Aller au contenu principal

Recensement agricole
La ferme Auvergne passée au peigne fin

D’ici fin avril, le ministère de l’Agriculture sera en mesure de fournir une photographie complète et détaillée de l’agriculture, grâce aux opérations de recensement qui ont débuté début octobre.

Yann Dorsemaine et Jean-Paul Meunier ont présenté dernièrement le déroulement des opérations de recensement en Auvergne.

En Auvergne, comme dans toutes les régions françaises, le recensement agricole a commencé, il y a une quinzaine de jours. «Toutes les exploitations de plus d'un hectare seront enquêtées, soit 28 000 structures dont 17 000¹ sont qualifiées de professionnelles», explique Jean-Paul Meunier, chef du service statistique à la DRAAF.
Sur la méthode, le fichier de base permettant d'actualiser la liste exhaustive des exploitants potentiels a été élaboré l'hiver dernier. Les 93 enquêteurs ont entamé les entretiens individuels. En moyenne, chacun va interroger 300 exploitants. Et en 2010, l'ensemble des données seront saisies automatiquement par les enquêteurs sur des Tablet PC (écran tactile) avec à la clé un gain de temps et une diminution des erreurs. En une heure, l'équivalent de 24 pages papier devrait être renseigné.
Le recensement agricole étudie toutes les facettes de l'agriculture d'aujourd'hui. Quelque 700 données sont recueillies relevant de grandes thématiques dont les cultures et superficies cultivées, l'élevage et le cheptel, les modes de protection des cultures, l'équipement des exploitations, la diversification des activités (activité non agricole comme le tourisme vert), la commercialisation des produits, l'emploi, la gestion de l'exploitation...

 

 

Sujets émergents

Tous les dix ans, les pratiques et la réglementation évoluant, l'enquête se dote de nouvelles questions. Les agriculteurs seront ainsi également interrogés, cette fois-ci, sur leur méthode de travail du sol, sur leur pratique de fertilisation et d'utilisation des produits phytosanitaires. Une série de questions abordera les énergies renouvelables (utilisation, production de biocarburant, méthanisation, chauffe-eau solaire, photovoltaïque), tandis qu'une autre fera le point sur l'utilisation de l'eau. «Les données recueillies constituent un outil majeur d'aide à la gestion et à l'aménagement du territoire. Elles contribuent au pilotage des politiques agricoles aux échelons régional, national et communautaire», estime Yann Dorsemaine, directeur régional de l'agriculture et de la forêt. Comme à chaque recensement, il ne doute pas que celui de 2010 vienne confirmer des grandes tendances. «Nous ne faisons pas de réelles découvertes. L'enquête permet d'affiner et préciser les choses».
Avant même d'avoir les chif-fres sous les yeux, Yann Dorsemaine sait que la dernière décennie que viennent de traverser les agriculteurs a été marquée par des crises plus marquées et plus nombreuses. Alors forcément, ce contexte va peser à un moment ou à un autre, notamment sur la disparition des exploitations.
En avril 2011, à l'issue de sept mois d'enquête, la Draaf devrait être en mesure de livrer une photographie complète de l'agriculture auvergnate.


(1)- Les 17 000 exploitations agricoles professionnelles représentent 95% du potentiel économique agricole de l'Auvergne.

 

Confidentialité, la règle de base 

Le recensement agricole est une obligation pour chaque agriculteur installé en France. La confidentialité des données recueillies est assurée par la loi du 7 juin 1951 sur le secret statistique. Dans le strict respect des libertés individuelles, les enquêteurs et toute personne participant au recensement sont tenus au secret professionnel, sous peine de sanction. Utilisées uniquement par les services de la statistique agricole, les informations individuelles recueillis lors de l'enquête ne sont transmises à aucun autre service de l'Etat et n'apparaissent dans aucune communication ou diffusion.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Meilleurs voeux 2021

L'Auvergne Agricole et  Excepto vous présentent ses voeux.

Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Le grand Massif central défend des fermes pas des firmes
Réunis le 8 janvier à Clermont-Ferrand, les membres de la Copamac-Sidam ont réitéré leurs propositions dans le cadre des derniers…
Personnes se promenant le long de l'Allier
Voie verte, les agriculteurs seront concertés
Le future voie verte reliant Saint-Yorre à Pont-du-Château et Authezat à Brassac-les-Mines inquiètent bon nombre d'agriculteurs.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole