Aller au contenu principal

Limagrain
La coopérative Limagrain affiche ses ambitions territoriales

La jeune gouvernance inédite du groupe semencier auvergnat affiche l’ambition de poursuivre les activités de la coopérative dans la continuité des projets en cours et réaffirme son attachement territorial.

Une conférence de presse le 13 janvier dernier : premier galop d'essai pour le binôme Sébastien Vidal et  Sébastien Chauffaut, nouvelles têtes dirigeantes  du groupe Limagrain.

Le groupe Limagrain, 4e semencier mondial, a réalisé un chiffre d’affaires de 1 984 M€ entre juin 2020 et juin 2021. " Toutes nos activités ont été en progression " a commenté le nouveau directeur général, Sébastien Chauffaut, à l’occasion d’une conférence de presse le 13 janvier dernier.

Des activités qui progressent

Le chiffre d’affaires des activités coopérative a augmenté de 26%, avec une amélioration sur les semences et les métiers du grain, " malgré une récolte 2020 empreinte de sécheresse et un contexte peu facilitant. " Du côté des filières, Limagrain ingrédient a également réalisé une belle croissance de son chiffre d’affaires et de rentabilité grâce, notamment, à " un secteur snack et nutrition animale assez porteurs sur l’année " précise le d.g. Jacquet-Brossard tire aussi son épingle du jeu sur un secteur pourtant très bataillé ; son chiffre d’affaires de 308 M€ progresse de + 8M€, " nous sommes leaders sur les buns et les pains spéciaux mais en difficulté dans la pâtisserie " concède le directeur. Pour renforcer cette filière, des innovations sont lancées sur la création de gammes sans sucres ajoutés afin d’améliorer la position Nutri score des produits Jacquet-Brossard et répondre ainsi aux attentes sociétales.  " Nous devons apporter des nouveautés et surprendre les consommateurs " reconnait Sébastien Chauffaut.
Le chiffre d’affaires de l’activité semences grandes cultures de Limagrain (maïs, tournesol, blé, et colza) progresse également avec une hausse de 11%, portée par l’amélioration des positions commerciales et une part de génétique propriétaire en accroissement. Un résultat qui maintient cette filière au 6ème rang mondial. Les semences potagères sont, quant à elles, numéro 1 sur le marché mondial, " une position fraichement acquise qui doit se consolider " souligne le directeur général. Quant à Vilmorin jardin, son activité plus modeste en termes de taille affiche cependant un développement important lié au covid et un retour au jardin des consommateurs.

Des ambitions

Le groupe Limagrain affiche des ambitions territoriales qui reposent en particulier sur un meilleur accès à l’eau. " C’est un préalable indispensable pour pouvoir investir sur notre territoire " affirme le président Sébastien Vidal. Sur les cinq dernières années, la Limagne a subi trois sécheresses démontrant ainsi la nécessité d’une gestion plus rigoureuse de la ressource, avec du stockage pour tous les usages. " Car si on arrive à stocker une partie de l’eau qui tombe sur le Massif central cela permettrait d’assurer l’agriculture sur notre territoire. "
Autre ambition : développer des protéines végétales. Un pari difficile pour Limagrain qui mène depuis trois ans des essais de légumineuses en Limagne et se heurte à des difficultés techniques et des rendements très moyens. Seule l’amélioration génétique saura apporter une solution à ces productions, selon le président Vidal qui affirme que pour répondre à cette nouvelle demande sociétale française, "on ne pourra pas se passer d’un travail en commun entre la recherche publique et privée pour trouver des variétés adaptées". Le groupe maintient toutefois son appétence à ces nouvelles cultures, en témoigne l’acquisition il y a deux ans- en association avec la coopérative Qualisol- de la société Nutrinat /le Graineur pour transformer des protéines végétales, et l’investissement dans une chaine de triage dans la Puy-de-Dôme.
Ambition locale toujours avec des investissements dans un moulin en cours de livraison (24M€) et le projet d’extension des lignes de production Jacquet à Saint-Beauzire (37M€). "Ce sont des investissements conséquents sur un territoire resserré qui démontrent notre confiance dans notre capacité à faire de la croissance et notre volonté affichée de pérenniser des surfaces significatives en Limagne " explique Sébastien Chauffaut.
Plus globalement Limagrain consacre 16% de son chiffre d’affaires annuel dans l’innovation, notamment pour continuer à se développer sur des segments très spécifiques et viser la croissance sur l’ensemble des territoires d’implantation. Le semencier est ainsi très présent en Europe. Il investit depuis 10 ans en Amérique du sud et depuis plus de 20 ans en Asie. " Ce sont des terres de développement sur lesquelles nous devons intensifier nos efforts " convient le président avant de préciser : " le territoire est notre ADN coopératif. Nous devons d’abord rendre le service attendu à nos adhérents et parce que le groupe est un groupe industriel et international nous devons également assumer nos positions internationales. On sait qu’il faut au moins 10 ans pour qu’un investissement commence à produire ses premiers effets. Et c’est ce que nous sommes en train d’observer aujourd’hui. "

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Une aide à l'alimentation animale est allouée aux éleveurs pour couvrir une partie de la hausse des charges à laquelle ils sont confrontés depuis l'explosion de la guerre en Ukraine.
Plan de résilience : l'aide à l'alimentation animale
Dans le cadre du plan de résilience et pour faire face à la hausse de charges d’exploitation, le gouvernement octroie aux…
Nicolas Chatard, nouveau président JA63.
Le nouveau président de JA 63 entre innovation et persévérance
Nicolas Chatard a été élu président du syndicat Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme avec une nouvelle équipe et succède ainsi à…
Le COTI du 5 mai dernier a rassemblé, à la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la profession agricole et para-agricole, des élus locaux et l'enseignement agricole.
Installation/transmission et DJA, évolutions plus ou moins favorables
Une nouvelle DJA financée, non plus par le Feader mais par les Régions, devrait voir le jour le 1er janvier 2023 avec un montant…
Après plusieurs années d'augmentation, les effectifs de la Limousine se stabilisent en 2022.
L’Aubrac et la Limousine augmentent, la Salers se stabilise et la Charolaise décroche
Les effectifs bovins allaitants dans le Puy-de-Dôme sont en baisse chaque année mais certaines races résistent mieux que d'autres…
« Le contrat : une arme de proposition massive que doivent utiliser les éleveurs »
Alors que la décapitalisation s’accélère dans un contexte de hausse de charges sans précédent, la vente des animaux aux coûts de…
La journée de démonstration de matériel à Moureuille, le 20 avril, a attiré une trentaine de visiteurs.
La Cuma des Prés se tourne vers l’avenir
La Cuma des Prés à Moureuille compte une vingtaine d'adhérents qui ont accès à du matériel performant grâce à la collectivité.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole