Aller au contenu principal

La fièvre catarrhale ovine frappe à nouveau

Après la sécheresse et la crise de l’élevage, une troisième crise s’abat sur le département avec la confirmation d’un foyer de fièvre catarrhale ovine dans l’Allier.

La Fnsea souhaite un aménagement du protocole de vaccination pour ne pas pénaliser la circulation des animaux.

l’Agence nationale de sécurité sanitaire a confirmé l’existence d’un foyer de fièvre catarrhale ovine (FCO) dans l’Allier. Selon le ministre de l’Agriculture, les analyses réalisées sur 147 bovins et 175 ovins ont révélé 27 cas positifs chez les bovins et six cas chez les ovins. Par ailleurs, 14 autres cas positifs ont été déclarés, à la suite d’analyses effectuées sur 2700 ruminants dans un rayon de 2 km autour de l’élevage. Il s’agit d’un cas de FCO à sérotype 8, «moyennement virulent», selon le ministère de l’Agriculture. L’origine de l’épizootie serait liée à la présence à «bas bruit », du virus dans la faune sauvage. Pour éviter la propagation de la maladie, l’élevage a été placé sous surveillance renforcée et les mouvements d’animaux ont été bloqués au sein de l’exploitation.

De plus, une zone de protection et de surveillance de 150 km de rayon autour de l’élevage concerné a été mise en place. En date du 16 septembre, cette zone touche 21 départements, dont le Puy-de Dôme.

La FCO entraîne des répercussions économiques très importantes sur les élevages, et sur les échanges commerciaux. C’est pourquoi, lorsqu’un territoire se situe dans le périmètre réglementé, un certain nombre de mesures s’appliquent. Trois zones réglementées ont été mises en place : la zone interdite sur un rayon de 20 km autour du foyer, une zone de protection sur 100 km de rayon et une zone de surveillance sur 150 km de rayon.

 

Des mesures en zones réglementées

Dans les communes situées en zones réglementées (protection et surveillance), 4 grandes mesures s’appliquent : recensement des exploitations détenant des espèces sensibles ; l’interdiction des sorties des animaux sensibles vers la zone non réglementée sauf à destination des abattoirs et avec désinsectisation des moyens de transport ; une surveillance sanitaire des cheptels ruminants ; l’interdiction ou réglementation des foires et marchés d’animaux sensibles.

 

Vaccination

Le ministre a annoncé qu’une campagne de vaccination allait être lancée. D’ores et déjà l’administration a mobilisé 1,3 million doses de vaccins. Après la réunion en urgence du Comité national d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale, le lundi 14 septembre sur les mesures de gestion de l’épizootie, une nouvelle réunion est prévue ce 17 septembre avec les organisations professionnelles de l’élevage pour étudier les mesures d’indemnisation des éleveurs. A noter que la FCO est une maladie virale, transmise par des moucherons piqueurs. Les espèces sensibles à la FCO sont des ruminants domestiques (bovins, ovins, caprins) et sauvages. La France continentale était indemne de FCO depuis décembre 2012. Le sérotype 8 ne circule plus en France depuis 2010 et n’a été notifié dans aucune région du monde depuis 2011.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le secteur du Sancy a vu sa fréquentation touristique bondir cet été.
«Les touristes ont visité l'ensemble du Sancy »
Le Sancy a été plébiscité par les touristes étrangers et locaux durant l'été. Luc Stelly, directeur de l'Office du tourisme…
Alexandre Maffre est l'un des 20 céréaliers de Limagne a produire de la luzerne pour les producteurs de Saint-nectaire.
De la luzerne de Limagne pour les producteurs AOP de montagne
Les céréaliers de Limagne cultivent de la luzerne pour les éleveurs de montagne : le projet audacieux est porté collectivement…
Rendez-vous jeudi 24 septembre dès 9 h 30 à l’INRAE de Laqueuille (Les Fumades), inscription au 04 73 65 92 69.
11ème édition de l’Herbe de nos Montagnes, jeudi 24 septembre à l’INRAE de Laqueuille
L’Herbe de nos Montagnes illustre la dynamique entre la recherche, le développement et les agriculteurs autour du thème de l’…
Déclaration de ruches - Campagne 2020
Chaque année, les apiculteurs sont invités à déclarer leurs colonies d'abeilles auprès de la DGAL du 1er septembre jusqu'au 31…
Le Covid aura finalement eu raison du plus grand rassemblement du monde de l'élevage.
Le Sommet de l'élevage reporté en 2021
Le rendez-vous européen des professionnels de l'élevage prévu début octobre à Clermont-Ferrand ne se tiendra pas cette année.
Thomas Pannetier et Stéphanie Seguin devant une rangée de tabac Brun. Variété rustique, le Brun demande peu d’eau. Il possède une haute teneur en nicotine. Son stockage et séchage sont simplifiés.
Le tabac aussi mise sur le haut de gamme
Malgré les bouleversements qui ont impacté la filière tabacole ces dernières années, les planteurs du Puy-de-Dôme et de l’Allier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole