Aller au contenu principal

Conférence
La filière porcine bio veut se développer

«Eleveur de porcs bio. Pourquoi pas vous ?». Tel était le thème de la première conférence sur l’agriculture biologique, organisée le jeudi 7 octobre, au Sommet.

La conférence sur la production porcine bio s’est tenue dans le cadre du Sommet de l’élevage.

Sur les cinq dernières années, la vente de produits biologiques a été multipliée par deux pour atteindre trois milliards d'euros en 2009, signe d'une consommation en constante augmentation. Au niveau national, l'année 2009 s'est distinguée par une forte progression des surfaces en conversion (+ 86 %). C'est, en moyenne, plus de 300 exploitations par mois qui se sont engagées en bio. En Auvergne, l'agriculture biologique régionale représente aujourd'hui 33 000 ha soit 2.2 % de la SAU régionale. Les surfaces en conversion ont progressé de 177 % entre 2008 et 2009. On compte 674 exploitations en agriculture biologique soit une évolution de 28 % par rapport à 2008. Et déjà près de 180 projets de conversion ont été identifiés en 2010 sur la région. Cette croissance est la traduction de l'engagement des producteurs, transformateurs et distributeurs de produits bio pour répondre aux attentes des consommateurs.

 

 

Programme d'actions

Parmi les filières biologiques en développement, la filière porcine. En régions Auvergne, Limousin, Bourgogne et Centre, elle s'est notamment structurée autour du projet «Porc Bio Cœur de France». Tout est parti d'un constat : celui d'un déficit de porc bio sur le marché français couplé à l'hétérogénéité de qualité des carcasses et un besoin d'équipements chez les abatteurs. Bio Centre a réuni l'ensemble des intervenants de la filière, qui ont tous affirmé une volonté de développer la production porcine bio. Les partenaires ont donc décidé de répondre à l'appel à projets du fonds de structuration des filières biologiques Avenir Bio. Ce projet, porté par Tradival a été retenu. L'objectif de ce projet est d'augmenter le nombre de producteurs bio (+70 %) et le nombre de porcs bio abattus (+80 %) d'ici 2012. En 2008, on dénombrait plus de 250 agriculteurs élevant des truies en bio en France. Sur les quatre régions du programme d'actions, mené avec le soutien financier de l'Agence Bio, il y avait 1335 truies, soit 28 % du cheptel bio français.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Avant le démarrage de la castration, Laurent et Pascale Favy donnent conseils et explications aux 46 jeunes présents pour ce premier jour de chantier à Beauregard l'Evêque.
Castration, le casse-tête pour dénicher de la main-d'œuvre saisonnière
Les chantiers d'écimage des maïs semences ont débuté la semaine dernière avec notamment des jeunes des Maisons de Quartier de la…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Autour de Jean-Michel Cellier-Courtil, les agriculteurs bio membres de quatre GIEE ont été invités à découvrir la diversité culturale de son exploitation.
Avant les moissons, dernier Tour de plaine
Bio 63 a organisé tout au long de la campagne des "tours de plaine" chez différents producteurs bio du Puy-de-Dôme pour amener…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole