Aller au contenu principal

La FNPL plaide pour des contrats collectifs

La FNPL plaide pour la mise en place de contrats collectifs négociés par les organisations de producteurs avec les entreprises.

Logotype FNPL

«Nous voulons construire notre avenir non pas avec des ateliers de 1 000 vaches, mais avec nos 1 000 fromages » a déclaré Thierry Roquefeuil, le président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), en présentant le Livre blanc que son syndicat a préparé pour affronter dans de bonnes conditions l’après quotas. « Nous voulons garder le maximum de producteurs sur les territoires ainsi que la diversité de nos productions», précise-t-il pour tirer profit autant que possible de toutes les opportunités de marchés. La FNPL fait sienne l’ambition affichée de l’interprofession d’une croissance annuelle de la production de 2 % par an. Marie-Thérèse Bonneau, la nouvelle première vice-présidente, en charge de l’international enfonce le clou. « Nous voulons être des acteurs du monde sans quotas, mais un monde sans quotas, ce n’est pas la fin d’une politique laitière ». C’est l’objet du Livre blanc destiné à baliser le cadre nouveau dans lequel s’exerce désormais l’activité des producteurs de lait. Il y est notamment question d’une meilleure gestion de la volatilité des prix au niveau communautaire. Ainsi, l’Observatoire européen des marchés devrait devenir un véritable outil d’alerte et de traitement de crises et non se limiter à un simple constat de la situation du marché. Il y est surtout question d’une contractualisation rénovée. «Nous voulons faire en sorte qu’elle fonctionne correctement et non qu’elle soit un outil de blocage», estime le président. On sait que la FNPL a demandé un audit sur la contractualisation. L’accord donné par le ministre de l’Agriculture vient de se concrétiser par une mission confiée à trois hauts fonctionnaires, Yves Riou, Yves Marchal et Yves Berger, l’ancien directeur d’Interbev, en charge de la coordination. La feuille de route prévoit qu’ils doivent remettre un rapport d’étape le 30 juin prochain et le rapport définitif le 30 octobre.

AOP territoriales

Dans cette perspective, la FNPL insiste pour la mise en place d’indicateurs de marché dans les contrats reconnus par l’ensemble de la filière et dont les modalités de mise en place devraient être discutées au sein de l’interprofession. Surtout, le syndicat se prononce en faveur des contrats collectifs pour renforcer les organisations de producteurs (OP) et leur pouvoir dans les négociations avec les entreprises. Les coopératives sont également concernées : «le contrat coopératif fait partie de l’audit » insiste Thierry Roquefeuil qui se montre favorable à la remise en cause de la clause d’exclusivité (ou d’apport total) des producteurs vis-à-vis de tous les transformateurs qu’ils soient privés ou coopératifs, « La clause d’exclusivité, soit elle disparaît, soit elle fait l’objet de contreparties » parce qu’elle est un obstacle « à la liberté d’entreprendre », poursuit-il.

Quant à ces organisations de producteurs elles devraient pouvoir se regrouper au sein d’associations d’OP non seulement au niveau d’une entreprise mais également à l’échelle territoriale «Nous sommes pour la double adhésion», plaide André Bonnard, le nouveau secrétaire général qui a annoncé qu’il allait prendre son bâton de pèlerin pour décliner sur l’ensemble du territoire le Pacte laitier signé en novembre dernier à Paris.

Objectif : faire en sorte que les différents engagements pris par les différents partenaires (ban-ques, assurances, chambres d’Agriculture, organismes de conseils et de formation…) pour créer un environnement favorable à la production laitière se concrétisent rapidement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal  section Nord  Massif central, sur son exploitation.
Sodiaal multiplie les investissements en 2019
L'assemblée générale de la section Nord Massif central de Sodiaal, statuant sur l'activité 2019, s'est tenue mercredi 9 septembre…
Une ration facile et rapide.
Comment choisir sa mélangeuse ?
L'outil entre de plus en plus dans les fermes mais attention à bien réfléchir car l'investissement reste important.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole