Aller au contenu principal

Veau de boucherie
La filière est inquiète des perspectives de production du veau de boucherie

La filière veau de boucherie en France réclame une rémunération correcte des éleveurs pour qu’ils puissent encore produire demain.

L’activité d’engraissement du veau de boucherie doit rémunérer correctement l’éleveur, avance la FNB.

L’’actuel projet de réforme de la PAC post-2013, même s’il peut encore évoluer au vu du contexte actuel de la zone euro, programme un « verdissement des aides » et une complète remise à plat du régime de DPU actuel par l’abandon des références historiques avec une convergence et un plafonnement des aides sans réelle différenciation de soutien à l’élevage.

Le projet de réforme de la PAC prévoit ainsi de faire converger l’ensemble des DPU actuels vers un montant d’aide harmonisé évalué à ce jour à 220 euros/ha alors que le DPU moyen en veau oscille, pour les éleveurs existants, entre 400 euros/ha et des DPU spéciaux à 5000 euros pour les éleveurs ne disposant pas de surfaces éligibles aux DPU.

Parallèlement la filière s’inquiète des perspectives de production de veau de boucherie en France, compte tenu de l’évolution de la pyramide des âges qui fait apparaitre une population d’éleveurs vieillissante et un taux d’installation qui ne permet pas le renouvellement. La FNB et Interveaux ont ainsi engagé un travail afin de relancer une dynamique d’installation dans la filière.

Pour la section nationale des producteurs de veaux de boucherie de la FNB, il ne faut pas, dans ce débat, s’éloigner des réalités économiques. L’activité d’engraissement du veau de boucherie doit rémunérer correctement l’éleveur. Ainsi, en s’appuyant sur l’approche économique développée par le Réseau de références veau de boucherie du GIE Lait Viande de Bretagne avec le soutien de l’Institut de l’Elevage, on peut apprécier objectivement les bonnes conditions d’installation de nouveaux producteurs dans la filière et de pérennisation des exploitations existantes. L’installation dans le secteur du veau de boucherie suppose également la mise en œuvre d’une véritable contractualisation définissant des modalités de rémunération adaptées pour l’éleveur pour qu’il puisse investir et vivre décemment de sa production, sans tenir compte d’un soutien public qui ne répond plus aux spécificités du secteur veau de boucherie.

Ainsi le réseau de référence a pu déterminer des éléments techniques et économiques qui ont été validés par l’ensemble des professionnels de la filière, producteurs et entreprises.

Le tableau ci-dessus reprend les principales charges inhérentes à la production de veau de boucherie (atelier de 200 places).

Actuellement, la valeur de la prestation versée par l’intégrateur ne permet pas de couvrir les charges d’exploitation. La marge nette générée par l’atelier veau de boucherie est négative et l’éleveur ne dégage pas de revenu. Sans compter que les références du réseau ne prennent pas en compte les charges financières et les charges éventuelles liées à la main d’œuvre occasionnelle !

Face à ce double constat (baisse des DPU et marge nette négative), la Section Nationale Veau de boucherie de la FNB insiste sur le fait que seul le marché devra demain être mesure d’apporter la rémunération nécessaire pour assurer la rentabilité des ateliers. Les entreprises d’aval n’ont aujourd’hui pas d’autres choix pour pérenniser leur activité que d’offrir une prestation basée sur des coûts réels.

La Section Nationale veau de boucherie de la FNB se bat pour obtenir l’actualisation du contrat-type d’intégration, qui devra prévoir un dispositif pour l’installation. Par ailleurs, elle souhaite développer nationalement le réseau, outil d’analyse technico-économique indispensable pour disposer d’éléments fiables et objectifs permettant à tous les acteurs d’agir au mieux pour l’avenir d’un secteur régulateur pour les filières bovines lait et viande.

Principales charges inhérentes à la production de veau de boucherie (atelier de 200 places)

Charges d’exploitation Euros/veau

Gaz 7,22

Electricité 3,50

Eau 5,08

Lavage des cases 4,20

Gestion des effluents 6,00

Entretien matériel 5,00

Assurance, comptabilité, gestion 5,00

MSA 11,00

Sous-Total Charges courantes 47,00

Amortissements 38,50

Total Charges d’exploitation 85,50

Réseau veau de boucherie 2008-2010 (Institut de l’élevage, GIE Bretagne, Chambres d’agriculture de Bretagne

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Bruno Dufayet
Bruno Dufayet : « Les marchés sont porteurs, ne lâchez pas les prix sur vos fermes »
Eleveur à Mauriac dans le Cantal, Bruno Dufayet déploie la feuille de route de la Fédération nationale bovine qu’il préside, avec…
Marché du maigre et du gras, stop à l’enfumage !
 Jeudi 8 octobre, les producteurs de viande ont reçu Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine (FNB). Remise à l…
Cultiver l'herbe : la solution pour affronter le changement climatique
La 11ème édition de "l'Herbe de nos Montagnes" organisée à Laqueuille la semaine dernière a posé plusieurs…
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont-Auvergne
Les volailles fermières d’Auvergne entrent dans la mêlée
Le syndicat des volailles fermières d’Auvergne vient d’intégrer le cercle très fermé des dix sponsors officiels de l’ASM Clermont…
De gauche à droite : André Bernard, président de la chambre régionale d'agriculture PACA, David Chauve, Sébastien Windsor, président de l'APCA, Vincent Chirent et Christophe Hillairet.
« Les chambres d'agriculture doivent être innovantes »
En visite dans le Puy-de-Dôme, le président et le secrétaire général de l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture ont mis…
En Haute-Savoie, des éleveurs connectés et solidaires face au loup
  A partir de cette semaine, vos journaux agricoles d’Auvergne-Rhône-Alpes vous proposeront tous les mois, une rubrique dédiée à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole