Aller au contenu principal

Transmission
La filière ovine veut renouveler au minimum 50% des départs à la retraite

La filière ovine se mobilise autour du renouvellement des générations en créant  des outils et des actions et en alliant tous ses acteurs pour préserver une production dont les voyants sont au vert.

Transmission jeunes

Plus de 50% des bergers français ont plus de 50 ans laissant envisager de nombreuses reprises d'exploitations et de cheptels allaitants et laitiers. Des opportunités à saisir pour les futurs installés d'autant plus intéressantes que la production ovine française ne suffit pas à la consommation nationale.

Un marché favorable

La France compte 139 230 élevages dont la production ne représente que 44% des abattages ovins français, le reste (56%) étant importé. Le pays achète annuellement 90 000 tec de viande ovine à d'autres pays producteurs pour satisfaire la consommation de 160 000 tec/an. La France est le premier importateur au sein de l'Union Européenne.
Pourtant, à regarder de plus près, les attentes des consommateurs en matière de viande ovine sont grandes. Luc Bourgeois, membre de la FNO rappelle : "l'image de la viande d'agneau est positive auprès des consommateurs et leur choix s'oriente vers la viande haut de gamme type Label Rouge ou Bio". La filière travaille ainsi depuis plusieurs années à la montée en gamme des agneaux ainsi qu'à la création de nouveaux produits tel que le steak haché pour attirer les jeunes consommateurs. Face à cette demande en croissance, la FNO s'est fixée l'objectif "d'augmenter de 10% la production d'agneaux et renouveler au minimum 50% des départs et cessation d'activité" dans le but de conforter la filière. Inn'Ovin met à disposition des porteurs de projet une palette d'outils. On retrouve ainsi sur son site internet, un guide "s'installer en élevage ovin lait ou viande", des adresses pour se former...

Un départ, deux installations

C'est d'ailleurs ce dynamisme qui a encouragé Alexandre Vails à s'associer à Paul Dumas en 2018. "La filière est porteuse ce n'est plus comme dans les années 1990 "  explique le jeune.
Dans deux ans, Paul Dumas, 64 ans aujourd'hui, passera la main à son petit-fils. Cependant, devant la charge de travail que représente un troupeau de 1 000 brebis, le berger recherchait un jeune avec qui partager son métier et préparer une transmission viable et vivable. " Travailler seul c'est compliqué surtout pendant les agnelages. L'association avec Alexandre a permis de redonner une certaine dynamique à l'élevage et d'augmenter la taille du troupeau préparant ainsi la venue de mon petit-fils. Mon départ permettra l'installation de deux jeunes."
D'après Philippe Voyer, conseiller transmission à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, " l'élevage ovin est encore l'une des rares productions à demander peu d'investissement lors de l'installation". Il rappelle également que les besoins fonciers sont moins importants du fait, dans le département, du "développement des estives" qui permet de bénéficier de pâturages sans avoir besoin d'acquérir ou louer les terrains.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole