Aller au contenu principal

La coopérative Limagrain mobilise ses ressources en faveur de l'irrigation

Le groupe Eau constitué par Limagrain travaille sur quatre thématiques dont les expertises seront partagées avec tous les utilisateurs de l'eau dans le Puy-de-Dôme.

Au lendemain de sa pire campagne, Limagrain a décidé de replacer l'eau comme principal point stratégique. Un « Groupe Eau » a été constitué au sein de la coopérative auvergnate pour travailler sur plusieurs domaines de compétences. Éric Greliche, administrateur Limagrain et élu responsable du groupe explique : « nos expertises ne profiteront pas seulement à nous mais seront partagées avec l'ensemble des utilisateurs de l'eau (CCI, ADIRA, Chambre d'agriculture...) »

Entendre et se faire entendre

Parmi ses domaines de compétences, l'expertise juridique est le plus gros volet. En pleine période de révision des SDAGE, le « Groupe Eau » analyse ces derniers, et notamment celui de Loire-Bretagne, pour tenter de faire entendre la voix agricole dans leur prochaine édition en 2021. « Nous souhaitons une meilleure cohérence entre les trois SDAGE d'AuRA. Aujourd'hui, celui de Loire-Bretagne, interdit tout prélèvement supplémentaire dans la rivière Allier. Or, l'eau est essentielle au maintien des filières Limagrain, et au développement d'autres. »

Second angle d'action pour les coopérateurs : approfondir les relations avec les différentes institutions. Les agriculteurs intensifient les rencontres avec les Députés, les Ministères, les différentes OPA... Parler et faire parler de l'eau, et de son impérieuse nécessité dans la production agricole, est une action indispensable pour espérer voir les lignes bouger. Là encore, Éric Greliche met en avant la pensée et le travail collectif. « Nous devons oeuvrer ensemble, collectivement, pour développer la ressource sur le territoire à l'intention de tous les usagers. »

Effacer les doutes

Le « Groupe Eau » n'oublie pas pour autant son coeur de métier. L'agronomie reste un enjeu essentiel car « on peut avoir toute la ressource nécessaire, il faut quand même développer les techniques moins consommatrices d'eau ». Limagrain épluche donc tous les résultats issus d'anciennes expérimentations (goutte à goutte, rampes, pivots...). « Certaines d'entre elles seront relancées » selon le responsable. Enfin, le volet économique ne peut être oublié dans cette affaire. Le « Groupe Eau » s'est fixé l'objectif de mettre des chiffres en face de l'irrigation. Combien coûte-t-elle ? Combien rapporte-t-elle aux différents acteurs ? Quel chiffre d'affaires engendre-t-elle sur un hectare ? Autant de questions sur lesquelles se penchent les équipes de la coopérative pour fournir « des éléments factuels, concrets et percutants [...] aux personnes qui doutent encore » de l'importance de l'irrigation dans le Puy-de-Dôme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole