Aller au contenu principal

La FNO demande une plus grande solidarité nationale de tous les acteurs

La Fédération Nationale Ovine (FNO) se mobilise pour les éleveurs ovins face au COVID-19 et demande une plus grande solidarité nationale de tous les acteurs

La présidente de la FNO, Michèle Boudoin, demande le soutien du gouvernement pour les éleveurs ovins

Les éleveurs ovins sont-ils aussi touchés par la pandémie du coronavirus ?

Depuis quelques semaines, la France et le monde subissent de plein fouet les conséquences de la pandémie du coronavirus. Une vie socioéconomique au ralenti et des contraintes de réorganisation nécessaires pour sortir de cette crise sanitaire mais qui bouleversent notre activité agricole à une période cruciale de la consommation de viande d’agneaux français, carrefour de toutes les fêtes religieuses qui seront célébrées bientôt : la Pâques juive, chrétienne et le début du Ramadan musulman !

En effet, les éleveurs sont touchés au premier plan. Aux problèmes de faible consommation d’agneau français et de manque de revenu s’ajoutent avec cette pandémie d’autres difficultés : collecte du lait et ramassage des agneaux réduits, approvisionnement complexe en aliments pour leur bétail ou en matériels agricoles, visites sanitaires suspendues, main d’oeuvre réduite, fermetures des marchés et foires pour écouler leurs produits…

Par ailleurs, les différents maillons de la profession (transporteurs, marchés aux bestiaux, abattoirs, transformateurs, enseignes de distribution, etc.), malgré les dispositions prises à continuer leur activité économique font face à de nombreux problèmes pour faire tourner le marché dans des conditions optimales : une pénurie de personnel malade ou exerçant leur droit de retrait face à des conditions de travail sans masques de protection, et pourtant indispensables à l’exercice de leurs métiers.

Qu’envisage la FNO pour accompagner les éleveurs ovins ?

A la Fédération nationale ovine nous souhaitons réaffirmer auprès du réseau notre mobilisation active auprès de tous les acteurs et des pouvoirs publics pour limiter l’impact du COVID-19 sur la filière ovine. Ainsi, nous demandons au gouvernement de décréter le secteur de l’élevage dans les domaines prioritaires d’approvisionnement en matériels de protection à tous les niveaux pour protéger et rassurer les salariés, les vétérinaires et tous les acteurs intervenant dans la collecte, la fabrication, le transport, la commercialisation, etc. des produits d’élevage souvent très sensibles. Par ailleurs, le gouvernement doit aussi assouplir les règles de stockage de la viande d’agneau français et saisir les opportunités d’exports possibles vers le pourtour méditerranéen, afin de gérer au mieux les contraintes auxquelles font face les agriculteurs et les abattoirs pour gérer les flux.

Nous demandons également aux enseignes de distribution de faire preuve d’une plus grande solidarité envers les producteurs ovins en mettant prioritairement en avant la viande d’agneau français dans leurs rayons pour booster la consommation auprès des français qui on le rappelle, achètent 56% de viande importée pour leur ménage.

L’heure est à la mobilisation de tous pour sauver notre agriculture et notre forme d’élevage dans une « France en guerre », comme l’a soulignée plusieurs fois le Président de la République.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

De gauche à droite : Laurine Rousset, présidente JA43, Eric Richard, président de la section laitière FDSEA43, Stéphane Joandel, président de la section laitière régionale, Vincent  Chirent, producteur de lait 63 et Sabine Tholoniat, présidente de la FNSEA63 ont procédé à une  vérification des prix du lait au supermarché E.Leclerc à Clermont-Ferrand
Les producteurs revendiquent 500 €/1000 litres de lait
Dans un contexte de flambée des prix et de sécheresse sans précédent, les responsables professionnels de la région demandent à la…
Les agriculteurs investissent dans le matériel économe en eau.
Comité départemental de l’eau : un renforcement des mesures de restriction

Le secrétaire général de la préfecture a réuni le Comité départemental de l’eau le 19 juillet afin d’échanger sur la situation…

L’Axe Allier passe en alerte renforcée
A l’issue du Comité départemental de l’eau (CDE) du 9 août, le Préfet a pris le 5ème arrêté de restriction des usages…
Jérôme Aubert, président de Sodiaal Massif central est venu à la rencontre des producteurs de lait.
Les producteurs de lait toujours dans l’incertitude
Le jeudi 4 août, les producteurs de lait puydômois ont mené une action devant les bureaux de Sodiaal à Clermont- Ferrand avant d'…
Durant les fortes chaleurs, les équipes de castration sont intervenues dans les champs le matin.
Les castrations sur la fin
La castration des maïs semence arrive bientôt à son terme après près d'un mois de travaux mais les fortes chaleurs laissent…
En marron, les communes classées en zone de montagne et qui bénéficient d'une majoration supplémentaire de 15%.
La récupération des eaux pluviales financée
L'Agence de l'Eau Loire-Bretagne double l'enveloppe financière de son appel à projets "économies d'eau dans les élevages" pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole