Aller au contenu principal

Filière
La Gerbe d’Or prend un nouvel élan

En 2007, Domagri consolide sa filière boulangère en construisant un nouvel outil de fabrication industriel basé sur un process de fabrication artisanale.

En 1999 Domagri faisait ses premiers pas dans la filière boulangerie en devenant l’unique actionnaire de La Gerbe d’Or à Mozac. Créée en 1978 par la famille Cornet (dont un des fils assure aujourd’hui la direction) cette boulangerie de type industriel va connaître une première période de restructuration et de consolidation avant d’entamer son développement.
Cette année, le conseil d’administration de la coopérative a en effet décidé de donner un nouvel élan à cette branche d’activité en rachetant un de ses deux concurrents. «L’ acquisition de cette unité de transformation va nous permettre de consolider la production de pains et viennoiseries, d’ augmenter et de diversifier les débouchés» explique Patrick Pithon, directeur général de Domagri et de ses filiales. Dès 2007 débuteront des travaux de construction d’un nouvel outil permettant de rassembler les deux unités sur un même site de près de 2000 m2 et d’accueillir une soixantaine de salariés. "Notre objectif est de proposer des produits innovants à nos clients, de leur donner le goût et l’envie de manger du bon pain tout en abaissant les coûts de production.» Mais ce qui tient à coeur aux acteurs de cette filière, c’est l’idée de redorer le blason du pain industriel. «Le pain industriel n’a de sens industriel que par le volume et non par la façon dont il est fabriqué» précise Christophe Maffre, agriculteur à Chidrac et gérant de La Gerbe d’Or. «Un bon pain mangé en restauration collective sera un bon pain acheté chez le boulanger !» La Gerbe d’Or s’est toujours appuyée sur des process de fabrication artisanale. Et la nouvelle unité appliquera le même concept en s’enrichissant du savoir faire complémentaire acquis au travers du rachat.
Au delà de l’assise commerciale qu’il devrait consolider, ce projet a aussi pour vocation de valoriser la production de blé du département. «C’est une démarche qui devrait permettre, demain, d’apporter une valeur ajoutée aux producteurs» précise Christophe Maffre. «En 1999, la prise de participation de Domagri dans La Gerbe d’Or s’inscrivait dans les orientations que s’était fixées le conseil d’administration de la coopérative pour valoriser la production de blé de ses adhérents. Le projet de développement de 2007 est une décision professionnelle qui va dans le même sens.» La Gerbe d’Or transforme aujourd’hui près de 11 000 quintaux de farine (via la SMC (1)) soit l’équivalent de 300 ha sur les 14 000 ha de blé contractualisés par Domagri. Demain, ce sont 6000 quintaux et 200 ha supplémentaires de blé de qualité meunière, cultivés en Limagne, qui seront nécessaires à la production de pain et viennoiserie de la nouvelle unité boulangère.
(1) Société meunière du centre, filiale de Domagri.

 

Savoir plus...
L’activité boulangerie constitue le coeur de l’activité de La Gerbe d’Or : la fabrication de pains représente l’équivalent de 15 000 baguettes/ jour et les viennoiseries près de 5000 pièces/jour.
Les principaux clients de la Gerbe d’Or sont la restauration collective, à hauteur de 45% des volumes, les restaurateurs indépendants pour près de 35 %, quelques boulangers pour dépannages ou défaillances sur un produit. A cela s’ajoute l’évènementiel telles que les rencontres sportives de haut niveau.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les bâtiments agricoles ont été la cible de grêlons de la taille parfois supérieure à une balle de tennis. De nombreux dégâts sont à déplorer également sur les cultures et l'herbe.
Grêle et orages : les épisodes de trop !
Le Puy-de-Dôme a été touché le week-end de la Pentecôte par de violents orages qui ont détruit des cultures et endommagé…
Tournée calamités des Combrailles : un point de départ pour bâtir le dossier « calamités ».
Grêle : et après ?
Alors que les orages de grêle ont dévasté cultures et bâtiments le week-end de la Pentecôte, les agriculteurs éprouvés par ce…
En l'espace de 24 heures, deux vaches de Patrick Boyer ont été dépecées par les vautours dont une où la mort de l'animal n'est pas certaine avant l'intervention des charognards.
Les vautours réapparaissent près d’Égliseneuve-d'Entraigues
Les vautours fauves ont refait leur apparition dans le Puy-de-Dôme près d'Égliseneuve d'Entraigues où Patrick Boyer, éleveur de…
Lors de l’assemblée générale de la section auvergnate d’Unisylva à Brioude, la coopérative forestière est revenue sur le contexte actuel exceptionnel qui marque la première hausse significative des prix depuis plus de 30 ans.
Les marchés forestiers à des niveaux historiques
La coopérative forestière Unisylva clôture l'année 2021 sur un bilan positif grâce à un contexte exceptionnellement favorable au…
Droit à l’essai : un an de dialogue pour s’associer sur de bonnes bases
Très investies dans la structure Gaec et Sociétés, Brigitte Troucellier, agricultrice dans le Cantal et Maryse Font, agricultrice…
La journée Herbe Richesse des Combrailles a réuni une centaine de visiteurs à Villossanges.
L'herbe, une culture à part entière dans les Combrailles
Les Combrailles étaient à l'honneur la semaine dernière lors d'une journée dédiée aux cultures fourragères organisée par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole