Aller au contenu principal

Interview
La crise laitière en Préfecture

Le Préfet du Puy-de-Dôme a invité les représentants de la filière lait. L’occasion de voir comment sortir de l’impasse de la crise laitière. Le président de la Fdpl témoigne.

Pascal Servier regrette qu’au cours de cette rencontre qui réunissait l’ensemble de la filière, seuls les producteurs ont montré leur détermination à vouloir faire avancer le dossier et à trouver des solutions pour sortir de la crise laitière

Que pensez-vous de la présentation de la situation laitière du Puy de Dôme par la DDAE ?
Elle reflète bien ce que nous dénoncions déjà depuis plusieurs années. Avec un niveau de revenu annuel de 12 000€ en moyenne pour 2007(parmi les plus bas de France), les exploitations laitières du Puy de Dôme ont peu de marge de manœuvre. De plus, un certain nombre d'entre elles ont encore un retard de modernisation à combler. Il a été souligné avec l'administration, la volonté de poursuivre notre politique en faveur de l'installation et la modernisation des exploitations. Le nouveau Préfet a semblé très intéressé par notre façon de gérer les quotas en CDOA, avec le projet départemental et les plans de développement des élevages laitiers. Je l'ai d'ailleurs alerté sur la nécessité de défendre la mesure « Petits producteurs » en relevant le plafond existant de 140 000 litres par exploitation. Je l'ai également informé de l'effet pervers du gel des allocations provisoires; un gel dangereux pour les exploitations les plus performantes d'un département sous réalisateur (donc non responsable de la situation actuelle)

Où en est-le plan de soutien de 30 millions d'euros annoncé par le précédent ministre de l'Agriculture ?
Avec une première dotation de 820 000 € pour toute la région Auvergne il ne faut pas s'attendre à des miracles ! Il s'agit des habituelles mesures de soutien de trésorerie : prise en charge d'intérêts des emprunts bancaires et de cotisations sociales. Les bénéficiaires seront probablement les exploitations en phase d'investissement et les JA. Il est également question de relever les plafonds de subventions aux salles de traite financées par le plan bâtiment.

Et au sujet du prix du lait ?
Nous n'étions pas en CRIEAL donc ce n'était pas le lieu d'en débattre. Le Préfet souhaite un accord rapide. Mais pour cela, il faut que les entreprises changent de stratégie. On comprend également très clairement que l'objectif de l'Etat est d'enclencher rapidement les réflexions sur la contractualisation et la gestion de « l'après-quota ».

Quel soutien attendez-vous du Préfet dans les débats sur la contractualisation ?
Tout d'abord la mise en place de l'observatoire des marges et des prix pour les produits régionaux. Ce chantier, suite aux actions syndicales de Moulins, est en route, le Préfet nous l'a confirmé. Ensuite nous avons besoin que la DRAF nous donne la meilleure connaissance possible du fonctionnement de la filière laitière régionale, en vue des débats sur la contractualisation. Que font les entreprises avec notre lait ? Quelle est la part de produit industriel, de produit de grande consommation, de produits à forte valeur ajoutée ? Je crois beaucoup à une approche par produit. Pourquoi ne pas imaginer de contractualiser avec les entreprises pour la production de lait de montagne par exemple ?

Dans cette logique, où en est la mise en place de la CVO(1) pour valoriser les AOC auvergnates ?
Le Préfet nous a confirmé que la CVO bénéficiera de tous les feux verts ministériels pour mi-juillet. Donc je considère que plus rien ne s'oppose à sa mise en place aujourd'hui.

(1) Cotisation volontaire obligatoire

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne, mis en place par Mathieu Daim.
Une retenue d'eau qui fait désormais référence
Le premier projet individuel de réserve d'eau dans le Puy-de-Dôme est sorti de terre en Limagne. Il s'agit d'un ouvrage d'une…
Tableau de fermage du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021
Indice des fermages du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021

L’indice des fermages pour le département du Puy-de-Dôme est constaté pour 2020 à la valeur de 105,33. Cet indice est…

Bâtiment d'élevage
Le projet bâtiment étape par étape
 Un projet bâtiment demande deux ans de reflexion, démarches administratives et construction avant que les premiers animaux n'en…
Visite d’exploitation l’après-midi du 6 mars à l'occasion de l'assemblée générale.
2020 : Carton plein pour le Syndicat Aubrac
Si 2020 fut pour les syndicats de races allaitantes une année blanche en termes d’actions promotionnelles, techniques ou festives…
Forêt qui dépérit de Celle-sur-Durolle, au cœur des Bois Noirs
Les forêts de nos contrées se meurent
Les arbres dépérissent partout en France sous les effets du changement climatique et certaines essences historiques des massifs…
Ravage de campagnols terrestres dans les prairies
La bromadiolone bannie dès le 20 décembre 2020
Par voie de communiqué, la Draaf Auvergne Rhône-Alpes confirme deux évolutions réglementaires majeures dans la lutte contre le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole