Aller au contenu principal

La Limagne en plein pic des castrations

La castration des maïs semence bat son plein dans le département, malgré huit jours de retard, résultat des conditions séchantes sortie d’hiver.

D’ici la fin de cette semaine (ndlr : le 26 juillet), Régis Rougier,
président du syndicat des producteurs de maïs semence estime qu’environ « 50% des surfaces seront castrées ».

Les castrations des maïs semence battent leur plein depuis le début de la semaine, accusant ainsi un retard de plus huit jours sur le calendrier habituel. Les conditions particulièrement séchantes à la sortie de l’hiver ont décalé les premières dates de semis de plusieurs semaines. « Les sols étaient extrêmement secs et les planteurs ont dû attendre les premières pluies de début mai pour semer. Environ 4 200 hectares de maïs ont été implantés entre le 4 et le 12 mai. C’est 8 à 10 jours plus tard qu’une année normale » explique Régis Rougier, président du syndicat des producteurs de maïs semence.

Taupins, vers gris s’invitent dans les cultures

Les conditions météorologiques ont ensuite été favorables au développement des maïs.

En revanche, taupins, vers gris ou encore oscinies se sont invités dans les parcelles suite à la suspension de l’usage de plusieurs traitements de semences. Les dégâts des ravageurs ont occasionné des pertes de pieds et surtout créé de l’hétérogénéité pénalisante pour la suite de la culture. « Les producteurs sont très inquiets parce qu’aujourd’hui nous sommes complètement démunis face aux taupins qui n’attaquent pas seulement le maïs mais aussi le blé. Nous n’avons aucun moyen de lutte et c’est d’autant plus inquiétant que le ravageur reste dans les sols les années suivantes. Nous avons très peur pour les productions à venir. »

A cela, la production a dû ajouter une déconvenue supplémentaire. En raison de la sécheresse 2019, il semblerait que la qualité germinative de certaines semences ait été atteinte. « On constate une levée hétérogène dans les parcelles. De ce fait, il y a eu beaucoup d’épurations » précise Régis Rougier.

Pic de castration

« La Limagne est belle, rien à voir avec l’année dernière. » Alors que les producteurs avaient le moral en berne en 2019, Régis Rougier témoigne qu’ « ils ont retrouvé le sourire ».

Si au moment de la fécondation dans les prochaines semaines, les températures ne dépassent pas 35°C « les rendements en maïs semence devraient être proches des objectifs ».

Les castrations se poursuivent pour l’heure et « plus de 50% des surfaces devraient être terminées d’ici la fin de semaine ». Malgré les mesures sanitaires, les producteurs n’ont pas rencontré de difficultés particulières dans le recrutement de la main d’œuvre à conditions que les castrations ne débordent pas sur le mois d’août.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole