Aller au contenu principal

La lutte contre le campagnol s’intensifie

La pullulation de campagnols terrestres connaît actuellement une recrudescence et il reste peu de temps aux agriculteurs pour réaliser les dernières actions de lutte.

Les pullulations de campagnols terrestres connaissent actuellement une recrudescence mais les acteurs du territoire se mobilisent pour l’enrailler.

Discret durant tout l’été du fait de la sécheresse, les premières pluies lui ont permis d’intensifier ses activités. Le campa- gnol terrestre reprend donc ses travaux de fouilles souterraines dans les prés puydômois. Tous les secteurs sont touchés, notamment les communes d’Aurières et de Vernines. C’est d’ailleurs à la Ferme Randanne que se sont réunis, la semaine passée, une trentaine d’agriculteurs des environs ainsi que la FDGDON, la DRAAF, la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme et autres structures. Ensemble, ils ont lancé la mise en route des zones pilotes. Au nombre de huit dans toute la région AuRA, dont deux dans le département (Aurières/Vernines et Rochefort-Montagne), elles ont pour objectif d’amplifier l’observation et le comptage du ravageur.

Deux zones pilotes dans le Puy-de-Dôme

« Sept agriculteurs volontaires et moi-même allons désormais réaliser des observations régulières sur des parcelles sélectionnées. Cinq agriculteurs piégeurs, volontaires également, vont réaliser des comptages. Nos relevés respectifs seront ensuite rentrés dans une application, composée d’une cartographie, mise en place par la DRAAF » détaille Sandrine Laffont de la FDGDON. Derrière ce dispositif, l’objectif est de parvenir à coordonner la lutte sur le territoire.

Agnès Bony, éleveuse de vaches allaitantes à Aurières, s’est portée volontaire pour observer et piéger les campagnols. « Nous avons toujours lutté sur notre exploitation mais le problème reste le même : si le ou les voisins ne le font pas, ça ne sert à rien ! En période de pullulation les dégâts sont importants, et lourds à porter pour l’exploitation, il faut avancer une bonne fois pour toute dans la lutte ! »

Pas d’action = sanction

C’est également la position des services de l’État. À cette réunion était présent Pascal Bagdian, sous-préfet d’Issoire qui a tenu à rappeler : «un arrêté préfectoral oblige à la lutte […] il faut le faire tous ensemble ». Et qui dit arrêté préfectoral dit également sanction. Françoise Baubet de la DRAAF ne s’en cache pas. « Nous allons dans un premier temps essayer de persuader les gens qui ne font rien à mettre en place des moyens de lutte. En dernier recours, s’ils sont déterminés à ne pas agir, alors nous appliquerons des sanctions. Ces dernières consistent à faire intervenir un prestataire de service sur leur exploitation dont la charge sera portée exclusivement par l’agriculteur. »

Les services de l’État espèrent ainsi faire accélérer la lutte contre les campagnols terrestres dans le Puy-de-Dôme et éviter un nouvel épisode dévastateur. «Certaines zones ont un risque potentiel très fort. Evitons de revivre une deuxième année 2015 où l’impact des campagnols terrestres avait été très lourd pour les exploitations » rappelle Richard Ran- danne, 4ème vice-président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

En déplacement en Haute-Loire, le président de Région a pris toute la dimension de la problématique campagnols.
Aide de la Région à la lutte collective
Le Président de Région en déplacement sur une exploitation à St Front (43) est venu constater la situation sanitaire…
Eric Greliche : « Le choix qui a été fait sur la Limagne est d’avoir des exploitations familiales, viables, produisant de la valeur ajoutée et insérées dans un circuit de proximité entre production et transformation».
"L'eau, un enjeu de territoire et de multi-usages"
Producteur de semences de grandes cultures et potagères à Espirat, administrateur Limagrain en charge du groupe eau, élu au…
Michèle Boudoin, présidente de la FNO
« L’aide ovine sera essentielle pour nos éleveurs ovins demain »
Alors que les négociations dans le cadre de la future PAC sont en cours, Michèle Boudoin, présidente de la FNO(*), appelle le…
Le Puy-de-Dôme compte chaque année de nouveaux éleveurs de chèvres qui ont aujourd'hui besoin de se rassembler pour répondre à leurs besoins techniques.
Les éleveurs caprins puydômois cherchent à se structurer
Réunis la semaine dernière, les éleveurs caprins du Puy-de-Dôme entament une réflexion autour de la création d'une association…
JA AURA
Prix : Les jeunes veulent siffler la fin de la partie
Pas de renouvellement des générations sans prix rémunérateurs pour les Jeunes agriculteurs d’Auvergne Rhône-Alpes. A l’occasion…
A gauche, l'épi d'un maître brin d'orge non gelé et à droite touché par le froid.
Les réels dégâts du gel encore incertains
Les gelées du 5 au 9 avril ont occasionné d'importants dégâts dans les vignes, les vergers mais également dans les champs où blés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole