Aller au contenu principal

Apose
La filière œuf du Sud-Est cherche des producteurs

En cinq ans, de 2016 à 2021, la filière œufs d’Auvergne-Rhône-Alpes a perdu un peu plus de 2 millions de poules pondeuses. Des aides du plan de relance pour la filière avicole en 2021 et 2022 pourraient permettre de retrouver des capacités de production.

Groupe de poules

L’Apose, l’association des producteurs d’œufs du Sud-Est, a organisé une conférence de presse en visioconférence le 8 avril dernier pour présenter son nouveau président et passer en revue les dossiers d’actualité de la filière. Depuis l’assemblée générale du 11 mars dernier, Philippe Juven a quitté le siège de président qu’il occupait depuis 26 ans. Pour lui succéder, c’est Jean-Philippe Nallet, éleveur de poules pondeuses en Isère, qui a été élu à la tête de l’Apose. Depuis cinq ans, la filière poules pondeuses de la région voit ses capacités de production diminuer même si le nombre des exploitations progresse. De 5,3 millions de pondeuses pour 259 exploitations en 2016, il ne reste plus que 3,1 millions de poules pondeuses mais pour 340 exploitations en 2021. " Cela s’explique par la création ou la transformation d’élevages en système alternatif à la cage avec plus de place mais moins de poules ", précise Philippe Nallet. " Cela démontre aussi que la production d’œufs en région répond à la demande sociétale. La filière régionale est même en avance par rapport aux exigences du plan de filière national ", rajoute Philippe Juven. Mais en perdant des capacités de production, la filière perd aussi des parts de marché. " Le quart Sud-Est est un bassin de consommation important. La production régionale ne suffit plus à approvisionner ce marché local, ce qui oblige à importer des œufs d’autres régions et notamment de la Bretagne, et cela nous affaiblit. Il y a donc de la place pour installer des producteurs et répondre à la demande de notre grande région ", explique Philippe Juven.

Le pacte biosécurité bien-être

Dans le cadre du plan de relance et du pacte de biosécurité, des aides sont prévues pour permettre aux éleveurs d’investir pour renforcer la prévention des maladies animales et améliorer les conditions d’élevage pour plus de bien-être animal.
La filière avicole de la région a pu ainsi bénéficier d’une enveloppe de 20 millions d’euros sur 2020 et 2021. " Une aide qui pourrait inciter des éleveurs à se lancer dans la production d’œufs ou à transformer leurs bâtiments ", relève Jean-Marie Fontanet, le directeur de l’Apose. " Les élevages avicoles dont ceux de poules pondeuses sont très clairement ciblés. Les aides sont destinées à la reconversion des anciens bâtiments cages et ciblées sur le bien-être animal et sur la biosécurité ", précise-t-il.
Trois types de projets sont éligibles : des bâtiments neufs en agriculture biologique avec un accès plein air ou extérieur ; des projets comprenant des investissements listés dans le pacte biosécurité bien-être animal ; des projets de modernisation comprenant au minimum 50 % d’investissements éligibles au pacte.
En 2021, deux appels à projets sont fixés au 30 avril et au 7 septembre. " Les éleveurs intéressés ne doivent pas trop tarder, car les premiers arrivés seront les premiers servis ", prévient Jean-Marie Fontanet.

Lutte contre la salmonelle

La lutte contre la salmonelle est obligatoire dans le cadre d’un plan de santé publique. À partir de 250 poules, des prélèvements sont effectués chez les éleveurs pour détecter la présence ou non de salmonelle.
En cas de détection de la bactérie, tous les animaux de l’élevage sont éliminés. " La profession a négocié avec l’État une indemnisation pour les éleveurs touchés, mais en contrepartie l’éleveur doit être engagé dans une charte sanitaire et appliquer les mesures de biosécurité. Mais force est de constater qu’il y a encore un nombre important d’éleveurs sans charte ", indique Philippe Juven. Les aides du pacte biosécurité disponibles en 2020 et 2021 devraient pousser les éleveurs à adhérer massivement à cette charte sanitaire

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

En déplacement en Haute-Loire, le président de Région a pris toute la dimension de la problématique campagnols.
Aide de la Région à la lutte collective
Le Président de Région en déplacement sur une exploitation à St Front (43) est venu constater la situation sanitaire…
Eric Greliche : « Le choix qui a été fait sur la Limagne est d’avoir des exploitations familiales, viables, produisant de la valeur ajoutée et insérées dans un circuit de proximité entre production et transformation».
"L'eau, un enjeu de territoire et de multi-usages"
Producteur de semences de grandes cultures et potagères à Espirat, administrateur Limagrain en charge du groupe eau, élu au…
Michèle Boudoin, présidente de la FNO
« L’aide ovine sera essentielle pour nos éleveurs ovins demain »
Alors que les négociations dans le cadre de la future PAC sont en cours, Michèle Boudoin, présidente de la FNO(*), appelle le…
Le Puy-de-Dôme compte chaque année de nouveaux éleveurs de chèvres qui ont aujourd'hui besoin de se rassembler pour répondre à leurs besoins techniques.
Les éleveurs caprins puydômois cherchent à se structurer
Réunis la semaine dernière, les éleveurs caprins du Puy-de-Dôme entament une réflexion autour de la création d'une association…
JA AURA
Prix : Les jeunes veulent siffler la fin de la partie
Pas de renouvellement des générations sans prix rémunérateurs pour les Jeunes agriculteurs d’Auvergne Rhône-Alpes. A l’occasion…
A gauche, l'épi d'un maître brin d'orge non gelé et à droite touché par le froid.
Les réels dégâts du gel encore incertains
Les gelées du 5 au 9 avril ont occasionné d'importants dégâts dans les vignes, les vergers mais également dans les champs où blés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole