Aller au contenu principal

La longue route des vins de la cave Saint-Verny

La cave Saint-Verny poursuit sa conquête des marchés internationaux où elle espère installer durablement l’un des rares vins cultivés sur les pentes d’un volcan.

Pierre Desprat, directeur de la cave Saint-Verny depuis 2015 a l’ambition d’emmener les vins de la cave sur les chemins des crus de renom.

Le millésime 2015 était «puissant» d’après Pierre Desprat, directeur de la cave Saint-Verny. Le 2016 joue quant à lui la carte de la «finesse» avec le palais. Les nouvelles cuvées ont été présentées récemment aux clients de la cave autour d’une élégante soirée.

 

Une image à construire

Depuis son arrivée à la tête de la coopérative il y a deux ans, le directeur engage plus que jamais le vignoble puydômois sur les chemins des grands crus.

L’objectif de la cave ne tient pas seulement dans l’augmentation de 50 ha du vignoble d’ici cinq ans. Si d’après Pierre Desprat, les Côtes d’Auvergne n’ont rien à envier gustativement, il reste encore à travailler leur image et l’exportation. Près de 30% des vins de la coopérative partent à l’export. Le Royaume-Uni, les États-Unis, le Japon, la Belgique et bien d’autres achètent les Côtes d’Auvergne et en redemandent. «Il faut sans cesse promouvoir nos vins dans ces pays sans quoi ils nous oublient». Le Canada est la dernière nation en date à adopter les vins auvergnats. Mais qu’est-ce qui différencie tant les Côtes d’Auvergne des autres crus ? «Les raisins de nos vins sont récoltés sur les pentes d’un volcan. Rare dans le monde sont les vignobles à pouvoir s’en vanter. Grâce à cette particularité, nous sommes plus originaux et avons donc moins de concurrents».

 

Professionnaliser le vignoble

L’originalité ne suffit cependant pas à créer l’enivrement autour des Côtes d’Auvergne. Le terroir puydômois est riche de son volcanisme, son archéologie ou encore de ses paysages.

Le vignoble est l’une des pièces de ce gigantesque puzzle qu’il est grand temps d’assembler selon Pierre Desprat. «Les gens qui empruntent l’A75 ignorent qu’ils traversent un vignoble. Comme d’autres ignorent que certaines vignes sont tout près de vestiges archéologiques. Je suis persuadé que le développement de nos vignes et de leur notoriété, ne se réalisera pas sans l’association de toutes les particularités de notre territoire».

Outre l’image des crus, la cave Saint-Verny poursuit également le développement de son accompagnement auprès des viticulteurs.

Davantage une diversification qu’une réelle production, la vigne a besoin de se professionnaliser. «Nous allons démarrer plusieurs études sur des parcelles test notamment sur les pétioles. Nous voulons offrir plus de professionnalisation et de visibilité à nos coopérateurs» explique Pierre Desprat.

La cave a décidément pris les chemins des grands crus : «la coopérative est une locomotive qui donne de l’ambition» a conclu le directeur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole