Aller au contenu principal

Coopérative
La Cuma, un modèle impérissable

Le modèle des Cuma, malgré ses 50 ans d'âge, est toujours aussi innovant et plus que jamais d'actualité face à la flambée des prix du matériel.

Matthieu Goehry, président de la FN Cuma, Jérôme Arnaud, président de la FD Cuma 63 et Daniel Petitjean, président de la FR Cuma AuRA, réunis lors de l’assemblée générale puydômoise à Ennezat.

La Fédération départementale des Cuma du Puy-de-Dôme a tenu son assemblée générale la semaine dernière. Plus que jamais le modèle cumiste fait des émules avec plus de 177 coopératives actives dont trois nouvelles Cuma. En 2021, la fédération a enregistré plus de 5 M d'euros d'investissements réalisés par ses adhérents, soit un montant supérieur de 74% par rapport à 2020.
En moyenne, chaque Cuma a investi 68 600€/Cuma. L'inflation du coût des matériels est passée par là, comme les subventions et les incitations à l'investissement à l'image du Plan de Relance. Le matériel devient de plus en plus perfectionné au sein des coopératives et non pas par simple coquetterie mais par nécessité de répondre aux besoins spécifiques de leurs adhérents.

Un soutien politique fort

Contrairement à bien des structures agricoles en ce moment, l'horizon des Cuma est clair. Plus que jamais leur modèle s'inscrit dans la durée en offrant aux agriculteurs une réponse concrète face au contexte actuel et aux enjeux de demain. Entre le manque de main- d'œuvre dans les exploitations et l'inflation des charges de mécanisation, le modèle cumiste répond à ces contraintes depuis plus de 50 ans déjà. Elles permettent également de prendre sereinement les tournants législatifs et numériques en facilitant l'accès à du matériel de pointe. Ce modèle n'aurait pas sa force actuelle sans le soutien des politiques agricoles. "La région AuRA nous accompagne et continuera de nous accompagner financièrement. C'est un soutien non négligeable" précise Jérôme Arnaud, président de la FD Cuma 63.
À son côté, Matthieu Goehry, président de la Fédération nationale des Cuma, invité spécialement pour l'assemblée générale, renforce ce propos et rappelle leur rôle. "Les subventions sont très importantes pour toutes les Cuma. Elles ne sont pas de l'argent versé directement dans notre poche ! Pour toucher 1€ de subvention, on en a dépensé 2€." La volonté politique nationale, comme régionale, incite et accompagne les cumistes dans l'investissement faisant "vivre toute une économie locale". Seule ombre au tableau des Cuma : le renouvellement générationnel.

Fd Cuma 63 recherche jeunes administrateurs

Comme dans toute la profession agricole, les coopératives peinent à trouver du sang neuf et ce à tous les échelons de leur organisation, donnant lieu à la traditionnelle boutade de Jérôme Arnaud : " on aimerait voir moins de cheveux blancs et de crânes dégarnis au conseil d'administration de la Fd Cuma (...) la porte est ouverte toute l'année". Derrière la plaisanterie réside l'inquiétude tenace des départs non remplacés. Là encore, le phénomène n'est pas seulement départemental puisqu'au niveau national, "la FN Cuma enregistre 70 créations de Cuma (souvent des regroupements de Cuma) pour 100 arrêts d'activités".  
Dans sa volonté d'éviter le mur vers lequel elle se dirige, la FD Cuma 63 renforce donc cette année encore sa communication auprès des jeunes des établissements scolaires agricoles dans l'espoir de gagner de nouveaux adhérents

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Les bâtiments agricoles ont été la cible de grêlons de la taille parfois supérieure à une balle de tennis. De nombreux dégâts sont à déplorer également sur les cultures et l'herbe.
Grêle et orages : les épisodes de trop !
Le Puy-de-Dôme a été touché le week-end de la Pentecôte par de violents orages qui ont détruit des cultures et endommagé…
Tournée calamités des Combrailles : un point de départ pour bâtir le dossier « calamités ».
Grêle : et après ?
Alors que les orages de grêle ont dévasté cultures et bâtiments le week-end de la Pentecôte, les agriculteurs éprouvés par ce…
Lors de l’assemblée générale de la section auvergnate d’Unisylva à Brioude, la coopérative forestière est revenue sur le contexte actuel exceptionnel qui marque la première hausse significative des prix depuis plus de 30 ans.
Les marchés forestiers à des niveaux historiques
La coopérative forestière Unisylva clôture l'année 2021 sur un bilan positif grâce à un contexte exceptionnellement favorable au…
En l'espace de 24 heures, deux vaches de Patrick Boyer ont été dépecées par les vautours dont une où la mort de l'animal n'est pas certaine avant l'intervention des charognards.
Les vautours réapparaissent près d’Égliseneuve-d'Entraigues
Les vautours fauves ont refait leur apparition dans le Puy-de-Dôme près d'Égliseneuve d'Entraigues où Patrick Boyer, éleveur de…
Droit à l’essai : un an de dialogue pour s’associer sur de bonnes bases
Très investies dans la structure Gaec et Sociétés, Brigitte Troucellier, agricultrice dans le Cantal et Maryse Font, agricultrice…
La journée Herbe Richesse des Combrailles a réuni une centaine de visiteurs à Villossanges.
L'herbe, une culture à part entière dans les Combrailles
Les Combrailles étaient à l'honneur la semaine dernière lors d'une journée dédiée aux cultures fourragères organisée par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole