Aller au contenu principal

Fromage
La collectivité et les éleveurs au secours d’un fromage

Une première dans le Puy-de-Dôme. La Communauté de Communes de Rochefort-Montagne a construit une cave d’affinage pour ses producteurs de Fourme Fermière.

La cave la Fourmontoise a été inaugurée le 7 mars dernier en présence no-tamment d’Alain Mercier, président de la Communauté de Communes de Rochefort-Montagne, de Jean-Yves Gouttebel, président du Conseil général, et de René Souchon, président du Conseil régional d’Auvergne. Cette cave, au nom de la coopérative qui l’exploite, a pour vocation de fédérer et d’encourager les producteurs de fourme fermière. Ce fromage emblématique de Rochefort-Montagne était en voie de disparition. Aujourd’hui, l’ensemble des acteurs de ce projet espère le voir renaître.

 

Signal d’alarme

La fourme fermière de Rochefort-Montagne est le produit emblématique de la localité. Seulement, le fromage est en perte de vitesse depuis plus de cinquante ans. En 2008, l’association des producteurs de fourme fermière tire la sonnette d’alarme auprès de la Communauté de Communes. Cette dernière commandite alors une étude de faisabilité qui révèle quelques lacunes sur l’ensemble de la filière. Il en ressort notamment, le manque d’équipements fiables des producteurs. La conclusion est simple : la relance de la filière passe par la création d’une unité d’affinage et de commercialisation. Avec un soutien financier à hauteur de 60 % (soit 335 700 €) de l’Union Européenne, du Conseil régional et du Conseil général, la Communauté de Communes décide de construire une cave collective. Aujourd’hui, c’est chose faite. Installée sur un terrain proche de la commune de Perpezat, le bâtiment accueille désormais les fourmes fermières de sept producteurs, dont le lycée agricole de Rochefort-Montagne (lire p 6). Depuis la mi-décembre, les fromages fabriqués dans les exploitations sont transférés à La Fourmontoise pour être affinée et distribuée. Sur place, une salariée bichonne les fromages à la main, essaie également plusieurs dates d’affinage et développe le circuit de distribution.

Unanimité politique

Chaque année, près de 100 tonnes de fourmes sont produites mais la cave peut en accueillir le double. « A travers ce projet, nous avons souhaité mettre en place une stratégie de sauvegarde de la fourme fermière qui n’a aucun signe de qualité. Nous avons doublé la capacité d’affinage afin de permettre le développement de la production et donner envie aux jeunes de s’engager» explique Alain Mercier, président de la Communauté de Communes de Rochefort-Montagne. La Fourmontoise appartient à la localité et les producteurs sont les locataires. Le loyer permet à la commune de rembourser l’emprunt réalisé pour financer les 40 % d’investissements restants. Une organisation qui n’est pas faite pour déplaire à Franck Battut, producteur de fourmes fermières et président de la coopérative la Fourmontoise. « Les normes sanitaires sont telles qu’il est difficile pour un producteur seul de construire une cave d’affinage. De plus, cela reviendrait pour ce même éleveur à avoir trois métiers différents sur son exploitation. Cette cave est une réelle aubaine pour nous et nous espérons qu’elle nous permettra d’améliorer notre produit.» Du côté des présidents de conseils le son de cloche est similaire. «Les éleveurs sont en période de crise laitière. Dans ces circonstances, il faut essayer de créer de la valeur ajoutée. Pour se faire il faut avant tout créer des outils adaptés. Cette cave est un bel exemple qui doit devenir contagieux » explique Jean-Yves Gouttebel. René Souchon revient quant à lui sur l’actualité de demain : « L’arrêt des quotas va exposer la production laitière française à la concurrence. Seulement, les zones de montagne ne pourront pas tenir la cadence. La transformation et la valorisation du lait à travers des circuits de qualité sont les seules solutions.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout L'Auvergne Agricole

Les plus lus

Sébastien Ramade, nouveau président de l’interprofession Saint-nectaire
« Notre force : l’union entre les différents acteurs de la filière »
Sébastien Ramade, producteur fermier de Saint-nectaire vient d'être élu président de l'Interprofession du Saint-nectaire (ISN) et…
Patrick Bénézit : « Une PAC qui maintient des agriculteurs nombreux et qui créé de l’économie »
Patrick Bénézit, agriculteur dans le Cantal et président de la Copamac¹, milite pour une PAC économique garante de la diversité…
Betteraves
Quelles cultures après la betterave ?
Les ex-betteraviers de la Limagne étudient avec leurs partenaires techniques les productions alternatives à la betterave ayant à…
Champs de blé face au Puy-de-Dôme
Surfaces et rendements céréaliers en baisse
En moins de cinq ans, le département du Puy-de-Dôme a perdu près de 8 000 ha de cultures, résultat d'une déprise agricole forte,…
Irrigation
Plan de relance et aléas climatiques : comment obtenir une aide ?
Le plan de relance agricole du gouvernement soutient les investissements d’équipements d’irrigation. Mais avant de déposer une…
Maître d'apprentissage et son apprentis
Phytos : ce que la séparation de la vente et du conseil a changé au 1er janvier
Les dispositions de la loi Egalim sur la séparation vente/conseil en phytos sont entrées en vigueur au 1er janvier 2021. Éléments…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de l'Auvergne Agricole
Consultez les revues de l'Auvergne Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Auvergne Agricole