Aller au contenu principal

La filière tabac dans la tourmente

La section auvergnate de la coopérative Périgord Tabac a tenu son assemblée générale ; l’occasion de revenir sur la campagne 2016 et le soutien au projet de Scoop de la Seita de Riom.

Durant l’assemblée générale de la section territoriale Auvergne de Périgord Tabac, Stéphane Allègre (à gauche) et Jean-Louis Duron (au centre) sont revenus sur le projet de la Seita de Riom.

Après un effondrement de la production en 2012, le tabac maintient désormais ses surfaces dans le département du Puy-de-Dôme. Sur la campagne 2017, 68 hectares et 40 planteurs, dont quatre jeunes, ont été enregistrés. La culture reste malgré tout dans une situation critique.

Sans plus aucun soutien de la part de l’Union Européenne et un marché mondial toujours en berne, les producteurs ne peuvent compter que sur le soutien de leur coopérative mais pour combien de temps ?

 

La production s’effrite

L’ambiance était morose à l’assemblée générale de la section territoriale Auvergne de Périgord Tabac, le 8 décembre dernier. Bien que la campagne en cours soit plutôt « pas mal en termes de rendements et de qualité » d’après Jean-Louis Duron, le président ; le prix du tabac ne promet aucune merveille. Stagnant aux alentours de 4€ depuis plusieurs années, il semblerait qu’il ne soit guère différent pour 2018. Cette situation est loin de satisfaire les planteurs coopérateurs dont les effectifs ne cessent de diminuer sur le territoire de Périgord Tabac. La coopérative enregistre cette année encore, une année déficitaire.

Le département du Puy-de-Dôme est l’unique exception où les planteurs parviennent à ralentir l’hémorragie. « Nos surfaces et nos rendements sont stables parce que beaucoup d’entre nous augmentent leur production et de nouveaux planteurs remplacent les arrêts » explique le président. La promotion de la culture du tabac auprès des agriculteurs et le soutien matériel aux nouveaux installés, ont rempli leur rôle. Cependant, Jean-Louis Duron en est persuadé : « sans prix rémunérateur et sans aide de la part de l’État aux jeunes installés en tabac, nous ne parviendrons pas à développer davantage la production. »

Le projet auvergnat est-il perdu ?

Alors, des produits « locaux » voient le jour. « L’orientation vers des tabacs de très grandes qualités, avec un prix rémunérateur, apparaît comme une voie d’amélioration. Mais, il faut être vigilant. La mécanisation ne nous permet pas aujourd’hui de garantir un tel produit. Il faut peser le pour et le contre. À quoi bon avoir 1€ de plus s’il passe dans la main-d’œuvre ?»

Les producteurs de tabac avaient un projet de cigarette made in Auvergne-Rhône-Alpes avec les salariés de la Seita de Riom. Depuis l’annonce d’Impérial Tabacco de stopper la production de l’usine, les producteurs de tabac puydômois ont soutenu les salariés. Ces derniers avaient un projet de Scoop et de poursuite de l’activité grâce à la reprise du matériel et des locaux. La multinationale a rejeté une à une toutes les propositions des salariés (rachat, location…). «Ils ne veulent rien nous laisser parce que notre projet représente une concurrence pour eux, même si elle est infime » témoigne Stéphane Allègre, le représentant du comité de soutien des salariés.

Début janvier, les outils de l’usine, dont certains uniques en France, devraient être démantelés et détruits. L’ex-salarié et Jean-Louis Duron regrettent l’absence de positionnement des politiques dans ce dossier. Le projet aurait pourtant permis le maintien d’une centaine d’emplois et la consolidation de la production tabacole de la grande région.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

En déplacement en Haute-Loire, le président de Région a pris toute la dimension de la problématique campagnols.
Aide de la Région à la lutte collective
Le Président de Région en déplacement sur une exploitation à St Front (43) est venu constater la situation sanitaire…
Eric Greliche : « Le choix qui a été fait sur la Limagne est d’avoir des exploitations familiales, viables, produisant de la valeur ajoutée et insérées dans un circuit de proximité entre production et transformation».
"L'eau, un enjeu de territoire et de multi-usages"
Producteur de semences de grandes cultures et potagères à Espirat, administrateur Limagrain en charge du groupe eau, élu au…
Michèle Boudoin, présidente de la FNO
« L’aide ovine sera essentielle pour nos éleveurs ovins demain »
Alors que les négociations dans le cadre de la future PAC sont en cours, Michèle Boudoin, présidente de la FNO(*), appelle le…
Le Puy-de-Dôme compte chaque année de nouveaux éleveurs de chèvres qui ont aujourd'hui besoin de se rassembler pour répondre à leurs besoins techniques.
Les éleveurs caprins puydômois cherchent à se structurer
Réunis la semaine dernière, les éleveurs caprins du Puy-de-Dôme entament une réflexion autour de la création d'une association…
JA AURA
Prix : Les jeunes veulent siffler la fin de la partie
Pas de renouvellement des générations sans prix rémunérateurs pour les Jeunes agriculteurs d’Auvergne Rhône-Alpes. A l’occasion…
A gauche, l'épi d'un maître brin d'orge non gelé et à droite touché par le froid.
Les réels dégâts du gel encore incertains
Les gelées du 5 au 9 avril ont occasionné d'importants dégâts dans les vignes, les vergers mais également dans les champs où blés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole