Aller au contenu principal

Energie
La FNSEA 63 propose à ses adhérents de limiter les hausses des prix de l’électricité

Depuis plusieurs mois maintenant, les prix des intrants et de l’électricité sont en hausse et les exploitations agricoles en subissent les conséquences.

La hausse vertigineuse des tarifs de l’électricité depuis quelques mois est subie par les exploitations agricoles.

Ce sont des nouvelles peu réjouissantes. Depuis plus d’un an maintenant les prix des intrants et de l’énergie n’ont cessé d’augmenter. Logique, ils étaient tombés à un niveau plancher en raison de la crise mondiale. Et malheureusement la tendance actuelle ne semble pas s’inverser.

L’électricité est en tête

Les tarifs réglementés de vente de l’électricité sont révisés deux fois par an : ils ont augmenté de 1,6 % en février 2021, puis de 0,48 % en août 2021. Au 1er février 2022, ces tarifs réglementés ont augmenté de 4%. La hausse a été plafonnée dans le cadre du « bouclier tarifaire » mis en place par le gouvernement pour limiter la majoration des factures des particuliers et des entreprises face à la flambée des prix de l'électricité en Europe. Les prix de l'électricité sur les marchés de gros ont connu un record historique : ils ont passé la barre des 100 € / MWh début septembre 2021. À titre de comparaison, selon les données de RTE, ils avoisinaient 47,2 €/MWh au 1er janvier 2021. Et en janvier, le prix de l’électricité sur le marché à terme français est reparti à la hausse, plus rapidement que le prix du gaz et dans le sillage des quotas CO2. Globalement, l’indisponibilité nucléaire française pour les mois/années à venir reste la principale préoccupation des acteurs du marché, alors que la demande reste forte. Il s’agit d’une nouvelle donne que les entreprises agricoles vont devoir intégrer. Les hausses sur les factures d’électricité des exploitants agricoles ne sont pas prêtes de s’arrêter.

Une offre pour limiter ces hausses

Depuis quelques mois, le nouveau partenaire de la FNSEA 63 (via la Carte Moisson), Énergies France, leader du courtage en énergie, permet aux agriculteurs de trouver des contrats d’électricité les plus adaptés possibles afin de limiter la hausse du prix et d’anticiper les évolutions du marché. L’accompagnement, gratuit, est réservé aux seuls adhérents. Les professionnels bénéficieront d’une étude personnalisée qui s’adapte aux besoins de l’exploitation, avec établissement d’un cahier des charges. Le conseiller Énergies France négocie par la suite avec les fournisseurs et trouve la meilleure offre possible par rapport au profil de consommation. A long terme, grâce à ce volume collecté et la force du réseau, des tarifs plus avantageux pourront être renégociés.
Plus d’infos au 04.73.44.46.90 ou contact@fnsea63.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole