MSA. L’assemblée générale n’a pas pu avoir lieu en présentiel et, du coup, l’élection du conseil d’administration s’est déroulée par correspondance. Une situation inédite qui a empêché les temps indispensables d’échanges et de convivialité entre délégués. Et aujourd’hui encore il est très difficile de mettre en place des animations sur le terrain…

Comment la MSA gère-t-elle ce contexte ?

Très vite la MSA Auvergne s’est mise en ordre de marche. Notre réseau d’élus, notre concept de guichet unique et notre maillage du territoire composé des infirmiers, des assistants sociaux, des médecins etc… nous ont permis d’être réactifs pour identifier les besoins de nos ressortissants au plus près du terrain.

Des moyens ont ainsi été mis en place pour tous les secteurs fragilisés. Le service prévention est intervenu auprès des employeurs pour communiquer sur les outils de protection à développer contre le covid et sur les postures à adopter dans le travail. Nous avons également débloqué des aides financières pour accompagner les entreprises dans l’achat d’équipements de protection et l’aménagement de postes de travail.

Enfin des appels téléphoniques ont également été passés auprès des personnes isolées et précaires pour recenser leurs besoins.

Quels sont les enjeux de votre nouvelle mandature ?

Cette nouvelle mandature s’appuie sur le projet MSA 2025 sur lequel nous travaillons déjà depuis plusieurs mois. Le constat est simple : face à la baisse démographique de nos ressortissants il nous faut trouver les moyens de préserver notre régime de protection sociale. Pour cela, la MSA souhaite conforter son engagement sur les territoires ruraux en étant reconnue comme l’interlocutrice de la prestation sociale. Notre guichet unique nous permet en effet de répondre à toutes les questions sociales des ruraux et d’assurer la protection sociale du dernier kilomètre.  Cette mission correspond parfaitement à la MSA qui a su créer différents services et groupes associatifs pour ses ressortissants (maintien à domicile, insertion professionnelle, soins, gestion pour compte etc…) et qui demain pourrait les mettre à disposition des ruraux.

Cela maintiendrait aussi des emplois de proximité ?

Oui, notre objectif à travers le projet MSA 2025 est aussi de maintenir l’emploi et les services sur les territoires. La MSA Auvergne c’est 800 salariés ETP et des emplois de proximité créés. Nous sommes dans l’économie sociale et solidaire et demain nous pouvons être acteurs de la protection sociale sur les territoires ruraux.

Nous travaillons dans ce sens avec le ministère de la Cohésion et des Territoires. La Convention d’Objectif et de GEstion (COGE) qui lie la MSA avec l’Etat et définit les moyens financier et humains pour 5 ans est en cours de négociation. Nous œuvrons pour obtenir ,via cette cenvention, des moyens supplémentaires à la réalisation du projet MSA 2025. Un gros travail de communication est de lobbying a été enclenché par notre réseau d’élus en direction notamment des parlementaires, pour les convaincre de nous appuyer auprès de la COGE et être reconnus comme acteur à part entière de la protection sociale auprès des ruraux.

La MSA s’inscrit dans le caractère vital de la ruralité dans laquelle est présente notre agriculture.

La ruralité est un atout pour la France; si la ruralité est défendue, l’agriculture sera défendue !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole