Aller au contenu principal

Coopérative
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir

La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  

La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.

L'inflation actuelle des matières premières légitime plus que jamais l'organisation et les valeurs portées par les Cuma. À la Cuma des Prés à Moureuille, la vingtaine d'adhérents n'a pas attendu une crise d'une telle ampleur pour pérenniser et développer leur outil. Depuis plusieurs décennies maintenant, ils acquièrent ensemble divers matériels allant de la simple remorque au tracteur en passant par la presse jusqu'à peut-être prochainement une ramasseuse à pierre. Ensemble ou avec d'autres Cuma voisines, dans ce petit coin des Combrailles, l'achat de matériel se fait à plusieurs.

Les Cuma se renforcent

Comme bon nombre de coopératives, l'histoire de la Cuma des Prés a commencé avec "une poignée d'agriculteurs (...) pour acheter un tracteur, une presse et une remorque" explique Julien Fournival, président. Ils sont désormais plus d'une vingtaine d'adhérents et la Cuma rayonne sur cinq communes des alentours de Moureuille. Le matériel de travail du sol (déchaumeur) et de culture (semoir, épandeur d'engrais, bennes...) sont privilégiés dans ce coin de territoire où l'élevage est dominant. "Nous sommes tous éleveurs et les céréales occupent peu de nos surfaces. Acheter ce matériel individuellement n'a aucun sens."
Les agriculteurs du secteur l'ont d'ailleurs bien compris à tel point que la Cuma est obligée de refuser de nouveaux adhérents. "Nous ne voulons pas avoir une coopérative avec 30 ou 40 adhérents et autant de matériels ! Nous voulons garder notre taille pour optimiser le déplacement du matériel, son usage et surtout conserver notre organisation."

Un projet de ramasseuse à pierre en inter-Cuma

Ce qui n'empêche pas la Cuma des Prés de se tourner vers l'avenir. Elle prévoit prochainement plusieurs investissements et notamment une ramasseuse à pierre. C'est d'ailleurs l'envie de voir fonctionner cette machine qui est à l'origine de la journée de démonstrations de matériels du 20 avril dernier, en partenariat avec la FD Cuma (dans le cadre du dispositif national d'accompagnement des Cuma). L'outil présenté ce jour-là, coûte entre 80 000€ et 90 000€. "Nous avons une grosse problématique de pierres dans notre secteur qui complexifie la conduite des céréales. On réfléchit à investir dans ce matériel avec une autre Cuma pour répondre aux demandes de nos adhérents."
Le coût du matériel et les incertitudes actuelles pourraient être un frein à l'investissement. Pourtant, "les Cuma continuent de renouveler ou d’acheter du matériel parce qu'il faut bien avancer" souligne Julien Fournival. Elles peuvent compter sur le soutien  des fonds FEADER ainsi que de la Région. "Sur un tel outil, les Cuma peuvent bénéficier de 45% de subvention de base, plus 5% s'il y a des jeunes agriculteurs et encore 5% supplémentaires si l'investissement est réalisé en inter-cuma" détaille Noémie Chambefort, animatrice de la FD Cuma du Puy-de-Dôme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sécheresse 2022, TéléCalam ouverte jusqu'au 2 février
La déclaration des surfaces sinistrées est ouverte et concerne 179 communes puydômoises.  
16 communes du Puy-de-Dôme entrent en zone de surveillance et en zone réglementée suite à un foyer d'Influenza dans la commune limitrophe de Flayat (23).
La grippe aviaire aux portes du Puy-de-Dôme
Un foyer a été confirmé en début de semaine sur la commune limitrophe de Flayat en Creuse, une zone de surveillance et une zone…
La nouvelle aide bovine UGB pour 2023 : quels changements et à quelle date faire la déclaration ?
Parmi les changements importants de la prochaine PAC, l’aide bovine devient une aide à l’UGB bovin de plus de 16 mois. La FRSEA…
Loup
Le Puy-de-Dôme passe en cercle 3
Toutes les communes sont éligibles au financement des chiens de protection.
Dans l'Allier, l'OUGC décide de la répartition des volumes d'eau.
Gestion de l’irrigation par Organisme unique, quelles conséquences ?
Mercredi 18 janvier, le Syndicat des irrigants individuels (SII) a convié ses adhérents et plus largement les irrigants…
Les assurances et leurs fonctionnements demeurent identiques, notamment en grandes cult
Nouvelle assurance multirisques climatiques : regarder au cas par cas
Dans le nouveau cadre en 2023 pour l’assurance multirisques climatiques, grandes cultures, prairies, arboriculture et viticulture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole