Aller au contenu principal

Salon international de l'agriculture
"La France est fière de son élevage ? Alors qu’elle cesse d’œuvrer à son déclin"

La visite d'Emmanuel Macron au Salon International de l’agriculture, ce samedi 25 février, sera l’occasion pour les éleveurs de bovins viande réunis autour de la Fédération nationale bovine, de lui poser cette question simple : "l’élevage bovin a-t-il encore un avenir en France ?"

Dans un communiqué daté du 23 février, la Fédération nationale bovine exprime ses inquiétudes et invite le Chef de l'Etat à passer du discours aux actes, faute de condamner l'élevage français. 

« La France est fière d’avoir l’élevage le plus durable au monde ». Voilà la phrase qui ressort souvent dans les discours politiques. Seulement, ces élevages herbagers, familiaux, ancrés sur les territoires, avec des systèmes agronomiquement équilibrés associant prairies et cultures, la France veut-elle les exposer à tous les dangers ? A la menace de la concurrence internationale sans règle ni limite, d’abord. Jamais, depuis quelques semaines, le « NON » d’Emmanuel MACRON à l’accord UE – MERCOSUR n’a semblé aussi fragile. Le Président de la République avait pourtant pris des engagements forts, sur la question de la réciprocité des normes de production dans les échanges commerciaux notamment. Or, le contenu de l’accord avec le Mercosur n’a, depuis, jamais été rediscuté. Il ne contient toujours pas de « clause miroir » visant à conditionner l’importation de 99 000 tonnes supplémentaires de viandes bovines sud-américaines à droits de douane réduits, au respect des normes de production environnementales et sanitaires de l’UE. Ceci alors que dans le même temps, les Etats membres de l’Union européenne examinent la « Directive sur les émissions industrielles (IED) » : un texte qui prévoit de qualifier d’installation industrielle une large part des élevages bovins et les soumettre à des charges supplémentaires.

C’est là toute la contradiction de la politique européenne, dont la France semble actuellement se satisfaire : lorsqu’il est européen, l’élevage bovin est à contraindre, mais lorsqu’il est brésilien, il semble urgent de l’encourager.

A la menace du réchauffement climatique, ensuite. Le Gouvernement semble sur le point de priver les éleveurs de bovins français de toute protection efficace dans ses derniers arbitrages sur la réforme de la gestion des risques climatiques, outil pourtant indispensable pour la stabilité des exploitations.

Pour Patrick Bénézit, président de la Fédération Nationale Bovine : « Les signaux politiques envoyés par la France aux éleveurs bovins se suivent et se ressemblent depuis plusieurs mois. La France est fière de son élevage dans tous ses territoires ? Qu’elle cesse donc d’œuvrer à son déclin ! Au contraire, les éleveurs attendent des réponses politiques cohérentes afin qu’ils aient de réelles perspectives ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

La FCO-8 s'avère inhabituellement virulente. Les éleveurs sont appelés à la vigilance.
FCO-8 : situation préoccupante au sud du Massif Central
Depuis début août, le Sud du Massif Central est concerné par des cas cliniques de Fièvre Catarrhale Ovine-sérotype 8 sur bovins…
David Chauve est éleveur dans le Puy-de-Dôme, installé avec son épouse en Gaec en production laitière.
David Chauve : « L’agriculture n’est pas un jeu. Les agriculteurs ne sont pas des pions »
Secrétaire général de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes, David Chauve estime que le Gouvernement doit cesser de mener en bateau les…
En raison d'une contamination bactériologique du réseau d'eau potable, la dizaine de producteurs de Chastreix a été contrainte de suspendre la transformation fromagère.
À Chastreix, les producteurs de Saint-nectaire forcés d'être à l'arrêt
Chastreix a connu la semaine dernière une contamination bactériologique de son eau potable suspendant sa consommation et la…
Groupe d'éleveurs adhérents à Cabriol63, lors de la visite du Gaec de la ferme de la Credogne à Puy-Guillaume.
Cabriol63 : ensemble, ils vont plus loin !
En 2021, un groupe d’éleveurs caprins et ovins lait puydômois fonde Cabriol63. Depuis, de nombreuses portes s’ouvrent, avec…
Patrick Bénézit est éleveur dans le Cantal. Il préside depuis cette année la Fédération nationale bovine.
Pourquoi l'élevage n'est pas le problème mais la solution à bien des maux ?
Après une période marquée par des attaques répétées envers l’élevage y compris au niveau de l’Etat, Patrick Bénézit, président de…
Journée "Boulange Collective" autour de la panification de farines de blé en pur et en mélange en mars dernier.
Paysan-boulanger, ça ne s'invente pas
Devenir paysan-boulanger demande d'avoir bien préparé son projet en amont et d'avoir un minimum de formation.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole