Aller au contenu principal

Agroalimentaire
La fromagerie Wälchli “adossée” au groupe Lactalis

Pierre Wälchli cède ses parts à Lactalis.

La rumeur courait depuis plusieurs jours déjà. Dans un courrier adressé aux producteurs livreurs à l’entreprise Wälchli implantée depuis plus de 80 ans à Condat et qui emploie 55 personnes(1), son PDG, Pierre, a confirmé avoir vendu ses parts au groupe Lactalis mais non avoir cédé l’entreprise à l’industriel de Laval. Un choix qu’il a expliqué jeudi dans un communiqué après les sollicitations de l’Union du Cantal.

“Après avoir repris la société familiale à mon père en 2004, j’ai œuvré dans la continuité de ce dernier pour valoriser notre produit, tant sur le plan économico-politique local, qu’au niveau de sa stratégie d’investissement dans le but de consolider notre place de leader sur le marché du saint-nectaire laitier AOP, position notamment reconnue au travers de notre dixième médaille obtenue cette année au Concours général agricole de Paris”, fait valoir le chef d’entreprise.

“Le dernier investissement structurel réalisé en 2007 consistait en la création d’un nouveau site afin d’accroître l’activité d’affinage du saint-nectaire (2 000 tonnes/an) fabriqué par la société. La continuité naturelle de ce développement consiste à opérer de la même façon pour nos activités de fabrication, restées elles dans l’usine située dans le village, outil réalisé par Jean-Claude Wälchli dans les années 80. Pour réaliser cet investissement, indispensable à la pérennité de la société, j’ai choisi de m’adosser à un autre industriel fromager”, expose Pierre Wälchli.

 

Des valeurs industrielles communes

Un choix dont il indique qu’il s’est naturellement porté sur le groupe Lactalis, “entreprise familiale, privée et indépendante”, avec qui celui qui a été élu Coach Cantal en 2009 dit partager les valeurs “d’un véritable industriel, d’attachement au terroir”, en mettant en avant la capacité du leader français du marché du lait à valoriser les fromages AOP, “comme ce groupe a pu le démontrer dans de nombreuses régions, avec un portefeuille de plus de 20 AOP en France”, avance Pierre Wälchli. “Lactalis est le seul qui me permette de maintenir et d’améliorer encore la qualité de nos produits, tout en garantissant la pérennité de la société à Condat”, assure Pierre Wälchli. Ce dernier précise que s’il a cédé ses parts de la société il en restera aux commandes.

 

Consolider une position de leader

Si Pierre Wälchli estime que ce rapprochement permettra à son entreprise de consolider sa position de leader sur le marché du saint-nectaire AOP, une autre analyse consiste à y voir une opportunité pour le groupe Lactalis de conquérir le marché du saint-nectaire où il est déjà présent en transformant près de sept millions de litres de lait AOP en saint-nectaire sur l’usine d’Allanche. Contacté, le groupe Lactalis n’a pour l’heure pas répondu aux sollicitations de l’Union Agricole du Cantal.

(1) Chiffre d’affaires 2010 : 15,8 millions d’euros.

 

Aucun changement “social”


Pierre Wälchli assure que sur le plan social, “aucun changement n’est envisagé par le groupe”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole