Aller au contenu principal

Interview
La crise laitière en Préfecture

Le Préfet du Puy-de-Dôme a invité les représentants de la filière lait. L’occasion de voir comment sortir de l’impasse de la crise laitière. Le président de la Fdpl témoigne.

Pascal Servier regrette qu’au cours de cette rencontre qui réunissait l’ensemble de la filière, seuls les producteurs ont montré leur détermination à vouloir faire avancer le dossier et à trouver des solutions pour sortir de la crise laitière

Que pensez-vous de la présentation de la situation laitière du Puy de Dôme par la DDAE ?
Elle reflète bien ce que nous dénoncions déjà depuis plusieurs années. Avec un niveau de revenu annuel de 12 000€ en moyenne pour 2007(parmi les plus bas de France), les exploitations laitières du Puy de Dôme ont peu de marge de manœuvre. De plus, un certain nombre d'entre elles ont encore un retard de modernisation à combler. Il a été souligné avec l'administration, la volonté de poursuivre notre politique en faveur de l'installation et la modernisation des exploitations. Le nouveau Préfet a semblé très intéressé par notre façon de gérer les quotas en CDOA, avec le projet départemental et les plans de développement des élevages laitiers. Je l'ai d'ailleurs alerté sur la nécessité de défendre la mesure « Petits producteurs » en relevant le plafond existant de 140 000 litres par exploitation. Je l'ai également informé de l'effet pervers du gel des allocations provisoires; un gel dangereux pour les exploitations les plus performantes d'un département sous réalisateur (donc non responsable de la situation actuelle)

Où en est-le plan de soutien de 30 millions d'euros annoncé par le précédent ministre de l'Agriculture ?
Avec une première dotation de 820 000 € pour toute la région Auvergne il ne faut pas s'attendre à des miracles ! Il s'agit des habituelles mesures de soutien de trésorerie : prise en charge d'intérêts des emprunts bancaires et de cotisations sociales. Les bénéficiaires seront probablement les exploitations en phase d'investissement et les JA. Il est également question de relever les plafonds de subventions aux salles de traite financées par le plan bâtiment.

Et au sujet du prix du lait ?
Nous n'étions pas en CRIEAL donc ce n'était pas le lieu d'en débattre. Le Préfet souhaite un accord rapide. Mais pour cela, il faut que les entreprises changent de stratégie. On comprend également très clairement que l'objectif de l'Etat est d'enclencher rapidement les réflexions sur la contractualisation et la gestion de « l'après-quota ».

Quel soutien attendez-vous du Préfet dans les débats sur la contractualisation ?
Tout d'abord la mise en place de l'observatoire des marges et des prix pour les produits régionaux. Ce chantier, suite aux actions syndicales de Moulins, est en route, le Préfet nous l'a confirmé. Ensuite nous avons besoin que la DRAF nous donne la meilleure connaissance possible du fonctionnement de la filière laitière régionale, en vue des débats sur la contractualisation. Que font les entreprises avec notre lait ? Quelle est la part de produit industriel, de produit de grande consommation, de produits à forte valeur ajoutée ? Je crois beaucoup à une approche par produit. Pourquoi ne pas imaginer de contractualiser avec les entreprises pour la production de lait de montagne par exemple ?

Dans cette logique, où en est la mise en place de la CVO(1) pour valoriser les AOC auvergnates ?
Le Préfet nous a confirmé que la CVO bénéficiera de tous les feux verts ministériels pour mi-juillet. Donc je considère que plus rien ne s'oppose à sa mise en place aujourd'hui.

(1) Cotisation volontaire obligatoire

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Pour Patrice Gandeboeuf, producteur laitier individuel, le Service de Remplacement est la seule solution pour partir en vacances.
"Sans le Service de remplacement 63 je ne partirais pas en vacances"
Patrice Gandeboeuf est producteur laitier individuel et chaque année il s'offre une semaine de vacances en famille grâce au…
Cédric Mandin est éleveur en Vendée. Il est secrétaire général de la  Fédération nationale bovine.
« Eleveurs, retenez vos animaux pour peser sur les prix »
Malgré un bon niveau de consommation et d’export, les prix payés aux producteurs de viande bovine n’augmentent pas. Pour faire…
Le changement de calcul de l’aide et la suppression de l’aide à la vache allaitante sur notre bassin naisseur peut avoir des répercussions économiques importantes pour les élevages allaitants.
La PAC changera-t-elle de cap en 2023 ?
Même si certains points méritent des clarifications, les grandes orientations de la future Pac sont désormais définies. Mais les…
Denis Aubert, président de la société laitière de Laqueuille, entouré par le sénateur Laurent Duplomb et le président de Sodiaal, Damien Lacombe.
« Le consommateur doit payer la valeur du produit qu'il achète »
La crise sanitaire n’a pas épargné la société laitière de Laqueuille dont le chiffre d’affaires a chuté de deux millions d’euros…
Quelques parcelles d'orge et de blé ont été moissonnées dimanche dernier avant d'être stoppées par le retour de la pluie.
Les moissons se font attendre...
Après un mois de pluie l'heure des moissons approche mais l'humidité ambiante fait craindre un déclassement des récoltes. Le…
Andrée Tisserand en entretien PAI avec 2 candidats à l'installation. Céline Baudry, infirmière, et Valentin Port , ingénieur, portent un projet à deux familles de paysan boulanger et une chèvrerie.
PAI, le passage obligé pour s'installer
Andrée Tisserand, conseillère Point Accueil Installation (PAI) à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, informe et oriente les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole